EN DIRECT - Municipales : Griveaux veut allouer 100.000 euros à 20.000 Parisiens pour faciliter l'accès à la propriété

EN DIRECT - Municipales : Griveaux veut allouer 100.000 euros à 20.000 Parisiens pour faciliter l'accès à la propriété
Politique

SCRUTIN CAPITAL - Les élections municipales auront lieu à Paris, comme partout en France, les 15 et 22 mars 2020. La capitale représente un enjeu majeur pour la majorité présidentielle, qui tentera de mettre fin à dix-neuf ans de règne de la gauche. Divisions au sein de LaREM, explosion de la droite, bilan d'Anne Hidalgo... Retrouvez ici toutes les infos sur la campagne parisienne.

Live

MARINE LE PEN


Interrogée sur les municipales parisiennes, la présidente du Rassemblement National a estimé dans le Grand Jury que "la politique mené par Hidalgo est un drame pour notre capitale et ses habitants".

VILLANI


Invité sur Europe 1, le candidat dissident à la maire de Paris Cédric Villani a commenté les principales orientations du programme d'Agnès Buzyn que l'ancienne ministre de la Santé a elle-même dévoilées dans le JDD. "Je vois un programme axé sur la sécurité et la propreté, c'est un programme qui, de toute évidence, parle à la droite", a commenté l'ancien député LaREM, faisant le parallèle avec les propositions de la candidate LR Rachida Dati.

DATI


Interrogée par LCI, la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati a réagi au sondage Ifop-Fiducial paru ce dimanche dans le JDD.

BUZYN


Sur la question sociale, la candidate LaREM à la mairie de Paris Agnès Buzyn annonce dans le JDD vouloir "s'attaquer au défi du vieillissement de la population". Face aux difficultés rencontrées par les personnes âgées qui veulent rester chez elles, l'ancienne ministre de la Santé veut créer "un service public du maintien à domicile, qui centralisera les demandes et travaillera avec toutes les associations".

BUZYN


Dans le JDD ce dimanche, la candidate LaREM à la mairie de Paris Agnès Buzyn reprend les propositions de son prédécesseur Benjamin Griveaux sur le thème de la propreté : création de "managers de rue" dans chaque quartier, augmentation du nombre d'agents de la ville sur le terrain "mobilisés dans les zones les plus sales, déterminées en concertation avec les maires d'arrondissement et les citoyens", le ramassage des déchets confié entièrement au secteur privé, et "la responsabilité de la propreté" donnée aux maires d'arrondissement. L'ancienne ministre de la Santé" veut aussi "doubler la part des déchets recyclés, qui n'est que de 20%". 

BUZYN


À l'instar de Rachida Dati, la candidate LaREM à la mairie de Paris Agnès Buzyn confirme ce dimanche dans le JDD vouloir une police municipale équipée d'armes létales, comme "50% des polices municipales". Cela nécessite une formation, et que ce soit des policiers qui connaissent leur quartier", insiste-t-elle. Au moins un agent par patrouille portera une caméra-piéton.

DATI 


Interrogée par Le Parisien sur la mobilité dans la capitale, la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati explique qu'elle n'a "pas dit qu'il fallait arrêter le diesel en 2024". "J'ai juste dit que c'était le sens de l'histoire et qu'il faudrait un jour y arriver."


Sur la réouverture des voies sur berge, l'ancienne Garde des Sceaux assure que la décision reviendra aux Parisiens. Ils "trancheront à l'issue de la concertation sur le schéma de mobilité."

DATI


Dans les colonnes du Parisien, la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati annonce que, si elle est élue, elle mettra en place une police municipale armée. "Je veux 3400 agents sur le terrain, contre 2900 actuellement. Ils seront équipés, comme dans toutes les grandes villes, avec armes létales, gilets pare-balles et flotte de véhicules sérigraphiés, équipés de sirène et de gyrophare, pour lutter contre la délinquance du quotidien", indique-t-elle. "À quatre ans des JO, je n'imagine pas ne pas avoir de police municipale armée."

DATI


Questionnée par Le Parisien ce dimanche sur une possible alliance au second tour, la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati assure que "personne ne pourra gagner tout seul". "Ni moi, ni Hidalgo", appuie l'ex-ministre de la Justice de Nicolas Sarkozy. Ainsi, elle explique que "le soir du premier tour, en fonction des scores, se posera la question de la meilleure manière de tourner la page Hidalgo."

DATI


Interrogée dans Le Parisien ce dimanche, la candidate LR à la mairie de Paris Rachida Dati estime être "la seule alternative à Anne Hidalgo". "Ma principale adversaire est logiquement la maire sortante, avec un bilan chaotique, épouvantable. L'insécurité, l'état de la voirie, la propreté ! Chaussées, rues, trottoirs... Tout est défoncé. Ce ne sont plus des nids-de-poule, ce sont des poulaillers ! Je ne me résous pas à laisser Paris décliner. Or, ce déclin est le bilan de Madame Hidalgo", tacle l'ancienne Garde des Sceaux.

SONDAGE


Anne Hidalgo (PS) arrive en tête des intentions de vote au premier tour pour les municipales à Paris (24%), selon un sondage Ifop-Fiducial paru dimanche. Elle devancerait Rachida Dati (LR, 22%) et Agnès Buzyn (LaREM, 19%).


Dans cette étude pour le Journal du dimanche et Sud Radio, le candidat EELV David Belliard est à 12%, le marcheur dissident Cédric Villani à 9% et Danielle Simonnet (LFI) à 6%.


La quasi-totalité des interviewés a par ailleurs été interrogée alors que Gaspard Gantzer était toujours soutien des listes "Parisiennes, Parisiens", crédité de 0,5%. L'ex-conseiller en communication de François Hollande s'est depuis rallié à Agnès Buzyn.


Enquête réalisée en ligne du 17 au 21 février auprès de 976 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d'erreur de 1,4 à 3,1 points.

HIDALGO


Et pendant que les deux candidatures de la majorité présidentielle à Paris finissaient de se mettre d'accord pour dire qu'elles n'étaient pas d'accord, la maire sortante faisait part de ses propositions en matière de réglementation de la vie nocturne. Elle propose par exemple l'installation de capteurs de bruit auprès des lieux festifs, afin que ces derniers puissent contrôler le son émanant de leur établissement et ainsi éviter une fermeture administrative.


Autre promesse, la lutte contre l'éclairage des vitrines des magasins et la pollution visuelle émanant des petites rues, ou encore dans les jardins.

TÊTES DE LISTE


Acte final de l'impossibilité pour les listes Villani et Buzyn de se décider à se rallier, Cédric Villani a annoncé avoir déposé toutes ses listes par arrondissement, vendredi en fin de journée.

BUZYN/VILLANI


Malgré de nombreuses tractations, qui se sont tenues en dépit des apparences (les deux candidats avaient chacun dit publiquement qu'ils ne s'allieraient pas à cause des exigences de l'autre), les camps Buzyn et Villani ne fusionneront pas leurs listes avant le premier tour, a appris l'AFP ce vendredi. 


Cédric Villani, qui avait fait de l'intégration de son programme écologique et de l'agrandissement de Paris les seules conditions à son ralliement, a refusé tout rapprochement : "Il y aura zéro fusion avant le premier tour", a indiqué son directeur de campagne Baptiste Fournier auprès de l'AFP. Le pas fait par Agnès Buzyn sur la mise en application d'une intelligence artificielle pour fluidifier la circulation, a été jugé insuffisant par le mathématicien.


A noter qu'il y avait quand même de l'espoir, puisque les équipes de Buzyn avaient retardé autant que possible le dépôt de leurs listes. Mais, regrette-t-on chez l'ancienne ministre de la Santé, "Cédric Villani est aux mains de gens peu recommandables", allusion à des membres de son équipe "qui ont une revanche à prendre, frustrés d'avoir été écartés aux législatives en 2017, aux Européennes ou placés en position inéligible".

KIT DE CAMPAGNE 


Dans son tract de campagne, à paraître cet après-midi, Agnès Buzyn met l'accent sur les projets qu'elle compte porter : la police municipale qu'elle souhaite armée, des "actions coup de poing" pour la propreté, l'écologie, l'attention aux "aînés", aux "plus fragiles" et aux "personnes en situation de handicap"... 

GRANDE CONFRONTATION

Un débat. Sept candidats. Rendez-vous le 4 mars sur #La26.

Municipales à Paris : LCI organisera le débat du 1er tour

TÊTES DE LISTE

La République en marche a annoncé à la presse ses têtes de liste par arrondissement pour les municipales. Comme attendu, Agnès Buzyn sera tpete de liste dans le 17e arrondissement. Tout frais rallié, l'ex-chargé de communication de François Hollande Gaspard Gantzer est bombardé en tête du 6e arrondissement.


Paris Centre : Pacôme Rupin

5e arrondissement : Florence Berthout

6e arrondissement : Gaspard Gantzer

7e arrondissement : Alexandre Missoffe

8e arrondissement : Sophie Segond

9e arrondissement : Delphine Bürkli

10e arrondissement : Karim Amellal

11e arrondissement : Guillaume Poitoux

12e arrondissement : Sandrine Mazetier

13e arrondissement : Chang Hua Peng

14e arrondissement : Éric Azière

15e arrondissement : Catherine si les

16e arrondissement : Hanna Sebbah

17e arrondissement : Agnès Buzyn

18e arrondissement : Pierre-Yves Bournazel

19e arrondissement : Olivier Rouxel

20e arrondissement : Frederique Calandra

PARISIENNES, PARISIENS


Le mouvement "Parisiennes, Parisiens" a annoncé dans un communiqué, poursuivre sa campagne aux élections municipales à Paris, malgré le ralliement de son cofondateur Gaspard Gantzer à Agnès Buzyn (LaREM).

"Cette décision unilatérale de Gaspard Gantzer, dont nous prenons acte, est à l'opposé de la démarche que nous avions initiée avec lui", ont dénoncé 11 têtes de listes à Paris du mouvement, créé en juin 2018 avec l'ex-conseiller du président François Hollande.

GANTZER


Sur LCI, Gaspard Gantzer a expliqué pourquoi il a choisi de se rallier à Agnès Buzyn, candidate de La République en marche pour les élections municipales à Paris.

HIDALGO

La maire sortante a reçu le soutien de Bernard Cazeneuve. L'ancien Premier ministre était aux côtés d'Anne Hidalgo, ce jeudi, à Paris, pour une déambulation dans les rues du Marais, dans l'hypercentre de Paris. "C'est toujours important d'être aux côtés de ses amis quand ils mènent de beaux combats", a glissé à France info celui que la candidate socialiste a décrit comme "un grand ministre de l'Intérieur, un grand Premier ministre". Un renfort pas anodin, alors qu'Anne Hidalgo doit assumer des chiffres inquiétants sur la hausse de la délinquance, qu'elle attribue à un "terrain déserté", sans "policiers nationaux", ni "dans Paris", ni "dans nos quartiers, d'où cette augmentation des vols à la tire, des cambriolages".

REPORTAGE

Circulation à Paris : "Les Parisiens sont trop fainéants pour pédaler"

SONDAGE

Dans un sondage Ipsos/Sopra Steria qui contredit les deux précédents publiés la veille, la maire sortante Anne Hidalgo devancerait largement, avec 24% des intentions de vote, ses concurrentes Rachida Dati (20%) et Agnès Buzn (19%). Derrière ce trio, on retrouve l'écologiste David Belliard, avec 13%, le dissident marcheur Cédric Villani (9%).


Cette étude remet la dynamique favorable à Rachida Dati dans une certaine perspective, et note pour la première fois une dynamique en faveur d'Agnès Buzyn, puisque cette dernière fait mieux de trois points que Benjamin Griveaux lors de la précédente enquête. 

VILLANI


Cédric Villani a donné une interview à l'AFP. Il revient sur plusieurs sujets : 


- avant les Jeux olympiques de 2024, il veut "présenter notre meilleur visage au monde". "La priorité c'est de ramener de la sérénité, réduire les embouteillages, mettre en place une police municipale qui amènera de l'apaisement et évitera les incivilités, remuscler les services de nettoiement de la ville." Il veut aussi accélérer "la grande révolution écologique et faire disparaître la mobilité à essence dans les rues, avoir mené un grand programme de végétalisation, réduire très fortement les 2000 passoires thermiques, améliorer la qualité des transports en commun et travailler de façon très efficace en partenariat avec la couronne pour construire des projets ensemble à l'échelle grand parisienne."


- sur l'intelligence artificielle qu'il veut utiliser pour diminuer les pollutions, il explique : "La politique, c'est aussi la façon dont on intègre les technologies, les sciences et diagnostics au service de l'humain. Par exemple, vous créez au moins une quarantaine de 'quartiers apaisés' à Paris, dans lesquels vous travaillez sur l'esprit de village, ça veut dire éviter que les voitures viennent envahir les voies. Il faut trouver les bons sens interdits qui feront que l'itinéraire que la voiture a envie de prendre ne sera plus juste un raccourci, revoir les plans de circulation."

"Grâce à l'intelligence artificielle, où vous avez des logiciels qui en fonction d'un cadastre, d'un plan d'urbanisme, vous disent automatiquement quels sont les meilleurs endroits pour implanter des panneaux solaires. Il y a des logiciels qui à partir de caméras installées sur des véhicules repèrent les rues qui sont plus sales que les autres, qui ont besoin qu'on revienne nettoyer. Sur la route, l'intelligence artificielle peut permettre de mieux synchroniser et fluidifier la circulation. Moscou l'a fait, ce n'est pas une ville la plus fluide qui soit, mais il faut voir d'où ils partaient."

Municipales à Paris : Gaspard Gantzer se rallie à Agnès Buzyn

GANTZER


Gaspard Gantzer annonce qu'il se rallie à la candidate LaREM Agnès Buzyn. "Le moment est venu pour moi de prendre mes responsabilités, de mettre mon ego de côté et de contribuer au sein d'une équipe qui va l'emporter. Je fais le choix du collectif, du rassemblement", a-t-il déclaré au Parisien.

BUZYN


Le programme de la candidate LaREM à la mairie de Paris Agnès Buzyn sera "connu dimanche", a indiqué sur LCI sa porte-parole Marie-Laure Harel.

SONDAGE LCI


Sur LCI, Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la maire de Paris et directeur de campagne d'Anne Hidalgo, a commenté le sondage LCI donnant la maire sortante au coude-à-coude avec la candidate LR Rachida Dati. 

VILLANI


Agnès Buzyn a "clairement refusé" l'hypothèse d'une alliance avec Cédric Villani, a regretté le candidat dissident dans une interview au Parisien. au cours de laquelle il a par ailleurs réfuté les termes de "rapport de force" utilisés par la néo-candidate au moment de commenter son attitude. "Je n'ai fait que rappeler les propositions essentielles que je défends (le plan climat à 5 milliards d'euros, l'agrandissement de Paris". Convaincu que "personne ne peut gagner Paris seul", il veut toujours un rassemblement "sur la base du progressisme et d'un écologie scientifique et rationnelle"

SONDAGE LCI


"Benjamin Griveaux avait un projet avec quelques marqueurs importants. Avec Agnès Buzyn, il n'y a plus de projet du tout parce que les grands marqueurs sont abandonnés", tance sur LCI Emmanuel Grégoire, directeur de la campagne de la maire sortante Anne Hidalgo. "On les mets à la remise parce qu'ils ont été mal accueillis", en référence au "Centrak Park" parisien à la Gare d'Est et à l'apport de 100.000 euros pour l'achat d'un appartement. 

SONDAGE LCI


"Il faut être très serein avec les sondages. Là en l'occurrence, il est plutôt bon ce sondage", indique sur LCI Emmanuel Grégoire, directeur de la campagne de la maire sortante Anne Hidalgo. "Nous ne baissons pas, nous restons à un haut niveau. La dynamique de Rachida Dati est apparu, non pas au détriment d'Anne Hidalgo, mais au détriment d'autres candidats. On déroule notre compagne."

CIRCULATION

Cette démonstration du Parisien, après la déclaration de Rachida Dati qui défendait l'usage de la voiture au nom des contraintes familiales. Le quotidien rappelle, dans son décryptage, que seuls 15% des Parisiens utilisent au quotidien leur voiture., contre 80% en dehors de Paris. Par ailleurs, quand ils l'utilisent, c'est rarement pour voyager à plusieurs. Ils sont ainsi 79%, selon une étude citée par le quotidien, très ciblée de la mairie de Paris et difficilement généralisable à toute la capitale, à conduire seuls. Une autre enquête, plus ancienne, faisait état d'un taux d'occupation de 1,28 personne par véhicule.

TSIPRAS EN VISITE AVEC HIDALGO


Un déjeuner mercredi avec l'ancien Premier ministre grec Alexis Tsipras, une déambulation dans les rues du très populaire XXe arrondissement: la maire sortante de Paris et candidate à sa succession, Anne Hidalgo, tente à moins d'un mois du premier tour de "mobiliser" son électorat.


"Je suis venu apporter mon soutien à Anne Hidalgo", commente sobrement auprès de l'AFP l'ancien chef du gouvernement grec, dans un restaurant situé dans le nord-est de la capitale. Ensemble, les deux politiques ont évoqué de nombreux sujets dont "la social-démocratie, le social, l'écologie ou la politique migratoire". "C'est en faisant des choses au niveau local qu'on peut les reproduire à plus grande échelle, notamment sur des accords comme l'accord de Paris" signé en 2015 sur le climat, souligne Anne Hidalgo.

RATS

Alors que la propreté est au coeur des thèmes prioritaires des Parisiens pour cette campagne, les rongeurs ont forcément une place à part dans cette élection.

Rats à Paris : les rongeurs s'invitent dans la campagne des municipales

L'APPEL DU NUMÉRO 2 DE LAREM


Le numéro deux de LaREM, Pierre Person, a considéré mercredi que "rien ne fait obstacle au rassemblement" d'Agnès Buzyn et Cédric Villani, qui doit se faire "dès le premier tour", dans un communiqué à l'AFP. "Rien aujourd'hui ne fait obstacle au rassemblement de notre famille politique, il doit se faire dès le premier tour", exhorte le député de Paris, selon qui "le rassemblement, c'est la victoire. Notre candidate est la meilleure option."

ENTOURAGE VILLANI


Commentant le sondage de LCI, plus favorable à leur champion que celui du Figaro, l'entourage de Cédric Villani n'a pu s'empêcher de remarquer qu'il n'y avait "pas d'effet Buzyn" dans les deux enquêtes, qui pointent la successeuse de Benjamin Griveaux à 17%, là où ce dernier pointait à 15 ou 16% dans les précédentes études. 


Quant au score de Cédric Villani, ils estiment qu'il "consolide son socle". "Seul à ne pas être soutenu par un appareil politique, c'est le candidat le plus populaire et celui qui apporte des idées neuves dans cette campagne". Et d'en conclure, tout en décourageant un vote envers Rachida Dati, qui "conserve très peu de réserves de voix au second tour pour battre Anne Hidalgo" : "Il faut porter Villani au plus haut le soir du 1er tour pour lui permettre d'imposer ses idées et de réussir un large rassemblement des écologistes aux progressistes".

SONDAGE EXCLUSIF

Municipales à Paris : Dati et Hidalgo au coude-à-coude au premier tour, selon un sondage exclusif LCI

VILLANI RÉPOND À BUZYN


Réagissant aux propos d'Agnès Buzyn relayés dans notre live, l'entourage de Cédric Villani tient à réagir auprès de LCI, exprimant sa surprise que la candidate LaREM évoque un "rapport de force" : "Nous nous étonnons du terme employé de 'rapport de force', l'échange entre Cédric Villani et Agnès Buzyn était tout à fait cordial, et évoquait d'éventuelles convergences programmatiques et politiques, notamment sur l'écologie. Nous n'avons pas entendu Mme Buzyn sur ce sujet, nous ne savons pas ce qu'elle propose, manifestement elle décline et jette à la poubelle l'idée du 'Central Park' de Benjamin Griveaux, que propose-t-elle à la place ? C'est tout de même assez surprenant de sa part d'évoquer un rapport de force quand il s'agit d'un dialogue d'ouverture."

AGNÈS BUZYN DANS LE PARISIEN


Pour sa première interview accordée au Parisien en tant que candidate à la mairie de Paris, l’ancienne ministre de la Santé Agnès Buzyn explique que cette candidature "était une évidence" pour elle après le renoncement de Benjamin Griveaux. 


Selon la candidate LaREM, "Paris a été malmenée ces dernières années" et les habitants n'ont pas été assez respectés [...] je pense que je peux apporter une forme d'apaisement et de rassemblement. Ce qui manque aujourd'hui à Paris, c'est la qualité de vivre. Ce sera le cœur de mon projet".


Alors qu'elle devrait a priori prendre la tête de liste du parti présidentiel dans le 17e arrondissement, Agnès Buzyn annonce  n'avoir "pas pris de décision aujourd'hui. Il y a plusieurs options." La candidate estime par ailleurs que ses "deux concurrentes, Anne Hidalgo et Rachida Dati, chacune avec son style, sont beaucoup plus dans l'affrontement" qu'elle. 


Agnès Buzyn explique aussi avoir "tendu la main" à Cédric Villani, "mais il a posé des conditions strictes : ce n'est pas comme cela que je travaille. Je ne suis pas dans le rapport de force. Et là, il a posé un rapport de force". 


Autre information : le projet de déménagement de la gare de l'Est, proposé par Benjamin Griveaux, n'est plus une priorité pour la candidate LaREM qui déclare être "tellement différente de Benjamin Griveaux, que c'est une autre campagne qui démarre". Agnès Buzyn annonce enfin qu'elle présentera son programme finalisé pour la ville de Paris en fin de semaine.

PHILIPPE SOUTIENT BUZYN


Agnès Buzyn "était une remarquable ministre des Solidarités et elle sera une exceptionnelle maire de Paris", a assuré mardi dans l'hémicycle de l'Assemblée Edouard Philippe, provoquant la fureur notamment sur les bancs des Républicains qui ont accusé le Premier ministre de faire indûment la promotion de son ancienne ministre de la Santé.


"Je vous réponds en disant que la ministre était remarquable, qu'elle est rentrée dans un combat électoral et que je souhaite qu'elle le gagne. Et en disant cela, je dis une évidence". Insuffisant pour calmer l'ire de l'opposition : "Si Agnès Buzyn était là, elle vous dirait que c'est très mauvais pour la santé", a encore raillé le Premier ministre.

PREMIER TWEET

CÉDRIC VILLANI


Invité sur France 2, l'ex-marcheur Cédric Villani s'est réjoui ce matin d'avoir pu échanger avec Agnès Buzyn, pour qui il a "du respect" et "de l'estime". "Nous avons pu discuter de fond, de programmes" et "c'était important pour moi de prendre contact, de discuter de ce qui pour moi est très important dans cette campagne parisienne, quels sont les grands enjeux pour la capitale", a résumé le mathématicien.


Interrogé sur de potentielles alliances avant le 1er tour, M. Villani a répondu : "Je le dis depuis toujours, ma candidature continue en liberté, en indépendance, tout en étant ouverte à discussion avec les uns avec les autres" pour la suite. Cédric Villani aurait ainsi déjà engagé un dialogue avec les Verts sur "les grands enjeux parisiens".

RACHIDA DATI - SON PROGRAMME


Se plaçant systématiquement en opposition à Anne Hidalgo, la candidate Républicaine a annoncé vouloir réconcilier les différents usagers de la route à Paris.


Rachida Dati a également annoncé réserver un quota de logement dans le parc locatif pour le personnel soignant et pour les forces de sécurité.

RACHIDA DATI - SES CONCURRENTS


"Les Parisiens n'en peuvent plus de son bilan. Hidalgo a réussi à écœurer les Parisiens de Paris", assure Rachida Dati sur RTL ce matin. La candidate Les Républicains aux élections municipales à Paris, deuxième dans les sondages, a également refusé de parler d'alliances politiques pour le moment. "Les électeurs ne supportent plus ces petites combines. Je ne fais pas de petites combines (...) je trace pour les Parisiens" a-t-elle avancé.


Sur la nouvelle candidature d'Agnès Buzyn, elle déclare aussi : "Moi je considère que Paris n'est pas une punition. Je regrette pour les parisiens qu'elle soit une candidate malgré elle. Moi j'ai fait un vrai choix de passion, un choix de passion, quand il a fallu choisir entre mes mandats j'ai préféré être maire du 7e arrondissement que députée européenne."

DEFIS

Relever une campagne moribonde, laissée par son prédécesseur à 15-16% dans les sondages, se faire connaître des Parisiens, tendre la main, mieux que Benjamin Griveaux n'a su le faire, à Cédric Villani, en verdissant notamment ses propositions, et se trouver un point d'ancrage. Selon les informations du Parisien, "ce sera dans le XVIIe", où l'ancien porte-parole était déjà en tête de liste.

NETTOYAGE

Moquées ou incomprises, les deux mesures n'avaient pas fait grand bien pour la campagne de son prédécesseur.

Municipales à Paris : à peine nommée, Buzyn enterre deux mesures controversées de Griveaux

BUZYN

Autre engagement marquant de Benjamin Griveaux évacué par Agnès Buzyn, nous apprend l'AFP : l'apport de 100.000 euros pour permettre aux classes moyennes d'acheter un appartement. 

BUZYN

Engagement symbolique de Benjamin Griveaux, le déplacement de la Gare de l'Est et la végétalisation de ses rails ne survivront pas au départ du candidat. Selon nos informations, Agnès Buzyn, nouvelle tête de liste, l'a indiqué à ses équipes ce midi.

BUZYN


Pendant plusieurs heures ce lundi matin, le nom de domaine buzyn2020.fr renvoyait vers la page d'Anne Hidalgo, actuelle maire de Paris. Contacté par franceinfo, le service de presse de la candidate PS a indiqué n'avoir "aucune idée de ce qu'il s'est passé" et démenti avoir acheté le nom de domaine attribué à l'ancienne ministre de la Santé.

SONDAGE


Deux Français sur trois (66%) sont satisfaits de l'action de leur maire et optimistes pour l'avenir de leur commune, selon un sondage OpinionWay-Square Management diffusé lundi. Seuls 32% ne sont pas satisfaits et pessimistes pour leur commune, avec une proportion légèrement supérieure d'insatisfaits chez les jeunes de moins de 25 ans (35%) et les catégories populaires (34%).


A quatre semaines du premier tour des municipales, 68% des personnes interrogées se disent intéressées par le scrutin, contre 31% d'un avis contraire, selon cette enquête pour Les Échos et Radio Classique.

Vers une convergence Buzyn-Villani à Paris ? Le mathématicien pose ses conditions

Infos précédentes

Une élection majeure aux multiples inconnues. Alors que le scrutin des élections municipales des 15 et 22 mars approche à grands pas, la majorité présidentielle a d'ores et déjà mis un pied dans la campagne en désignant, en juillet, un très proche d'Emmanuel Macron, Benjamin Griveaux, comme tête de liste. Un choix qui a divisé les soutiens au sein de LaREM, au point de laisser envisager un duel fratricide entre l'ex-ministre et un challenger de renom, le député et mathématicien Cédric Villani, qui a dénoncé le processus d'investiture de sa famille politique. Ce dernier devrait préciser ses intentions ce mercredi 4 septembre à 19 heures.

En face, la droite parisienne apparaît toujours très divisée, entre les tenants d'une alliance avec la majorité présidentielle et ceux qui, comme Rachida Dati, rêvent de porter les couleurs des Républicains. A gauche, la maire Anne Hidalgo, très critiquée par ses adversaires, oppose une défense combative de son bilan, même si elle ne s'est pas encore déclarée sur une probable candidature à sa propre succession. Les écologistes ont également choisi leur chef de file en la personne du conseiller de Paris David Belliard. Du côté de la France insoumise, c'est la porte-parole Danielle Simonnet qui devrait représenter sa candidature.

Toutes les actualités relatives à la campagne électorale dans la capitale sont à suivre dans notre direct...

Lire aussi

Suivez en direct toutes les actualités de la campagne des municipales à Paris à travers notre live ci-dessus.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent