EN DIRECT - Schiappa assure que "Laurent Saint-Martin peut être la bonne surprise" des régionales

EN DIRECT - Schiappa assure que "Laurent Saint-Martin peut être la bonne surprise" des régionales

ÉLECTIONS 2021 - Confrontée aux mauvais sondages de son parti en Ile-de-France, la ministre déléguée à la Citoyenneté a joué de la méthode Coué lors de son passage sur LCI, dimanche soir. Suivez toutes les infos de la campagne dans notre live.

Live

CASTANER : "IL Y A DEUX DROITES IRRÉCONCILIABLES"

"Cela fait des semaines que je tends la main à Renaud Muselier", explique le patron des députés LaREM Christophe Castaner au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro à propos des élections régionales en Paca, où LaREM a retiré sa liste au profit du président sortant. "Par contre, j'ai vu du côté des LR une violence assez folle. Il y a deux droites irréconciliables, l'une est tournée vers le RN."

"Si en 2015, des gens comme moi n'avaient pas eu le courage de se retirer, la région serait passée au RN."

"Il n'y a aucune ligne claire chez LR depuis des années. Ce n'est pas de notre faute si les Républicains sont faibles."

SCHIAPPA ET LES RÉGIONALES

"Si les sondages font une élection, on peut tous rentrer chez nous". Voilà comment Marlène Schiappa, invitée de LCI, a réagi aux mauvais résultats de la tête de liste LaREM en Ile-de-France, qui pointe à environ 10% des sondages. Tête de liste à Paris, où elle n'était pas parvenue à se faire élire conseillère d'arrondissement lors des dernières municipales, la ministre délégué à la Citoyenneté a assuré que "toute la majorité présidentielle est derrière Laurent Saint-Martin" et donne "rendez-vous en juin", imaginant que Laurent Saint-Martin "peut être la surprise de l'élection".

NATIONALISTES CORSES

Pas de régionales en Corse, statut spécial de territoire oblige. Mais une interrogation : six ans après être parvenu à faire l'union autour de sa candidature, l'exécutif nationaliste dirigé par Gilles Simeoni sera-t-il reconduit ? La question est posée, alors que quatre listes se présenteront. Dimanche, à Corte, Gilles Simeoni a donc présenté une liste de 63 noms, signe de la volonté de "caporalisation" selon ses contempteurs, quand lui y a vu une opportunité d'intégrer à son mouvement des membres de la société civile.

ILE DE FRANCE

Et un ministre de plus engagé dans les élections régionales ou départementales. Selon France Info, Gabriel Attal sera candidat dans son fief des Hauts-de-Seine, où il occupera la dernière place de la liste, en position non-éligible. Il rejoint ainsi, en Ile-de-France, le député et conseiller élyséen Thierry Solère, mais aussi la tête de liste à Paris Marlène Schiappa, Amélie de Montchalin, tête de liste dans l'Essonne, Nathalie Elimas, tête de liste dans le Val d'Oise et Emmanuelle Wargon, numéro 2 dans le Val de Marne.

PÉCRESSE ATTAQUE LE PEN

La présidente de la région Ile-de-France, candidate à sa réélection et potentielle candidate à la présidentielle, a comparé la députée d'extrême droite au "loup qui se déguise en grand-mère, qui essaye de dédiaboliser son parti. Mais si on ouvre les placards, on s'aperçoit que les antisémites sont toujours là", citant le cas de Jean-François Jalkh, élu européen "qui a tenu en 2000 des propos négationnistes" ou le conseiller régional Axel Loustau qui, lors d'un hommage à Simone Veil, "est sorti de l'hémicycle pour ne pas avoir à [lui] rendre hommage".

Dans cette interview, Valérie Pécresse a par ailleurs exclu toute union avec LaREM avant le second tour. "A eux de prendre leur responsabilité", résume celle qui s'imagine "prise en étau entre deux extrêmes : l'extrême droite qui veut me faire perdre et une gauche qui est prête à s'allier avec des indigénistes, des islamo-gauchistes et des décroissants".

Pour l'instant, l'ex-ministre fait la course en tête, avec environ 30% des voix, devant le RN, les trois candidats de gauche (EELV, PS et LFI) et le candidat LaREM.

CASTANER : "IL Y A DEUX DROITES IRRÉCONCILIABLES"

"Cela fait des semaines que je tends la main à Renaud Muselier", explique le patron des députés LaREM Christophe Castaner au Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro à propos des élections régionales en Paca, où LaREM a retiré sa liste au profit du président sortant. "Par contre, j'ai vu du côté des LR une violence assez folle. Il y a deux droites irréconciliables, l'une est tournée vers le RN."

"Si en 2015, des gens comme moi n'avaient pas eu le courage de se retirer, la région serait passée au RN."

"Il n'y a aucune ligne claire chez LR depuis des années. Ce n'est pas de notre faute si les Républicains sont faibles."

"RASSEMBLER LE CAMP RÉPUBLICAIN"

À droite, "il y a un camp de la honte qui préfère le RN aux partis républicains", fustige le secrétaire d'État Clément Beaune sur Europe 1. "Quand, en Bourgogne-Franche-Comté, LR donne à un représentant de Debout la France une tête de liste départementale, c’est quasiment un ralliement au RN. Qu’il y ait besoin d’accord avec des gens de bonne volonté est une nécessité démocratique pour combattre le RN. En région Paca, il y avait un risque qu’elle bascule au RN. On a essayé de rassembler le camp républicain."

HAUTS DE FRANCE : BERTRAND SE PAIE LAREM

Pas question, pour le président sortant des Hauts-de-France, de passer un quelconque accord de premier comme de second tour avec la majorité présidentielle. Même si le RN était en position de prendre la région. 

C'est ce qu'explique Xavier Bertrand au JDD. "Il n'y aura pas d'accord. D'ailleurs, notre liste a déjà été déposée pour le premier et pour le deuxième tour. Quelles que soient les manœuvres d'Emmanuel Macron, je ne changerai rien, ni mon projet, ni mon équipe."

Le président sortant ironise en outre sur la présence de cinq ministres, dont Eric Dupond-Moretti, sur les listes LaREM dans sa région. "Il y a tellement de ministres candidats dans les Hauts-de-France qu'ils vont pouvoir tenir le conseil des ministres à Lille."

GRAND EST

En désaccord avec la ligne politique de Jean Rottner, candidat à sa succession pour la région Grand Est, la députée européenne Nadine Morano amorce un nouveau conflit ouvert au coeur des Républicains. Dans une déclaration au Parisien, l'ancienne ministre a indiqué qu'elle ne voterait pas pour son parti aux prochaines régionales, afin de ne pas cautionner un parti où "le gaullisme s'efface face au centrisme". Et laissé entendre que le candidat RN Laurent Jacobelli pourrait avoir sa préférence : "Il n'incarne pas le fascisme et n'est pas d'extrême droite".

LE RN SE PLAINT

"Ennemie à abattre", candidat pour "chasser le Rassemblement national"... le parti d'extrême droite n'a guère goûté les dernières déclarations venues du gouvernement. Au point que son vice-président, la tête de liste francilienne Jordan Bardella, a demandé à Jean Castex d'appeler ses ministres à "la retenue" contre sa formation et sa présidente, Marine Le Pen. Si ces "appels à la violence" devaient être suivis d'agressions physiques à l'égard de la candidate à la présidentielle ou d'un élu RN, "ces ministres en porteraient une part de responsabilité morale", a prévenu dans un communiqué le député européen.

LA SŒUR DE MARINE LE PEN CANDIDATE EN ÎLE-DE-FRANCE


Marie-Caroline Le Pen, sœur aînée de Marine Le Pen, sera candidate pour le RN aux élections régionales en Ile-de-France, a-t-on appris vendredi auprès du numéro 2 du Rassemblement national Jordan Bardella, confirmant une information du Figaro.

Régionales : Marie-Caroline Le Pen, sœur aînée de Marine, numéro 2 sur la liste du RN en Île-de-France

PACA : LA GAUCHE AUSSI SE DECHIRE


Coup de sang chez les Insoumis face aux tractations à gauche en vue des régionales en Paca. Le parti de Jean-Luc Mélenchon dénonce dans un communiqué le "sectarisme politique irresponsable" d'EELV, du PCF et du PS, les accusant d'avoir rompu la plateforme en commun "Il est temps" au nom d'un "diktat sectaire pour prendre les places qui leur ont été distribuées". 


"En PACA, EELV, le PS et le PCF prônent l'union de la gauche... tout en organisant l'exclusion de La France insoumise et la défaite de tous face au duel LR-RN", dénonce le député LFI Bastien Lachaud. 


Dans le Sud, les bisbilles ne concernent pas que la droite...

MUSELIER PROMET DE "RASSEMBLER LES MEILLEURS"


Le président sortant de Paca Renaud Muselier a assuré qu'il allait "rassembler les meilleurs" autour de sa candidature, lors d'un point presse de présentation des listes. "Je rassemble au service de la région", a-t-il ajouté, au lendemain du ralliement de Sophie Cluzel (LaREM), qui permet d'inclure des Marcheurs dans ses listes. Renaud Muselier a répété que sa "colonne vertébrale" restait "sa famille politique", à savoir Les Républicains. 


"Ceux qui se compromettent en disant qu’ils ne voteraient pas pour moi, je veux leur dire qu’ils sont irresponsables et qu'ils font le jeu de Thierry Mariani" (le candidat RN, NDLR), a ajouté le président sortant, faisant référence aux critiques d'Eric Ciotti et de Guillaume Peltier.


Renaud Muselier adresse au passage "une pensée" pour Sophie Cluzel. "Elle a su faire preuve de clairvoyance et de responsabilité, ça n'a pas dû être une décision facile", salue-t-il. 

CINQ MINISTRES POUR LES HAUTS-DE-FRANCE


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, déjà candidat aux départementales dans le Nord, sera bien candidat sur la liste LaREM aux élections régionales dans les Hauts-de-France, ont officialisé vendredi les candidats de la majorité présidentielle. La liste comprendra aussi le ministre délégué Alain Griset, la secrétaire d'État Agnès Pannier-Runacher. Avec Eric Dupond-Moretti et Laurent Pietraszewski, tête de liste régionale, cela porte donc à cinq les membres du gouvernement qui se présentent dans les Hauts-de-France.  

PELTIER VEUT QUE LR LÂCHE MUSELIER

Le numéro 2 de LR, Guillaume Peltier, a demandé vendredi "à titre personnel" le retrait du soutien de son parti à Renaud Muselier qui compte intégrer des membres de LREM à sa liste pour les régionales en Paca. "La comédie des petites combines, ça suffit", a-t-il dénoncé sur BFMTV et RMC, au lendemain du ralliement officiel de Sophie Cluzel au président sortant de Paca. 

MANUEL VALLS SUR PACA

"Les épisodes successifs en Paca n'ont ni aidé Renaud Muselier, ni La République en marche", estime l'ancien Premier ministre Manuel Valls vendredi sur LCI, après l'annonce par Sophie Cluzel de son désistement au profit du président LR de région. "Ils ont surtout aidé le RN."

Manuel Valls qualifie en outre de "rumeurs sans fondement" l'hypothèse qu'il entre au gouvernement après les élections régionales. 

"S'il y a un échec propre à Emmanuel Macron, c'est de ne pas avoir réussi à réconcilier les Français", commente également l'ancien chef de gouvernement. 

"TRAHISON"

"Le piège se referme", réagit le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti. "Le pont de l’Ascension ne masquera pas la réalité d’une alliance contre nature préparée par l’Élysée. Une trahison de notre famille et le sacrifice de notre région pour les ambitions politiciennes de quelques-uns. Renaud Muselier devient le candidat d’En Marche"

Urgent

PACA : CLUZEL SOUTIENT MUSELIER

Fin du suspense autour des alliances pour les régionales en Paca. Dans un communiqué, la tête de liste LaREM Sophie Cluzel annonce qu'elle ne présentera pas de liste de la majorité présidentielle. "J'apporte mon soutien à la liste que conduit Renaud Muselier", indique la secrétaire d'État, qui avait laissé planer la menace d'un maintien la semaine dernière. 


"Loin des oukases parisiens et des attitudes politiciennes de certains, je prône depuis le premier jour le dépassement des clivages dans le seul intérêt des habitants de notre région", fait-elle valoir. "Renaud Muselier a su entendre nos préoccupations et su bâtir une liste de rassemblement, autour de compétences régionales où nos valeurs sont représentées."

DARMANIN DANS LES HAUTS-DE-FRANCE

Gérald Darmanin, déjà candidat aux élections départementales dans le Nord, sera aussi candidat sur la liste LaREM aux régionales dans les Hauts-de-France, selon le JDD. Il s'agirait surtout d'une candidature de soutien à la liste de Laurent Pietraszewski, le ministre de l'Intérieur ne figurant qu'en fin de liste. 

La semaine dernière, Eric Dupond-Moretti, autre poids lourd du gouvernement, a annoncé qu'il conduirait la liste aux régionales dans le Pas-de-Calais. 

LR ENTRE DLF ET LE MEI

Grand écart pour le candidat de la droite en Bourgogne Franche Comté. La tête de liste LR Gilles Platret a annoncé, quelques jours après voir conclu un accord avec Debout la France, suscitant l'ire des plus modérés de son parti, une alliance avec le Mouvement écologiste indépendant, formation qui s'échine à ne pas ancrer l'écologie politique à gauche. Son fondateur, Antoine Waechter, fut le candidat des Verts à l'élection présidentelle de 1988 avant d'être député européen de 1989 à 1991. 

NORMANDIE

Il n'y a pas qu'en région Paca que régionales rime avec dissidence. La députée LaREM Stéphanie Kerbarh a annoncé sa candidature aux régionales en Normandie, en dissidence du candidat investi par la majorité. Une candidature "sans étiquette", qui ne cache pas une volonté de "quitter la majorité à l'Assemblée nationale", assure la députée de Seine-Maritime.

PULVAR LÂCHÉE EN SEINE SAINT DENIS

Tête de liste PS pour les régionales en Seine-Saint-Denis, le socialiste Bertrand Kern, maire de Pantin, a décidé de jeter l'éponge face à l'éparpillement des forces de gauche au premier tour des élections, et alors que la droite caracole en tête et que le RN pourrait laisser les gauches derrière lui.

"Je dis stop, je ne serai pas la tête de liste du groupe Ile-de-France en commun pour la Seine-Saint-Denis", a-t-il indiqué à France Bleu, confirmant une information du Figaro.

"Force est de constater qu'aujourd'hui, vous avez trois gauches franciliennes (EELV, PS et LFI, ndlr) qui sont toutes à 10 ou 12% dans les sondages. Mais avec les marges d'erreur, on peut avoir trois listes de gauche qui seront en dessous de 10% au premier tour, ce qui entraînerait la disparition de la gauche au conseil régional". 

Pour y parer, l'édile propose aux têtes de liste de se rassembler autour d'un programme dans les prochains jours, avant le dépôt des listes en prenant "un tiers de chaque liste".

CIOTTI REJOINT RETAILLEAU


Comme Bruno Retailleau, le député LR des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a lui aussi demandé à son parti de retirer son soutien à Renaud Muselier, qui a déposé des listes composées de marcheurs pour les élections régionales de juin prochain. "La manipulation de Macron a réussi grâce aux fragiles convictions de quelques uns pour qui les places priment sur les valeurs. Pour moi la politique ce n’est pas ça", a-t-il déclaré sur Twitter.

MINISTRE CANDIDATE

Et un nouveau poids lourd du gouvernement dans la course aux régionales. Après Laurent Pietraszewski, tête de liste, et le ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, c'est au tour de la ministre déléguée à l'Industrie Agnès Pannier-Runacher de figurer sur la liste de la majorité présidentielle dans le scrutin sous haute tension des Hauts-de-France. Elle sera présente en dernière sur la liste, en position inéligible.

RETAILLEAU DEMANDE À LR DE NE PAS SOUTENIR MUSELIER


Bruno Retailleau, patron des sénateurs LR, demande à son parti de retirer son soutien à la liste de Renaud Muselier en PACA, sur laquelle figureront des marcheurs. "On ne peut pas sans cesse ruser avec nos électeurs et composer avec nos convictions. (...) Nous ne pouvons pas être les témoins passifs d’une stratégie présidentielle destinée à nous éliminer. La droite doit avoir la force de ses convictions. Si elle est faible, elle disparaîtra", écrit-il dans un communiqué publié ce mercredi après-midi. 

QUI SUR LA LISTE DE MUSELIER ?


Selon les informations de LCI, il y aura 22% de représentants LaREM sur les listes de Renaud Muselier en PACA, mais pas de ministres ni de parlementaires LaREM. Aucun parlementaire LR ne figurera non plus sur les listes. 

PACA


Après deux semaines de psychodrames, l'actuel président de la région Paca a annoncé qu'il allait déposer sa liste dans la matinée.


Invité de France Bleu Azur ce matin, le président sortant a confirmé la présence de candidats LaREM sur cette liste. "Je vais avoir une liste qui soit représentative de l'action régionale", a-t-il martelé, ajoutant qu'il n'y aurait sur sa liste "ni ministre, ni parlementaire" LaREM. 


Le président sortant a par ailleurs annoncé confier la tête de liste des Alpes-Maritimes à Christian Estrosi.

ERIC CIOTTI SUR LCI

SONDAGE EXCLUSIF IFOP POUR LCI : MARIANI DONNÉ GAGNANT EN PACA



C'est le 1er sondage en région PACA depuis la tentative d'accord entre LaREM et LR. Selon notre sondage Ifop-Fiducial pour LCI et Le Figaro publié ce mardi, le RN de Thierry Mariani creuse l'écart et sort renforcé de cette séquence à un mois et demi des élections régionales et départementales. 



En cas de présence d’une liste de la majorité présidentielle menée par Sophie Cluzel au premier tour, celle-ci recueillerait 11% des voix (-2 points par rapport à début avril), contre 27% pour une liste de la majorité régionale soutenue par LR menée par Renaud Muselier. Une division qui permettrait à la liste RN de Thierry Mariani de récolter 36% des suffrages au premier tour (+5 points).



Même en cas d’absence de liste LaREM au premier tour des élections, la liste soutenue par LR, l’UDI, le MoDem, les Centristes et LaREM conduite par Renaud Muselier recueillerait 34% des suffrages (similaire au mois d’avril), toujours derrière le RN (38%, contre 32% en avril).



Au second tour, en cas de triangulaire la liste de la majorité régionale regroupant LR et LaREM arriverait en seconde position (39%) derrière celle de l'ex-LR aujourd'hui membre du Rassemblement national Thierry Mariani. Celui-ci l'emporterait d'une courte tête avec 41% des suffrages.



Toutes les infos sur ce sondage en cliquant ici

WAUQUIEZ


Dernier président sortant à le faire, Laurent Wauquiez (LR) a officialisé qu'il briguait sa réélection en Auvergne-Rhône-Alpes en juin, en faisant de la sécurité sa priorité pour le mandat à venir.

LAÏCITÉ


Le secrétaire général de LaREM Stanislas Guerini a condamné la présence sur une affiche de campagne aux départementales dans l'Hérault d'une candidate voilée, et a menacé de retirer l'investiture du parti à la liste. Mais tous les marcheurs ne sont pas d'accord.

Candidate voilée sur une affiche de campagne LaREM : Guerini demande son retrait, le parti se déchire

CASTEX SE PAYE LR

Le Premier ministre, déclencheur par son annonce il y a huit jours de la crise des Républicains, en annonçant le ralliement de LaREM à la liste du président sortant LR de la région Paca Renaud Muselier, a fustigé "l'exceptionnelle violence" du parti de droite. "J'ai vu un parti politique tirer à boulets rouges contre cet accord, allant jusqu'à dire que s'allier avec le RN ou avec la majorité présidentielle, ce serait la même chose. C'est tout simplement sidérant".

S'agissant de l'alliance avec Renaud Muselier, le Premier ministre est revenu sur les prémices de l'accord dans Le Parisien. "Il se trouve que nous travaillons ensemble depuis des mois sur des projets concrets de sa région. Je lui ai donc répondu positivement, après l’avoir prévenu, dans l’intérêt d’une région où le RN est fortement implanté. Mais sans jamais lui demander de quitter son parti. Ce qui s’est passé ensuite a été d’une exceptionnelle violence."

VÉRAN DÉFEND LA CANIDATURE DE DUPOND-MORETTI


Invité de LCI ce lundi matin, le ministre de la Santé a salué "l'engagement" de son collègue Éric Dupond-Moretti, jugeant "assez génial" le fait que le garde des Sceaux soit candidat aux régionales dans les Hauts-de-France. "C'est quelqu'un qui a toutes les qualités pour faire non seulement un très bon conseiller régional mais aussi, je l'espère, pour aider à faire basculer cette région du côté de la majorité présidentielle", a souligné Olivier Véran qui n'a pas manqué par ailleurs de s'en prendre à Marine Le Pen, elle aussi candidate dans les Hauts-de-France. "Si elle voulait vraiment défendre l'intérêt des Français, elle irait faire autre chose pour notre pays : l'extrême-droite n'est jamais dans l'intérêt d'une population", a-t-il fait valoir. 

BRACELETS ANTI-RAPPROCHEMENT : "J'AI RÉPONDU PAR LE SOURIRE", SE DÉFEND MARINE LE PEN 


"J'ai essayé de répondre par le sourire au harcèlement dont Monsieur Dupond-Moretti fait preuve à mon égard", justifie Marine Le Pen après ses propos polémiques autour des bracelets anti-rapprochement. "Les réactions sont venues d'adversaires politiques. C'est très grave de voir un ministre de la Justice se comporter de cette manière, être insultant et injurieux."

MELENCHON S'EN PREND AUX VERTS ET AU PS


"Menteurs, hypocrites et faux-jetons". Jean-Luc Mélenchon s'en est pris aux Verts et au PS les accusant de prôner l'union de la gauche  mais de ne pas, sauf exception, inclure les Insoumis à leurs listes en vue des  régionales et des départementales. "On m'a joué toutes sortes de musiques sous mon balcon pour l'unité",  a-t-il expliqué sur BFMTV, évoquant des efforts consentis par La France  Insoumise: "On a fait ces gestes et ils éliminent les Insoumis des  départementales et régionales. J'en ai tiré la leçon, ce sont des menteurs, des  hypocrites et des faux-jetons".

POUR ATTAL, LR DEVIENT "UN SATELLITE DU RN"


Le parti Les Républicains, dans la tourmente  après les tiraillements cette semaine de son candidat Renaud Muselier en région  Paca, "est en train de devenir un satellite du Rassemblement national", a  estimé dimanche sur France 3 le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

MARINE LE PEN SUR LCI : "LES RÉPUBLICAINS N'EXISTENT PLUS, C'EST UNE FAUSSE OPPOSITION"


"Les Républicains n'existent plus parce qu'ils n'ont plus d'idées à défendre", dénonce sur LCI Marine Le Pen. "Je prône l'union nationale, c'est le sens de mon projet présidentiel. Le pays a besoin d'être rassemblé. Dans ce cadre là, nous avons accueilli des gens qui venait de LR, de la France insoumise, de l'UDI... Nous ne regardons pas l'étiquette. Si les électeurs sont opposés à Emmanuel Macron, il faut qu'ils votent pour le Rassemblement national. LR représente une fausse opposition."

"LES CANDIDATS DU RN SONT LES REPRÉSENTANTS DE QUELQUE PART"


"Je veux conserver le contact avec les habitants d'Hénin-Beaumont qui m'ont fait confiance à plusieurs reprises", indique Marine Le Pen, candidate aux départementales dans son fief. "Les candidats du RN sont les représentants de quelque part face à un exécutif et un président de la République qui n'est du nulle part."

LE PEN : "LA CANDIDATURE DE DUPOND-MORETTI ? UNE TRÈS BONNE NOUVELLE POUR LE RN"


"Pourquoi débattre avec Éric Dupond-Moretti ?", répète sur LCI Marine Le Pen. "Un ministre de la Justice doit exprimer la justice, l'impartialité. Comment voulez-vous qu'on crée une confiance avec un comportement tel que celui exprimé par Éric Dupond-Moretti, et qui choque tout le monde : l'incroyable violence, l'insulte permanente envers la cheffe de l'opposition."


En ce sens, sa candidature aux élections régionales "est une très bonne nouvelle pour le RN, car il va mobiliser nos électeurs contre lui", estime la présidente du Rassemblement national. "Mais je fais passer l'intérêt des Français avant", poursuit-elle, indiquant qu'"un ministre battu doit démissionner".

HAUTS-DE-FRANCE : LE PEN RÉPOND À DUPOND-MORETTI


"Les ambitions électorales" d'Éric Dupond-Moretti au cours des élections régionales "m'apparaissent anachroniques avec la situation" du pays, indique la présidente du RN Marine Le Pen, sur LCI. "Mais je ne me sens pas obligée de répondre à l'intégralité des outrances du ministre de la Justice."

📺 MARINE LE PEN À 18H SUR LCI



La présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, est l'invitée de "En toute Franchise". Un entretien à suivre dès 18h en direct sur LCI (canal 26). 

MÉLENCHON PRÉDIT LA DEFAITE DE DUPOND-MORETTI


Eric Dupond-Moretti candidat aux élections régionales dans le Pas-de-Calais ? "Il va se faire plier parce qu'il représente un peu tout ce que les gens détestent : les avocats forts en gueule, le bavard, injurieux de Paris", a prédit le député LFI Jean-Luc Mélenchon ce dimanche sur BFMTV. "Dans le Pas-de-Calais, nous avons affaire au peuple travailleur, qui est usé de malheur et de souffrance, d'entreprises qui ferment, d'emplois perdus. Voir cet homme venir comme il le fait, je pense que ça exaspèrera davantage qu'autre chose."


"J'avais moi-même été dans la circonscription de Madame Le Pen, elle m'avait battu au premier tour [aux législatives de 2012, ndlr] et les socialistes avaient fait élire un brillant combattant qui a ensuite disparu dans le décor et n'a plus jamais rien fait", a-t-il expliqué.

VIDÉO 


Marine Le Pen et Eric Dupond-Moretti ont livré ce samedi leur première passe d'armes dans le Pas-de-Calais, au lendemain de l'annonce par le ministre de la Justice de sa candidature aux régionales, pour éviter "que cette terre file entre les mains du RN".


La présidente du Rassemblement National et députée du Pas-de-Calais a ouvert les hostilités, raillant "l'obsession (...) relativement étrange" du ministre à son égard, à l'issue de la cérémonie du 8-Mai dans le fief RN d'Hénin-Beaumont. 


Le résumé de cette première journée de campagne pour le Garde des Sceaux est à retrouver dans le reportage du 20H de TF1.

HAUTS-DE-FRANCE


Eric Dupond-Moretti a effectué sa première sortie de campagne ce samedi. Il a choisi un marché de Lens dans le Pas-de-Calais.


Avec le "Front national", dit-il, "il n'y a que la contestation et jamais l'envie de débattre". C'est "un danger pour la démocratie".

"UN PEU DE DÉCENCE EN RAB, MADAME ?'"


Marlène Schiappa a exprimé son indignation après l'ironie de Marine Le Pen au sujet d'Eric Dupond-Moretti et sa référence aux bracelets anti-rapprochement. 

"S'IL RESTE QUELQUES BRACELETS ANTI-RAPPROCHEMENT" : LE PEN IRONISE SUR "L'OBSESSION" DE DUPOND-MORETTI À SON ÉGARD


Depuis Hénin-Beaumont, la présidente du Rassemblement national a commenté la candidature aux régionales dans le Pas-de-Calais du ministre de la Justice Eric Dupond-Moretti, qui a pour objectif affiché d'empêcher le RN de l'emporter. "J’ai vu beaucoup de forts en gueule venir ici tenter de défier le Rassemblement national, monsieur Tapie en son temps, monsieur Mélenchon. Et ils sont tous repartis assez rapidement, plutôt humiliés par l’expérience", a déclaré Marine Le Pen à l'issue de la cérémonie du 8 mai. 


"Maintenant, l’obsession que monsieur Dupond-Moretti a à mon égard commence à devenir relativement étrange. Il paraît qu’il reste quelques bracelets anti-rapprochement en rab, je suis preneuse", a-t-elle ajouté. Vendredi, le garde des Sceaux avait indiqué qu'il n'y avait pas de carence en bracelets anti-rapprochement, alors que le mari de Chahinez, tuée mardi à Mérignac, n'en était pas équipé.

XAVIER BERTRAND, LA GRENOUILLE ET LE RAT


Le président du Conseil régional des Hauts-de-France et candidat à sa rééelection, s'est fendu d'une citation en guise de commentaire après l'imbroglio LR/LaREM en Paca. "La ruse la mieux ourdie / peut nuire à son inventeur", indique-t-il en publiant une photo de la fable "La Grenouiller et le rat" de Jean de la Fontaine. Un message direct à Jean Castex  ?

CHEZ LR, "UN SIGNE D'AFFOLEMENT" DE LAREM


"Nous sommes impatients de l’affronter (...) c’est un signe d’affolement de la part d'En Marche qui fait tout pour passer la barre des 10%", a pour sa part réagi auprès de l'AFP l'entourage de Xavier Bertrand le député LR du Pas-de-Calais, Pierre-Henri Dumont. 

Urgent

DUPOND-MORETTI CANDIDAT


C'était jusqu'ici une hypothèse, elle se confirme ce vendredi soir. Eric Dupond-Moretti a annoncé qu'il se lançait dans les Régionales.  Dans la liste des Hauts-de-France menée par Laurent Pietraszewski, il sera numéro un dans le Pas-de-Calais : "Effectivement, je m’engage (...) dans cette région qui m'est particulièrement chère", déclare le garde des Sceaux dans La Voix du Nord. 


"Je suis pleinement ministre de la Justice et je serai pleinement engagé dans cette campagne, précise Dupond-Moretti. Pour ce ministère et cette Région, j’estime que je dois donner tout le temps qui est le mien. C’est un investissement total. Qu’on ne vienne pas me critiquer là-dessus a priori."

EN FAMILLE


Philippe et Margot Lapeyre, père et fille à la ville, se retrouvent adversaires aux élections départementales du mois de juin prochain. Dans un canton d'Albi, le premier porte les couleurs du RN et sa fille celle du PS.

Départementales : un candidat RN affronte sa fille socialiste dans un canton d'Albi

Infos précédentes

La nouvelle a fait l'effet d'une bombe ce dimanche matin. Officialisé par Jean Castex, le ralliement de la liste LaREM en Paca à celle du président sortant Renaud Muselier (LR) a suscité un tollé chez Les Républicains, les uns dénonçant "un coup de poignard dans le dos", d'autres une "compromission avec le macronisme". Le patron du parti, Christian Jacob, n'a d'ailleurs pas tardé à retirer l'investiture LR à Renaud Muselier.

Côté LaREM, on met en avant  "le risque RN très élevé" en Paca et on se félicite d'un "dépassement politique" qui serait dans l'ADN du mouvement présidentiel. Le Premier ministre n'exclut d'ailleurs pas des accords dans d'autres régions, comme dans le Grand Est avec la liste LR de Jean Rottner, ou encore en Bourgogne-Franche-Comté avec la majorité sortante… de gauche, cette fois. 

Mais c'est à droite que les conséquences pourraient être les plus explosives. Il y a un "but caché de simplement nous détruire", estime le député LR de Moselle Fabien Di Filippo. Tandis que Damien Abad s'inquiète des conséquences d'un brouillage des lignes pour 2022 : "Si aux régionales on crée la confusion, la collusion, ça hypothèque une partie de nos chances à la présidentielle".

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

Lire aussi

Dernières tendances, programmes, prises de parole... Suivez toute l'actualité des élections régionales et départementales dans le fil ci-dessus.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique d'Elizabeth Martichoux

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Elizabeth Martichoux reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Israël/Palestine : le conseil de sécurité de l'ONU toujours désuni

EN DIRECT - Gaza : l'immeuble abritant des médias, une cible "parfaitement légitime" selon Netanyahu

Les bénéfices réalisés sur Vinted sont-ils déclarés aux impôts ?

Marghe, gagnante de "The Voice 2021" : "Florent Pagny m’a dit que j’avais un ange gardien"

Comment fonctionne le "Dôme de fer" d'Israël ?

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.