EN DIRECT - Plan pauvreté : "sentiment mitigé" pour la Fondation Abbé Pierre après les annonces de Macron

Politique
DirectLCI
SOCIAL - Emmanuel Macron a présenté ce matin depuis le Musée de l'Homme à Paris son plan pauvreté, qui représentera un investissement de huit milliards d'euros sur le quinquennat. Retrouvez toutes ses annonces et les réactions dans ce live.
Live

FUSION DES PRESTATIONS SOCIALES


Notre article sur les contours que pourrait prendre la mesure annoncée par Emmanuel Macron :

APL, RSA, ALS, AAH... 4 questions pour comprendre ce que va changer le "revenu universel d'activité"

APL, RSA, ALS, AAH...  4 questions pour comprendre ce que va changer le "revenu universel d'activité"
Live

CFDT

MELENCHON

RÉACTIONS POLITIQUES


Les réactions politiques à l'annonce du plan pauvreté par Emmanuel Macron sont nombreuses des deux côtés de l’échiquier politique. En voici, un florilège :


Eric Ciotti, député LR : "Quelle démagogie irresponsable! Le revenu universel d'activité du plan pauvreté revient à payer tout le monde à ne rien faire. Hamon en rêvait, Macron l'a fait! Ceux qui à droite l'ont soutenu et le soutiennent font face à un petit problème de cohérence..."

   

Boris Vallaud, député PS : "Toute mesure qui va dans le bon sens est à saluer mais ce Plan Pauvreté est un pauvre plan: 8 milliards d'euros sur 4 ans, ce n'est pas un +pognon de dingue+ comparé aux 24,9 milliards sur 5 ans du Plan Richesse avec la suppression de l'ISF et la flat tax. Où est l'ambition ?" 

   

Matthieu Orphelin, député LREM : "Ces nouvelles mesures vont clairement dans le bon sens. Elles arrivent à un moment important du quinquennat pour réaffirmer notre ambition de solidarité"

   

Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France : "Plan Pauvreté ou Plan Communication ? Si certaines mesures sont bonnes, elles sont insuffisantes et ne compenseront pas la casse sociale de Macron depuis 1 an: +8 milliards EUR d'impôts, prestations sociales rabotées, pensions de retraite amputées, etc." 

REVENU UNIVERSEL D'ACTIVITÉ


La création d'ici 2020 d'un "revenu universel d'activité" fusionnant plusieurs prestations sociales, annoncée jeudi par Emmanuel Macron, ne recèle "aucune intention cachée de remettre en cause certains droits", notamment "les aides monétaires (qui) augmenteront encore", a affirmé la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn.

EELV

Sur LCI, le secrétaire national d'EELV David Cormand estime que ce revenu universel d'activité est "la version libérale du revenu universel". "Il n'est pas inconditionnel, on y rajoute la dimension de contrôle"

BLANQUER

MACRON

VIDEO - Le "revenu universel d'activité" annoncé par Emmanuel Macron

"UN SENTIMENT MITIGÉ"


La réaction de Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé Pierre, aux annonces du plan pauvreté :

REACTION

Jean-François Maruscyzak, délégué général d'Emmaus France, sur LCI : "Ce revenu universel d'activité est la surprise du chef". "La lutte contre le non-recours et pour l'automatisation est pour nous un combat quotidien"

REACTION

Le délégué général de la fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, salue sur LCI "des efforts très importants sur la petite enfance", un "dynamique très forte sur l'accompagnement vers l'emploi", tout en manifestant son "inquiétude" sur l'évolution des ressources de familles les plus modestes.

MACRON

"Peut-être que nous ne parviendrons pas à gagner une partie de ces combats"

"Mais je pense que nous pouvons éradiquer la grande pauvreté dans ce pays, si nous avons cette ambition extrême"

MACRON

VIDEO - Emmanuel Macron revendique le "pragmatisme" dans la lutte contre la pauvreté

CANTINE

VIDEO - Un repas "à un euro" dans les cantines

CORDEE

VIDEO - Emmanuel Macron appelle à ne pas oublier "les derniers de cordée"

REVENU UNIVERSEL

"Le revenu universel d'activité devra être concerté avec tous les acteurs concernés, afin de le présenter dans le projet de loi en 2020"

"Je réunirai les acteurs tous les six mois"

"Ce plan n'est pas un plan de charité. Il s'agit de sortir de la pauvreté"

REVENU UNIVERSEL

"Je souhaite créer par un loi en 2020 un revenu universel d'activité, dont l'Etat sera intégralement responsable"

"Ne l'appelez pas RUA. Quand on touche un salaire, on n'a pas d'acronyme, cela enferme les gens dans des cases. On touche un revenu, chaque mot a un sens"

"Universel, car il s'agit d'en garantir à chacun, dès que ses revenus passeront en dessous d'un seuil"

"En fusionnant les prestations sociales, du RSA aux APL, nous apporterons enfin une réponse à la hauteur"

"Activité, car il s'agit de permettre le retour à l'emploi. Je n'ai jamais cru au revenu universel sans retour à l'activité. Cela revient à se satisfaire de reléguer à vie des gens dans la pauvreté"

"En contrepartie, nous veillerons à ce que les devoirs soient respectés. Un contrat d'engagement sera généralisé, avec l'obligation d'engagement dans un parcours d'insertion ne permettant pas plus de deux refus d'offres d'emploi raisonnables"

MINIMA SOCIAUX

"Le deuxième grand chantier, c'est la rénovation de notre système de minima sociaux"

"Aujourd'hui, le maquis des prestations ne permet pas de sortir de la pauvreté"

"Il nourrit le discours sur l'assistanat"

"Le combat pour l'accompagnement doit avoir en face le devoir de chacun. On doit demander aux gens de faire leur part"

TRAVAILLEURS SOCIAUX

Le président de la République veut une "reconnaissance de tous les métiers de l'accompagnement, de l'aide et du soin"

MACRON

"J'ai demandé au gouvernement d'engager dès le 1er janvier 2019 une nouvelle contractualisation, en aidant financièrement les départements qui s'engageront pleinement dans une démarche d'insertion, mais aussi en sanctionnant ceux qui ne le feront pas"

"Cette contractualisation préfigurera le service public de l'insertion"

SERVICE PUBLIC DE L'INSERTION

"Ce service public aura un guichet unique, associant département, communes et gouvernement"

"Ce service public de l'insertion est pour moi la seule manière de garantir l'universalité de ces droits. L'Etat reviendra vers les métropoles, les communes, les associations, pour le construire"

"L'Etat sera responsable, fixera les ambitions, sera garant de la clarté du financement mais s'appuiera sur les collectivités pour le mettre en oeuvre"

"Une loi sera votée en 2020"

MACRON

"Nous allons créer un véritable service public de l'insertion. La compétence a été transférée aux départements, mais l'argent n'a pas suivi"

"L'Etat est le garant de ces droits, il ne peut pas se défausser. Nous devons ensemble, départements, communes, agglomération et gouvernement, trouver la solution la plus intelligente pour construire ce service public de l'insertion"

"Je ne peux pas accepter que dans un département, 90% des bénéficiaires du RSA soient accompagnés, et dans un autre, 40%"

"L'Etat doit être garant sur tous les territoires de la même exigence" pour le retour à l'emploi des publics les plus éloignés

MACRON

"Nous avons relâché l'effort sur l'insertion. Nous avons récolté une incapacité collective à permettre le retour dans l'emploi"

"On a cru que proposer des solutions monétaires suffisaient. Je ne veux pas qu'on fasse un plan pour que les gens pauvres vivent mieux pauvres. Je veux un plan pour qu'ils puissent s'en sortir"

"Nous allons soutenir des dispositifs comme "Territoires zéro chômeur de longue durée". "Nous allons implanter ce dispositif au delà des territoires d'expérimentation"

MACRON

"Nous valoriserons beaucoup plus certains filières. Nous remettrons l'orientation au coeur de l'école"

"Nous développerons massivement les stages en entreprise"

MACRON

"Je serai attentif à la situation des jeunes. 60.000 jeunes chaque année se retrouvent hors de tous les radars. Près de 2 millions de jeunes sont dans cette situation dans notre pays. J'ai décidé qu'une obligation de formation jusqu'à 18 ans serait mise en place. Un jeune devra être scolarisé, ou en formation, ou en emploi à compter de 2020"

"Nous développons l'apprentissage en investissant massivement"

"Nous généraliserons la garantie jeunes"

MACRON

"Dans la ligne du plan logement, nous poursuivrons notre politique de résorption des bidonvilles, des logements insalubres. Nous continuerons de lutter contre les marchands de sommeil"

"Je veux permettre à tous les enfants de prendre un repas équilibré. Le repas à 1 euro sera développé"

"Une incitation sera mise en place dans les communes qui n'ont pas de tarification sociale"

MACRON

"Les aides à la garde d'enfant seront versées immédiatement à partir de 2019, sans avance de frais"

"Un nouveau parcours sera proposé aux parents dès le 4e mois de grossesse, les PMI seront transformées"

MACRON

"Les gardes d'enfants de 0 à 3 ans sont les moments de l'éveil cognitif"

"Les lieux de garde doivent devenir accessibles à tous"

"La qualité des modes de garde doit être améliorer. Les 600.000 personnels verront leur formation revue"

"Aujourd'hui seuls 5% des enfants de quartiers défavorisés sont accueillis en crèche", contre 20% ailleurs

"Nous allons aider les communes pauvres à créer ces places en crèche"

MACRON

"Il y a dans chaque enfant qui naît dans une famille pauvre un Mozart qu'on assassine. C'est insupportable d'injustice et de gâchis"

"Il faut 180 ans à un enfant né pauvre pour espérer que ses descendants accèderont à la classe moyenne"

"C'est pourquoi, c'est dès la petite enfance qu'il nous faut intervenir"

"La première réforme [sur le dédoublement des classes de CP-CE1] commence à produire ses effets"

MACRON

"C'est un combat de justice, de dignité, de responsabilité"

"C'est dire aux premiers de cordée 'n'oubliez pas les derniers de cordée'. Personne n'est premier de cordée si le reste de la société de suit pas"

MACRON

"Le modèle français construit au fil de décennies est la fierté française. Mais nous n'avons pas réussi à empêcher cette assignation à résidence"

"Ce modèle ne permet pas suffisamment de prévenir la pauvreté, de l'éradiquer"

"Je crois à trois projets indissociables : le projet productif qui permet de créer des emplois, qui permet seul l'émancipation de chacun ; un projet éducatif qui seul permet à chaque enfant de la République de construire son autonomie ; et un projet solidariste et humaniste qui fait que la part de chacun dans la société est aussi d'aider l'autre"

MACRON

"La fatalité sociale fait qu'en France il faudra six générations pour qu'un descendant de famille pauvre accède à la classe moyenne"

"Il n'y aurait pas d'un côté le combat pour la liberté et de l'autre pour l'égalité"

"Je suis ici pour essayer de lancer avec vous un combat neuf, vital, celui de décider de ne plus oublier personne"

MACRON

Emmanuel Macron présente son "plan pauvreté". "La pauvreté, un scandale auquel nous nous sommes trop souvent habitués"

"Etre pauvre, c'est d'abord se battre sur tous les fronts. Avec la pauvreté vient le problème d'accès au logement, à l'alimentation de qualité, à un travail, et donc à un revenu décent"

"Etre pauvre n'est pas une situation mais un combat de chaque instant"

On l’accuse d’être le "président des riches". Emmanuel Macron a tenté de se défaire de cette image en lançant ce jeudi matin une nouvelle phase de son quinquennat, davantage axée sur le social, avec la présentation du très attendu plan pauvreté. Un discours d'environ une heure, depuis le Musée de l’Homme à Paris, au cours le chef de l'Etat a annoncé une batterie de mesures autour de deux axes : la prévention de la précarité et la réinsertion professionnelle.

La plupart des mesures avaient déjà été révélées : création de 30.000 places en crèches d’ici 2022, création d’un fonds pour financer des tarifs sociaux dans les cantines, passage de 16 à 18 ans de l'obligation de formation…  Emmanuel Macron a également notamment annoncé la fusion des prestations sociales et la création d'un "revenu universel d'activité". Retrouvez l'essentiel du discours du président de la République et les réactions suscitées dans ce live.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter