En militant pour un "gouvernement de la zone euro", Hollande reprend une idée de Delors... et de Sarkozy

En militant pour un "gouvernement de la zone euro", Hollande reprend une idée de Delors... et de Sarkozy

INFLUENCE - Dans une tribune en hommage à Jacques Delors publiée dans le Journal du Dimanche, le président de la République a réitéré sa proposition de créer un gouvernement de la zone euro. Une idée de l'ancien président de la commission européenne, mais aussi de Nicolas Sarkozy.

Il n'est pas le premier à le proposer. Dans le  Journal du Dimanche , François Hollande a rendu hommage à Jacques Delors, qui fêtera ses 90 ans lundi. L'occasion pour le chef de l'Etat de se féliciter de l'accord obtenu en début de semaine à Bruxelles ouvrant la voie à un troisième plan d'aide pour la Grèce, mais également de faire quelques propositions.

"J’ai proposé de reprendre l’idée de Jacques Delors"

Le président de la République, qui constate que "l'esprit européen a prévalu" pour empêcher un Grexit, ne veut en effet pas en rester là. "J’ai proposé de reprendre l’idée de Jacques Delors du gouvernement de la zone euro et d’y ajouter un budget spécifique ainsi qu’un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique", explique le chef de l’Etat. "Partager une monnaie, c’est bien plus que vouloir une convergence. C’est un choix que 19 pays ont fait parce que c’était leur intérêt. Nul gouvernement d’ailleurs depuis quinze ans n’a pris la responsabilité d’en sortir, poursuit-il. Ce choix appelle une organisation renforcée et avec les pays qui en décideront, une avant-garde. La France y est prête parce que, comme Jacques Delors nous l’a montré, elle se grandit toujours quand elle est à l’initiative de l’Europe".

Mais si Jacques Delors, également interrogé dans ce même numéro de l'hebdomadaire, juge que la zone euro "n'est plus gouvernable" et qu'il faut "refonder cette Union économique et monétaire" il n'est pas le seul partisan historique d'un gouvernement de la zone euro.

Proposé par Nicolas Sarkozy et 2008 et 2011

En 2008, à l'approche des sommets mondiaux sur la refonte du système financier international, Nicolas Sarkozy avait en effet évoqué  la création d'un "gouvernement économique"  dans la zone euro, travaillant aux côtés de la Banque centrale européenne (BCE). Une idée qui n'avait pas vraiment convaincu le président de la commission européenne de l'époque, José Manuel Barroso, qui avait rapidement pris ses distances avec cette proposition.

Rebelote en août 2011, où l'ancien président de la République s'associait cette fois-ci à Angela Merkel . Quelques semaine après un sommet extraordinaire de la zone euro , qui avait vu l'Europe s'accorder sur la réduction de la dette grecque, les deux chefs d'Etat avaient fait une annonce du même type. A l'issue d'un sommet à Paris, Nicolas Sarkozy et Angela Merkel avaient ainsi annoncé qu'ils comptaient proposer à leurs partenaires européens la création d'un "véritable gouvernement de la zone euro", qui aurait été présidé le président de l'Union européenne de l'époque, Herman Van Rompuy. Et si cette proposition n'aura elle non plus jamais abouti, elle aura au moins prouvé que Nicolas Sarkozy et son successeur, si opposés sur la gestion de la crise grecque, ne sont parfois pas si éloignés sur les questions européennes.

À LIRE AUSSI
>> 
DSK s’adresse à ses "amis allemands" et dénonce l’accord avec la Grèce
>> 
Grèce : le Parlement allemand autorise Merkel à négocier le plan d'aide

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Portugal-France : les Bleus qualifiés, ils affronteront la Suisse en 8e de finale

Covid-19 : que sait-on du nouveau variant Delta Plus découvert en Inde ?

Impôt sur les successions, retraite à points, tarification du carbone... Les propositions phares du rapport remis à Macron pour l'après-Covid

Explosion du variant Delta malgré une vaccination massive : que nous disent les chiffres au Royaume-Uni ?

EN DIRECT - La France repasse sous la barre des 10.000 patients hospitalisés du Covid-19

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.