EN DIRECT - Nouvelle-Calédonie : Edouard Philippe annonce une réunion en décembre pour "tirer les conclusions" du référendum

Politique
VOTE - Le Premier ministre Edouard Philippe est en Nouvelle-Calédonie ce lundi, au lendemain du référendum d'indépendance qui a vu le non arriver en tête dimanche. Suivez les dernières informations sur cette visite.
Live
Urgent

BILAN


Edouard Philippe annonce une réunion en décembre à Paris avec les différentes forces politiques pour "tirer les conclusions" du référendum. Le chef du gouvernement, qui effectue lundi une visite en Nouvelle-Calédonie au lendemain du scrutin, a salué un "véritable succès démocratique et populaire".

PROGRAMME DES ENTRETIENS D'EDOUARD PHILIPPE


Voici la liste des partis politiques néo-calédoniens que le Premier ministre a rencontré lundi. 

PHILIPPE SALUE LA PARTICIPATION


Edouard Philippe a salué lundi la participation "absolument considérable" et le climat globalement bon du référendum d'indépendance. 


Avant une déclaration formelle prévue à 19h30 locales (9H30 heure de Paris), et au milieu de ses échanges avec les partis politiques néo-calédoniens, le chef du gouvernement a rencontré à la mi-journée des étudiants à l'université de Nouméa.


Quant aux réactions locales après l'annonce du résultat, "elles se sont plutôt bien passées", s'est réjoui le Premier ministre.

EDOUARD PHILIPPE A NOUMEA


Le Premier ministre, Edouard Philippe a atterri lundi à 8h15 (22h15 à Paris) à Nouméa, en Nouvelle-Calédonie où il vient rencontrer les différentes forces politiques présente au congrès de Nouvelle-Calédonie. 


Il arrive du Vietnam accompagné de la ministre des Outres-mer Annick Girardin, et devrait s'exprimer lundi matin (heure de Paris) devant la presse.  


Auparavant il se rendra dans le nord pour rencontrer deux figures des indépendantistes, Paul Néaoutyine président de la province nord de la Nouvelle-Calédonie et Daniel Goa, président de l'Union Calédonienne.

SIMEONI "PREND ACTE"


Le président indépendantiste du Conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni, a annoncé dans la soirée sur FranceInfo prendre "acte du résultat démocratique en Nouvelle-Calédonie". 


Dans une interview à la radio publique, l'indépendantiste Corse estime toutefois que le résultat montre que " les mécanismes d'aliénation coloniale n'ont pas disparu". Et pointe du doigt notamment les "disparités économiques et sociales, en matière d'éducation".


"Le combat du peuple kanak va continuer" affirme-t-il encore ajoutant : "Les Corses, celles et ceux qui partagent nos idées, sommes solidaires de ce peuple."

DES INCIDENTS AUX ABORDS DE NOUMEA

C'est déjà le milieu de la nuit en Nouvelle-Calédonie. Suite aux résultats du référendum à 23h heure locale, plusieurs incidents isolés sont survenus dans le Grand Nouméa.

Actuellement, les autorités font état d'un bâtiment (une ancienne maison coloniale) incendié, de huit voitures brûlées, et de plusieurs caillassages sur les forces de l'ordre. Deux interpellations ont eu lieu et la route RP1 située au abord de la ville de Mont-Dorée a été coupée en prévention.

"LE CAILLOU" ÉTAIT PRÉPARÉ AUX DÉBORDEMENTS

Huit escadrons de gendarmes mobiles - soit plus de 800 hommes - ont été envoyés il y a un mois depuis la métropole pour renforcer les effectifs postés sur l'île. Un important dispositif de sécurité a ainsi pu être mis en place ce dimanche, avec plus de 1400 gendarmes déployés dans tout l'archipel. Organisés en 80 patrouilles, ils ont quadrillé la collectivité et assuré l'accès aux bureaux de vote.

Selon Europe 1, "cette logistique va coûter plus de 5 millions d'euros à l'Etat, soit plus de 30 euros par électeur. À titre de comparaison une présidentielle revient à un peu plus d'un euro par électeur."

CONCLUSION SUR LES CHIFFRES

Le non à l'indépendance l'a emporté ce dimanche en Nouvelle-Calédonie avec 56,4% des voix contre 43,6% pour le oui lors d'un référendum d'autodétermination historique, a indiqué le Haut-Commissariat. Le score du non se situe cependant très en deçà de ce que prévoyaient les sondages. La participation a été massive, avec 80,63% de votants.

LES PREMIÈRES RÉACTIONS POLITIQUES

Laurent Wauquiez, président des Républicains, a déclaré dans un communiqué : "En ce jour si important pour  le Caillou, je garde en tête ces mots du général de Gaulle adressés il y a 52 ans aux Calédoniens : 'Vous avez un rôle français à jouer dans cette partie du monde. Vous êtes un morceau de la France, vous êtes la France Australe."

Le groupe La France Insoumise a également tenu à réagir : "Le résultat du référendum est une profonde déception pour tout ceux qui  croient à la nécessité d'une pleine souveraineté des populations de l'archipel. (...) Les parlementaires de la France insoumise adressent aux populations qui  se sont exprimées un salut républicain confiant dans l'avenir de la paix et de la souveraineté populaire."

Florian Philippot, eurodéputé et chef des Patriotes, s'est lui exprimé sur Twitter : "Quel bonheur ce choix clair, net et précis pour la France! Vive l'outre-mer !"

Enfin, interrogée sur LCI, Ségolène Royal, actuelle ambassadrice chargée de la négociation internationale pour les pôles : "Il y avait une aspiration très forte à rester dans le modèle français, ce qui prouve que quand même le modèle français, qui est si souvent contesté, a du bon. (...) Il faut leur donner plus d'autonomie encore dans le domaine du  développement économique, en particulier en laissant la Nouvelle-Calédonie conclure des accords commerciaux avec les pays de cette zone." 

LA NOUVELLE-CALÉDONIE RESTE FRANÇAISE

"Les électeurs ont pu choisir souverainement, en connaissance de cause, la relation entre la Nouvelle-Calédonie et la France. Ils se sont exprimés aujourd'hui, majoritairement, pour que la Nouvelle Calédonie reste française", a déclaré solennellement le Président de la République à la télévision française.

Emmanuel Macron a ensuite ajouté : "Je dois dire l'immense fierté que nous ayons passé ensemble cette étape historique. Je veux aussi dire la fierté pour le chef de l'état, que la majorité des Calédoniens aient choisi la France. C'est pour nous une marque de confiance dans la République française, dans son avenir et dans ses valeurs. Cette fierté, chacun peut la ressentir et la partager."

MESSAGE AUX PARTIS INDÉPENDANTISTES 

"Je tiens ici à saluer l'engagement des forces politiques Calédoniennes et des autorités coutumières Kanak, dans une campagne responsable. Respectueuse des points de vue adverses, veillant à chaque instant à éviter les tensions et à préserver l'acquis de 30 années de dialogue et de paix." Emmanuel Macron

ALLOCUTION D'EMMANUEL MACRON

Un vote attendu depuis 30 ans qui a beaucoup mobilisé avec 80.7% de participation, le dépouillement des votes est quasiment fini et le non l'emporte. Le Président s'est exprimé à la télévision à 13h, heure de Paris :

"Ce jour était le rendez vous que les calédoniens et l'Etat s'étaient donnés à eux mêmes pour surmonter les divisions. Je veux relever ici la promesse tenue depuis 30 ans sans considération des changements de majorité, à Paris ou en Nouvelle-Calédonie. (...) Avec le gouvernement, nous avons tenu à la stricte neutralité de l'Etat dans cette consultation et à la plus grande transparence du processus électoral. Nous avons garanti la loyauté et la sincérité de ce scrutin."

DECLARATION DU HAUT-COMMISSARIAT

La Nouvelle-Calédonie a fait le choix dimanche de rester dans la France, selon des résultats partiels portants sur 128.618 bulletins dépouillés sur  un total de près de 175.000 électeurs. Le non à l'indépendance l'emporte avec 59,68% des voix contre 40,32% pour le Oui, a indiqué le Haut-Commissariat.

Info LCI - Le non à l'indépendance l'emporte avec 59.5% des voix (résultats partiels)

Le Front de libération nationale kanak et socialiste s'exprime sur Facebook concernant les débordements

Comme à Farino - majoritairement pour le non - ou à Pouébo - majoritairement pour le oui - le taux de participation a été exceptionnel, dépassant les 80%. Malgré une estimation actuelle penchant vers le non, les résultats montrent une très forte mobilisation des indépendantistes dans certaines communes.

En parallèle du vote, des caillassages sur des véhicules ont eu lieu dans plusieurs quartiers de Nouméa, a appris la 1ère Nouvelle-Calédonie de source policière. 5 voitures sont en feu sur le parking du concessionnaire Toyota, à Montravel.

RÉSULTATS PARTIELS

Dans les derniers sondages le "non" donné vainqueur, crédité de plus de 60% des voix, mais les deux camps - indépendantistes et anti-indépendantistes - restent prudents. Macron s'exprimera après les résultats. 

France ou Kanaky ? Ce dimanche à 13h, c'est en connaissance de cause des résultats du référendum pour l'indépendance de ce territoire pacifique de 270.000 habitants qu'Emmanuel Macron s'adressera aux Français. Le président, qui avait pris position en faveur d'un vote en défaveur de l'indépendance tout en assurant que la France accompagnerait le processus d'indépendance en cas d'une victoire du "oui", s'exprimera depuis l'Elysée. Suivez en direct son allocution.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Référendum historique sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter