EN DIRECT - Régionales 2021 : 65,31% d'abstention au 2nd tour selon les chiffres définitifs

EN DIRECT - Régionales 2021 : 65,31% d'abstention au 2nd tour selon les chiffres définitifs

LENDEMAIN D'ÉLECTIONS - Les deux concurrents potentiels à la présidentielle ont échangé lundi à Douai, sur les enseignements à tirer des élections régionales.

Live

RÉGIONALES : 34,69% DE PARTICIPATION


Le taux de participation définitif au second tour des élections régionales 2021 (France entière) s'établit à 34,69%, indique ce mardi le ministère de l'Intérieur. En 2015, il était de 58,41%, de 51,21% en 2010.

 

Le taux de participation définitif au second tour des élections départementales 2021 s'élève quant à lui à 34,36%, contre 49,98% en 2015.

DÉCOUVREZ LES RÉSULTATS


Voici les résultats du deuxième tour des élections régionales :


Hauts-de-France : Xavier Bertrand (ex-LR) vainqueur avec 52,37% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Sébastien Chenu (RN), 25,65%, et Karima Delli (Union de la gauche et des écologistes), 21,98%. Découvrez les résultats.


Provence-Alpes-Côte d'Azur : Renaud Muselier (Union de la droite et du centre) l'emporte avec 57,3% des voix. Il devance Thierry Mariani (RN), 42,7%. Découvrez les résultats.


Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez (LR) vainqueur avec 55,17% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Fabienne Grébert (Union de la gauche et des écologistes), 33,65%, et Andréa Kotarac (RN), 11,18%. Découvrez les résultats.


Île-de-France : Valérie Pécresse (ex-LR) l'emporte avec 45,87% des voix, selon des résultats partiels basés sur 90,49% des inscrits. Elle devance Julien Bayou (Union de la gauche et des écologistes), 33,53%, Jordan Bardella (RN), 11,03%, et Laurent Saint-Martin (LaREM), 9,58%. Découvrez les résultats.


Grand Est : Jean Rottner (LR) vainqueur avec 40,3% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Laurent Jacobelli (RN), 26,3%, Eliane Romani (Union de la gauche et des écologistes), 21,22%, et Brigitte Klinkert (LaREM), 12,17%. Découvrez les résultats.


Nouvelle-Aquitaine : Alain Rousset (Union de la gauche) vainqueur avec 39,51% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Edwige Diaz (RN), 19,11% des voix, Nicolas Thierry (EELV), 14,19%, le candidat LR Nicolas Florian (14,19%), et Geneviève Darrieussecq (LaREM), 13,01%. Découvrez les résultats.


Bourgogne-Franche-Comté : Marie-Guite Dufay (Union de la gauche et des écologistes) en tête avec 41,78% des voix, selon des résultats partiels basés sur 95,1% des suffrages. Elle devance Gilles Platret (LR), 24,46%, Julien Odoul (RN), 24,11%, et Denis Thuriot (LaREM), 9,65%. Découvrez les résultats.


Normandie : Hervé Morin (Les Centristes) vainqueur avec 44,26% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Mélanie Boulanger (Union de la gauche et des écologistes), 26,18%, Nicolas Bay (RN), 19,52% et Laurent Bonnaterre (LaREM), 10,04%. Découvrez les résultats.


Centre-Val de Loire : François Bonneau (Union de la gauche et des écologistes) en tête avec 38,66% des voix, selon des résultats partiels basés sur 95,6% des inscrits. Il devance Aleksandar Nikolic (RN), 22,58%, Nicolas Forissier (LR), 22,58%, et Marc Fesneau (MoDem), 16,03%. Découvrez les résultats.


Occitanie : Carole Delga (Union de la gauche) l'emporte avec 57,77% des voix, selon les résultats définitifs. Elle devance Jean-Paul Garraud (RN), 24%, et Aurélien Pradié (LR), 18,22%. Découvrez les résultats.


Bretagne : Loïg Chesnais-Girard (Union de la gauche) vainqueur avec 29,84% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Isabelle Le Callennec (LR), 21,98%, Claire Desmares-Poirrier (EELV), 20,22%, Thierry Burlot (LaREM), 14,75%, et Gilles Pennelle (RN), 13,22%. Découvrez les résultats.


Pays de la Loire : Christelle Morançais (LR) l'emporte avec 46,45% des voix, selon les résultats définitifs. Elle devance Matthieu Orphelin (Union de la gauche et des écologistes), 34,87%, Hervé Juvin (RN), 10,48%, et François de Rugy (LaREM), 8,2%. Découvrez les résultats.


Corse : Gilles Simeoni (autonomiste) vainqueur avec 40,64% des voix, selon les résultats définitifs. Il devance Laurent Marcangeli (LR), 32,02%, Jean-Christophe Angelini (autonomiste), 15,07%, et Paul-Félix Benedetti (indépendantiste), 12,26%. Découvrez les résultats.


La Réunion : Huguette Bello (Union de la gauche) l'emporte avec 51,85% des voix, selon les résultats définitifs. Elle devance le candidat de l'union du centre et de la droite, Didier Robert, avec 48,15% des suffrages.


Guyane : Gabriel Serville (PCF) remporte le scrutin avec 50,8% des voix, contre le président sortant de l'assemblée de Guyane, Rodolphe Alexandre. 

RÉGIONALES : 34,69% DE PARTICIPATION


Le taux de participation définitif au second tour des élections régionales 2021 (France entière) s'établit à 34,69%, indique ce mardi le ministère de l'Intérieur. En 2015, il était de 58,41%, de 51,21% en 2010.

 

Le taux de participation définitif au second tour des élections départementales 2021 s'élève quant à lui à 34,36%, contre 49,98% en 2015.

TOUS EN 4L


La conseillère de Xavier Bertrand publie sur Twitter une photo du président de région au volant de la nouvelle 4L électrique, lors d'une visite commune avec Emmanuel Macron à l'usine Renault de Douai. Un voiture estampillée... "présidence de la République". 


Pour la petite histoire, le sigle apposé sur la porte de la 4L n'a pas été prévu à l'origine pour Xavier Bertrand. La direction de Renault avait pris cette initiative en prévision de la visite d'Emmanuel Macron. Ce dernier était monté un peu avant au volant de la même voiture. 

CHRISTIAN JACOB (LR) : UN CANDIDAT POUR NOVEMBRE


Interrogé à l'issue d'une réunion au siège des Républicains, au lendemain des élections, le président LR Christian Jacob a confirmé que la droite tablait sur la désignation d'un candidat pour la présidentielle d'ici au mois de novembre.


Alors que plusieurs personnalités émergent, dont Xavier Bertrand, le patron de LR a martelé que "personne ne gagne en solitaire". "C'est un travail d'équipe, il y a besoin de tout le monde. C'est une équipe qui peut gagner. Celui ou celle qui sera retenu devra faire preuve d'une capacité de rassemblement." 


Un Christian Jacob optimiste au lendemain du second tour des régionales et des départementales, qui ont conforté plusieurs présidents sortants : "on démontre élection après élection notre ancrage sur le terrain, notre capacité à gagner". 

CASTEX PREND L'ABSTENTION "TOUT À FAIT AU SÉRIEUX"


Au lendemain du second tour des élections régionales et départementales marquées par une abstention massive - autour de 66% -, le Premier ministre Jean Castex a affirmé lundi qu'il prenait "évidemment cette situation tout à fait au sérieux". 


"Le président de l'Assemblée nationale a d'ailleurs annoncé mardi dernier des initiatives" pour cette semaine, a déclaré le chef du gouvernement lors d'une réunion de l'Assemblée parlementaire franco-allemande en visio-conférence.

LA DROITE GAGNANTE DES DÉPARTEMENTALES ?


Si les élections régionales ont focalisé une partie de l'attention dimanche, les élections départementales, qui se tenaient le même jour, livrent aussi leurs enseignements. La droite et le centre, qui disposaient d'une très large majorité de 70 départements contre 33 pour la gauche depuis 2015, pourraient en détenir 73 après le scrutin de dimanche. 


La droite a ainsi créé la surprise en remportant une victoire historique dans le Puy-de-Dôme, mais aussi dans les Alpes-de-Haute-Provence et le Finistère, des bastions historiques de la gauche. Sans oublier le Val-de-Marne, le dernier fief du PCF, qu'il dirigeait depuis 1976.

WAUQUIEZ, SANS SE PRESSER


Alors que Xavier Bertrand est d'ores et déjà en campagne, et que Valérie Pécresse se donne l'été pour réfléchir à la présidentielle, le troisième vainqueur des régionales, Laurent Wauquiez, ne veut pas se précipiter.


"Je suis dans l'impératif d'honorer mes engagements", assure à LCI le président réélu d'Auvergne-Rhône-Alpes. "Je ne suis pas dans une course de vitesse, je suis dans la sérénité."

MACRON ET BERTRAND : DES SALUTATIONS CORDIALES


Au lendemain de sa victoire dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand, candidat à la présidentielle 2022, a rencontré Emmanuel Macron lundi matin à l'occasion d'un déplacement présidentiel à Douai (Nord). Un échange cordial entre ces deux concurrents potentiels. 


"Heureux de vous retrouver ici", a lancé le chef de l'État au président de région, lui adressant ses "félicitations" pour sa victoire. "C'est important qu'on ait réussi à faire autant reculer le FN", a répondu Xavier Bertrand. Réponse d'Emmanuel Macron : "Cela prouve que quand on investit, on y arrive". 


Xavier Bertrand a également évoqué le problème de "l'abstention", et celui de "la colère", qu'il faut "faire reculer". 


"L'abstention dit beaucoup de choses, on va en tirer les conséquences", a répondu le président de la République. 

POUR OLIVIER FAURE, IL Y A UN "PLAFOND VERT"


Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a estimé lundi qu'"un plafond vert" existait quand le PS et les écologistes se rassemblent, et que "les socialistes sont plus crédibles pour conduire ces rassemblements", au lendemain du second tour des régionales.  


"La réalité, c'est que quand l'accord se réalise (entre écologistes et socialistes, NDLR), il y a un plafond de verre, ou même un plafond vert, ce qui fait que les socialistes sont aujourd'hui les plus crédibles pour conduire ces rassemblements", a jugé Olivier Faure au vu des résultats de dimanche soir. 

PCF ET LFI FÉLICITENT GABRIEL SERVILLE, VAINQUEUR EN GUYANE


Le député LFI Jean-Luc Mélenchon et le patron du PCF Fabien Roussel ont adressé lundi leurs félicitations à Gabriel Serville, député PCF élu dimanche soir en Guyane avec 50,80% des voix. Une victoire qui tranche avec la déception des communistes, qui ont perdu leur dernier bastion départemental, celui du Val-de-Marne.


Gabriel Serville est député de la 1re circonscription de Guyane depuis 2012. Il avait succédé à l'époque à Christiane Taubira. 

PRÉSIDENTIELLE : VALERIE PÉCRESSE VA "RÉFLÉCHIR À LA SUITE PENDANT L'ÉTÉ"


Invitée de BFMTV et RMC, Valérie Pécresse, victorieuse dimanche en Ile-de-France, a indiqué avoir "deux priorités immédiates" : "appliquer mon programme sans délai et participer à la construction de ce collectif" en vue de 2022. "On a fait émerger une très belle équipe de France, mais pas un homme providentiel."


"Je vais réfléchir à la suite pendant l'été", a-t-elle ajouté à propos d'une éventuelle candidature à la présidentielle, alors que Xavier Bertrand est d'ores et déjà en campagne. 


Comment départager des possibles champions à droite, Xavier Bertrand, Laurent Wauquiez ou Valérie Pécresse ? "Il faut que ce collectif se réunisse, que tous les talents se réunissent, et qu'on définisse les règles du jeu. Un parti seul ne peut pas décider pour tout le monde. Il y a des talents hors de LR. Il faut qu'on définisse des règles claires pour le leadership. Tout commence aujourd'hui."

SOUTIEN A EMMANUEL MACRON


"Je souhaite la victoire de la France", assure sur LCI Christian Estrosi. "Si le président, avec lequel j'ai de bonnes relations, est en mesure de mettre notre pays en situation de faire face à la crise économique, sociale, grâce aux initiatives qui ont été prises en partenariat avec les collectivités, et que cela fasse réussir la France... Moi, je souhaite la réussite de la France."

EMMANUEL MACRON


Christian Estrosi : "Nous voyons que lorsque le président de la République est en campagne - aux Européennes -, il est à quasi-égalité avec le RN. Lorsque c'est sa formation politique, elle subit un rejet de la part des Français."

CHRISTIAN ESTROSI


Sur LCI, le maire de Nice évoque une victoire collective : "Ces élections sont-elles la victoire de LR ? "Ah bon ? Xavier Bertrand est LR ? Valérie Pécresse est LR ? (...) C'est le rassemblement des forces de la droite, du centre et ceux qui ont fait le sacrifice de ne pas se représenter à gauche au second tour."

"UNE POLÉMIQUE INDIGNE"


Sur les critiques concernant le rapprochement avec LaREM au premier tour, Christian Estrosi estime que "la polémique était indigne. Dans le premier tour, les soi-disant amis des républicains n'ont cessé d'avoir des mots durs à l'égard de Renaud Muselier et de moi-même."


"Les étiquettes m'importent peu. Nous appartenons à la droite et au centre."

"MERCI LA MAJORITE PRESIDENTIELLE"


Invité sur LCI, Christian Estrosi revient sur les résultats. "Il y a un premier tour, et je dis très clairement merci à la majorité présidentielle que nous ayons permis dans cette région, très menacée par le RN, de rassembler nos forces."


"Je remercie Jean-Laurent Félizia et toutes les forces de gauche d'avoir opéré ce retrait qui montre que toutes les forces républicaines ont pu se rassembler."

BERTRAND : "ON A DE QUOI FORMER UNE BELLE ÉQUIPE DE FRANCE"


"Région, région, région." Au lendemain de sa victoire aux régionales dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand ne voulait pas parler présidentielle ce matin, mais de développement économique et de travail sur ce territoire. Il s'agit, pour le président de région réélu et candidat pour 2022, de montrer "la réalité du terrain, des actes, plutôt que les grands discours". 


Pour le reste, "ce n'est pas l'heure et ça va bien se passer", assure-t-il, décontracté, à LCI.


Pour autant il a bien parlé de présidentielle au cours de sa visite. "Les Français diront dans dix mois qui est capable de mettre fin au désordre", a-t-il déclaré, évoquant notamment "le travail qui doit être vraiment récompensé" et les Gilets Jaunes qui avaient fait passer "un message clair, c'est qu'il n'y a pas de citoyen de seconde zone". 


Quant à ses deux concurrents potentiels à droite, et également victorieux dans leur région - Valérie Pécresse et Laurent Wauquiez -, Xavier Bertrand explique "qu'on a de quoi former une bien belle équipe de France" en 2022. 

GUADELOUPE : LE PRÉSIDENT SORTANT RÉÉLU


Le président sortant de la région Guadeloupe, Ary Chalus (LREM), a remporté une large victoire dimanche,  recueillant 72% des suffrages face à la socialiste Josette Borel Lincertin, présidente sortante du Conseil Départemental (28%). Ary Chalus, 59 ans et président du conseil régional depuis 2015, avait raté de peu une réélection dès le premier tour, le 20 juin. 

LE PCF RECONNAÎT SA DÉFAITE DANS LE VAL-DE-MARNE


Le Parti communiste a perdu le Val-de-Marne, dernier département qu'il dirigeait, et ce depuis 1976, au profit de la droite, a reconnu le président sortant Christian Favier.


La liste de droite "Ensemble réveillons le Val-de-Marne", emmenée par Olivier Capitanio, l'a emporté devant l'alliance de gauche dirigée par le communiste Christian Favier, qui fait part, dans un communiqué, de sa "profonde tristesse".

XAVIER BERTRAND DÉJÀ TOURNÉ VERS 2022


Dès que les premières estimations eurent annoncé sa large victoire à la sortie du deuxième tour des régionales, le président des Hauts-de-France Xavier Bertrand s'est positionné sur la prochaine échéance de 2022.

Après sa victoire, Xavier Bertrand veut transformer le duel Macron - Le Pen en "match à trois"

LES ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE BASCULENT À DROITE


Basculement historique dans les Alpes-de-Haute-Provence qui passent à droite après 23 ans de socialisme, la liste LR-UDI ayant remporté une large majorité de ce département rural de 164.000 habitants.


Selon des résultats définitifs, la liste LR, qui avait déjà obtenu 2 sièges au premier tour, a réuni 39% des voix lui donnant 18 sièges de plus. Le PS, qui dirigeait la collectivité depuis 1998, ne conserve que 2 sièges, les autres listes se partageant les huit sièges restants.

PÉCRESSE SE FÉLICITE DE LA CHUTE DES COMMUNISTES


Non contente d'avoir fait "barrage à la gauche extrême" en Île-de-France, Valérie Pécresse s'est félicitée sur Twitter que la droite soit en train de faire tomber le Parti communiste (PCF) dans le Val-de-Marne. "La droite est en train de faire tomber le dernier bastion communiste du pays", a écrit l'élue LR sur Twitter.

GÉRALD DARMANIN L'EMPORTE DANS LE CANTON DE TOURCOING


Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a été largement élu aux élections départementales dans son canton de Tourcoing (Nord), avec 64,98% des voix pour son binôme divers droite, face à un binôme gauche-vert.


"Près de 65% des voix ! Avec Doriane Bécue, nous remercions tous les Tourquennois qui nous ont renouvelé leur confiance dans le canton de Tourcoing. Vive le Nord, vive Tourcoing !", s'est réjoui Gérald Darmanin.

DÉCRYPTAGE 


Elle était la seule région gagnable pour le RN. Comme il y a six ans, la région Paca a échappé au RN, faisant de cette défaite le symbole de la contre-performance de ce premier tour pour la formation de Marine Le Pen. Notre décryptage de cette élection à suspens ici ↓

Avec la défaite de Mariani en Paca, le RN touche encore son plafond de verre

BRETAGNE : L'UNION DE LA GAUCHE EN TÊTE, MAIS...


Si Loïg Chesnais-Girard (Union de la gauche) est en tête avec 29,82% des voix, il demeure sous la barre des 33%, nécessaire pour garantir la majorité absolue au conseil régional.

"DE NOMBREUSES DIFFICULTÉS"  DANS LA DISTRIBUTION DE LA PROPAGANDE ÉLECTORALE 


La société Adrexo a reconnu dans un communiqué avoir de nouveau rencontré "de nombreuses difficultés" dans la distribution des plis électoraux. Le prestataire, qui dit se tenir à la disposition du ministère de l'Intérieur "pour dresser le bilan", sera auditionnée ce mardi devant la Commission des lois de l'Assemblée.

LA DROITE ET LE CENTRE "PREMIÈRE FORCE POLITIQUE DU PAYS", SELON LARCHER 


Gérard Larcher s'est réjoui que les Français aient "largement renouvelé leur confiance" envers "les Présidents sortants de la droite et du centre". "La crise sanitaire a montré leur capacité à être présents, à répondre par la proximité, l'efficacité, la réactivité aux difficultés de nos compatriotes." Le président LR du Sénat a aussi tenu à souligner le "rendez-vous manqué" pour LaREM et l'échec du RN qui "démontre une fois de plus les limites du vote sanction". "Ce soir, la droite et le centre sont la première force politique du pays", écrit-il, y voyant "l'alternance démocratique que les Français attendent". 


Malgré ces réjouissances, le président du Sénat a aussi regretté que ce deuxième tour des élections n'ait pas "conduit à un sursaut citoyen". "Cette désaffection manifeste d'une majorité de Français pour notre vie démocratique continue d'être une réelle source d'inquiétude", a-t-il écrit dans un communiqué de presse. 

MARINE LE PEN ÉLUE À HÉNIN-BEAUMONT 


La patronne du RN a été élue dans son fief d'Hénin-Beaumont, avec un score de 59,7%, devançant le binôme divers gauche (40,3%).


Au premier tour, Marine Le Pen avait déjà obtenu 61,09% des suffrages, mais un nombre de voix insuffisant pour être immédiatement élue en raison du taux d'abstention (66,4%). 

POUR 2022, "IL Y A UNE POSSIBILITÉ POUR LA GAUCHE ET LES ÉCOLOGISTES", SELON OLIVIER FAURE


"Dans l'histoire électorale, quand un président de la République perd toutes les élections intermédiaires, il n'est jamais arrivé qu'il soit réélu derrière", note le Premier secrétaire du PS Olivier Faure sur LCI. "On nous prédit toujours un an à l'avance qui sera élu, cela ne marche jamais. Pour l'année prochaine, il y a une possibilité pour la gauche et les écologistes."

LA FILLE DE CHIRAC GAGNANTE EN CORRÈZE


La fille de l'ancien chef de l'État, Claude Chirac, première fois candidate en Corrèze, l'emporte haut la main, avec 70% des voix.

LES RÉPUBLICAINS GAGNANTS ... MAIS RAILLÉS


Alors que le parti Les Républicains a revendiqué sur Twitter être le "premier parti de France", des internautes rappellent que c'est l'abstention la grande gagnante du scrutin. "L'abstention est le premier parti de France", écrit un internaute, "il n'y a pas de premier parti dans un pays où les deux tiers des citoyens ne se déplacent pas pour aller voter", souligne un autre.

"NOTRE LISTE A ÉTÉ BATTUE PAR TOUT UN SYSTÈME COALISÉ", ACCUSE MARIANI


Thierry Mariani, tenu en échec en PACA, a accusé le "système coalisé" de l'avoir emporté "au terme d'une campagne qui n'honore pas nos adversaires". Il a taclé Renaud Muselier, l'accusant d'être un candidat "qui a vu les trois derniers présidents de la République voler à son secours", "qui a vu la majorité des médias se mobiliser pour sa réélection" et qui a vu "tous les partis lui venir en aide". "Quand on est redevable auprès de tant de cercles de pouvoir, cela ne présage rien de bon pour l'avenir de notre région", croit-il savoir, déplorant "une défaite pour la démocratie et l'expression de la volonté populaire".


"C'est pour notre région et pour son avenir que je suis triste", a lancé le candidat RN depuis Marseille, avant de saluer les militants qui ont tenu "sans jamais céder aux insultes et aux provocations". 

POUR 2022, LA DROITE "EN SITUATION DE L'EMPORTER", AFFIRME ÉRIC CIOTTI


"Valérie Pécresse, Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez ont démontré leurs capacités à gagner", réagit Eric Ciotti, député (LR) des Alpes-Maritimes. "Je fais confiance à la responsabilité de chacun. Nous ne pourrons gagner l'élection présidentielle qu'en additionnant les forces et les talents. Nous avons ces deux atouts. Nous sommes à nouveau en situation de l'emporter."

QUID DE MARINE LE PEN ? 


Candidate aux élections départementales dans son fief d'Hénin-Beaumont, Marine Le Pen est au coude-à-coude avec la gauche dans le Pas-de-Calais. 

POUR BAYOU, LE "COMBAT CONTINUE"


"Cette semaine, un nouvel espoir est né. L'espoir d'une Île-de-France qui agisse enfin pour chacune et chacun, qui relève le défi majeur du 21e siècle, l'urgence climatique. Malheureusement, cela n'a pas suffi", réagit Julien Bayou, qui arrive à la deuxième place en Île-de-France, derrière Valérie Pécresse. "Notre combat continue. Nous savons désormais que nous sommes en capacité de nous unir autour d’un projet commun pour battre les forces réactionnaires."

LES RÉSULTATS DES ÉLECTIONS À 22H


Retrouvez les résultats provisoires de ce deuxième tour des élections régionales dans chacune des treize régions métropolitaines françaises.

Résultats des élections : région par région, la carte de France du 2nd tour

Urgent

SONDAGE EXCLUSIF : QUI SONT LES GRANDS GAGNANTS ?


Selon notre sondage Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI, Xavier Bertrand (44%), Valérie Pécresse (38%) et Laurent Wauquiez (32%) apparaissent aux yeux des Français comme les personnalités politiques sorties les plus renforcées de ce scrutin. Emmanuel Macron (56%), Eric Dupond-Moretti (52%), Marine Le Pen (47%) et Jordan Bardella (41%) sortent affaiblis, selon les Français.


La moitié des Français estime également que Xavier Bertrand ferait un bon candidat pour la droite à l'élection présidentielle de 2022, dont 85% chez les sympathisants des Républicains, et même 84% chez ceux de La République en Marche.


Pour la fin du quinquennat, les Français escomptent pour 43% d'entre eux un remaniement prochain avec changement de Premier ministre, juste devant une intervention télévisée directement adressée à la population (42%).


Enfin, seuls 55% des Français inscrits sur les listes électorales annoncent qu'ils voteront à la présidentielle de 2022, soit une baisse de cinq points par rapport à une mesure effectuée en avril dernier.

"CE SOIR EST UNE FORMIDABLE VICTOIRE", S'EST FÉLICITÉ JACOB


Le chef de fil des Républicains a décrit ce second tour comme "une formidable victoire" des Républicains. Pour lui, elle est la preuve de la "formidable capacité" du parti de droite "à gérer des collectivités". Au-delà de cette victoire, Christian Jacob s'est félicité du "recul" et de l'"échec cinglant" pour le RN et de la "vraie humiliation pour LaREM". 


Quant à la question ce qu'il retient de ce scrutin pour la Présidentielle de 2022, le président des LR a estimé ne pas être "dans ce temps-là". "Un candidat, ça ne se décrète pas, ça se construit", a-t-il lancé sur LCI, promettant être "prêt en novembre".

JEAN-LUC MÉLENCHON SATISFAIT


Le leader de la France insoumise s'est félicité du progrès de son mouvement dans le paysage local. Jean-Luc Mélenchon a aussi remercié "tous ceux qui ont fait un effort politique extrêmement douloureux" en donnant leur voix "pour que le RN soit battu" en Paca.

Urgent

"UN COUP DE SEMONCE TRÈS IMPORTANT POUR LA MAJORITÉ", DÉCLARE FRANÇOIS BAYROU


"C'est un coup de semonce très violent et puissant à l'égard de la démocratie française et un coup de semonce très important pour la majorité", déclare sur LCI le président du MoDem, François Bayrou. "Ces deux éléments méritent qu'on sorte des postures attentistes."


"Les Français ne se reconnaissent plus dans la manière dont le pays est organisé", regrette le maire de Pau. "Il faut reprendre l'organisation de notre démocratie locale", continue François Bayrou, qui évoque le vote par correspondance comme l'une des solutions.


"Emmanuel Macron a été élu sur trois facteurs importants : une volonté de retrouver un optimisme pour le pays, changer le rapport entre le pouvoir et les Français, et dépasser les clivages partisans", poursuit François Bayrou. "Cette volonté, qui a porté l'élection de 2017, doit être retrouvée."

MANUEL VALLS TACLE LA GAUCHE ET L'EXTRÊME DROITE 


Sur Twitter, Manuel Valls s'est réjoui de la victoire de Valérie Pécresse, pour qui il avait appelé à voter afin d'éviter, selon lui, le péril de "l'extrême gauche". "Pour Valérie Pécresse et une certaine idée de la République, la victoire est belle", s'est félicité l'ancien Premier ministre, lançant un tacle à la liste d'union de la gauche et au Rassemblement national.

LAREM OBTIENT MOINS DE 10% DES VOIX


Avec moins de 10% de suffrages au second tour des élections régionales, LaREM a lourdement échoué à s'implanter dans les territoires, relançant la question de la place du parti pour la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. En tout, le parti de la majorité n'a obtenu qu'une poignée d'élus régionaux sur tout le territoire, avec une modeste consolation en PACA où les marcheurs feront partie de l'exécutif.

ALIOT "PAS INQUIET" POUR LE RN


"Les électeurs attendent une autre manière de pratiquer la politique", réagit le maire de Perpignan (RN), Louis Aliot, sur LCI.  "Il faut retrouver de la proximité. Cette campagne a été très courte et a eu du mal à démarrer. Mais ne mettons pas sur le dos du Covid l'ensemble des résultats. Cette désaffection aussi importante de l'électorat pour la politique est quelque chose qui devrait interpeller tous les partis."


Pour Louis Aliot, la défaite de Thierry Mariani en Paca face à Renaud Muselier s'explique par le "manque d'une mobilisation d'une partie de notre électorat." "Il n'y a pas eu de sursaut électoral", mais "je ne suis pas inquiet pour les élections d'après."

LES VERTS PERDANTS, MAIS UNIS


"L'écologie est la seule force en dynamique", s'est félicité Julien Bayou. Saluant un résultat "très encourageant" aux régionales, le secrétaire national d'EELV, qui a aussi porté la liste d'union de la gauche en Ile-de-France, s'est réjoui que "la gauche et l'écologie (soient) de retour" en vue des prochaines échéances électorales.

PARTICIPATION FINALE : 34,2%, SELON UNE ESTIMATION


Selon Ifop-Fiducial pour TF1 et LCI, la participation en France métropolitaine atteint finalement 34,2% pour ce deuxième tour, soit une abstention historique de 65,8%.

"UNE GRANDE VICTOIRE POUR LA DROITE"


À l'instar de Damien Abad, Bruno Retailleau a salué sur Twitter "une grande victoire pour la droite et le centre et un Waterloo politique pour Emmanuel Macron". Le président des sénateurs LR a ajouté que "plus qu'une simple défaite, c'est un revers cuisant", pour le président de la République.

"LA DROITE EST PLUS QUE JAMAIS DEBOUT CE SOIR"


Contrairement à Renaud Muselier, certains membres des rangs LR se voient déjà en 2022. "A ceux qui en doutent encore, la droite est plus que jamais debout ce soir", a écrit le président du groupe LR à l'Assemblée nationale. Dans un tweet, Damien Abad a estimé qu'"unis, nous pouvons plus que jamais gagner l'élection présidentielle. Les résultats de ce soir sont très encourageants".

"RIEN NE M'A ÉTÉ ÉPARGNÉ"


"Ma stratégie a payé", s'est félicité Renaud Muselier après sa victoire contre Thierry Mariani. Il est revenu sur cette campagne où "rien" de lui a été "épargné. "J'ai rassemblé le plus possible, fort de la connaissance de mon territoire politique", a souligné le président LR. 


S'il se réjouit de cette victoire, Renaud Muselier refuse de "nationaliser" ce scrutin et ses résultats. "Je ne parle pas de la Présidentielle, c'est ma région d'abord."

LA DROITE EST "LA SEULE FORCE D'ALTERNANCE"


Après cette victoire des Républicains, Christian Jacob a estimé que la droite était "aujourd'hui clairement la seule force d'alternance". "C'est une formidable victoire pour nous les Républicains, c'est un effondrement du Front national et une humiliation pour La République en marche", s'est réjoui le président des Républicains sur France 2, notant que la droite avait gagné "les municipales (...) les sénatoriales, les législatives partielles, les départementales les régionales".

HAUTS-DE-FRANCE : LA GAUCHE DE RETOUR "POUR LUTTER ET DURER"


Après six ans d'absence, les écologistes et la gauche "sont de retour au conseil régional" des Hauts-de-France"pour lutter, durer" s'est réjouie après sa victoire Karima Delli, arrivée troisième aux élections régionales avec entre 21,4% et 22% des suffrages, selon les estimations.

LES DERNIERS RÉSULTATS À 21H15 

Infos précédentes

Dernières tendances, programmes, prises de parole... Suivez toute l'actualité des élections régionales et départementales dans le fil ci-dessus.

Toute l'info sur

Les élections régionales et départementales 2021

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique d'Elizabeth Martichoux

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Elizabeth Martichoux reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : l'ex-Miss France Vaimalama Chaves éliminée, Bilal Hassani au sommet

EuroMillions : un Français remporte la cagnotte de 220 millions d'euros, un record en Europe

Femme décapitée à Agde : ex-boxeur et ancien candidat FN, le profil du suspect se dessine

Covid-19 : quand thés dansants et parties de belote virent aux clusters en Loire-Atlantique

Mort d'un étudiant nantais vacciné : l'autopsie renforce l'hypothèse d'un lien avec AstraZeneca

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.