En plein réveillon, un député LREM attaque une sénatrice EELV sur son physique sur Twitter

En plein réveillon, un député LREM attaque une sénatrice EELV sur son physique sur Twitter

Politique
DirectLCI
RÉCIDIVE - Joachim Son-Forget a encore fait parler de lui sur Twitter. Après avoir insulté Donald Trump via le réseau social, le député des Français de l'étranger s'en est pris à Esther Benbassa, députée d’Europe Écologie Les Verts dans la nuit de lundi.

Tandis que certains coupaient la bûche et d’autres ouvraient les cadeaux, le député Joachim Son-Forget a opté pour une autre activité pour le Réveillon. Élu LREM, il a passé sa nuit du 24 décembre, de 22h à 23h30, à inonder Twitter de photos de la sénatrice EELV Esther Benbassa.


En roue libre pendant près d’une heure et demie, le député des Français de l’étranger avait déjà fait parler de lui sur les réseaux sociaux. En début de mois, il avait ouvertement insulté le président américain, Donald Trump, sur Twitter. 

Tout a commencé avec un tweet d’Esther Benbassa. Le 22 décembre dernier, cette élue d’Europe Écologie Les Verts donne son avis sur un article du journal Le Monde, dans lequel Brigitte Macron confie que la violence des propos de certains Gilets jaunes à son égard lui rappelle celle de ses débuts avec le président de la République. L’élue de Paris écrit alors : "Brigitte Macron déplore la violence et la vulgarité des Gilets jaunes. Ce n'est donc pas violent, la pauvreté? Et elle n'est pas vulgaire, l'arrogance aux dents blanches des riches et des puissants?" Un point de vue qui  a vivement  fait réagir Joachim Son-Forget. Dès le lendemain, il s'insurge : "Avec le pot de maquillage que vous vous mettez sur la tête, vous incarnez plus que jamais ce que vous tentez maladroitement de caricaturer". Il accuse ainsi l’élue d’avoir "détourné" la citation de l’article afin de "mettre de l’huile sur le feu". 


Une répartie qui ne laisse pas les internautes insensibles, certains y voient des allusions sexistes. Alors, le député riposte à grands coups de photos peu avantageuses pour Esther Benbassa. Sur les clichés, elle porte des pancartes, où l’on peut lire "je ne me tairai jamais" ou "plus de cannabis, moins de police !"

Certains estiment assister dans cet enchaînement de tweets à du harcèlement. Interpellé par le compte  @ParisPasRose sur ses messages comportant des "attaques physiques", le représentant des Français de l'étranger de Suisse et du Liechtenstein tente de se défendre. "C’est une attaque physique de poster des photos ?", se demande-t-il. Ainsi, il justifie les publications massives de ces photos en expliquant qu’il voulait mettre en avant les pancartes que la députée tient en main : "J’ai parlé au départ des fake news de mépris de classe qu’elle propage. Et vous savez lire des panneaux ou bien? L’ironie vous ne connaissez pas? Doit être trop fin pour trolls anonymes." 


La principale intéressée à elle-même évoqué un cas de harcèlement. Ce matin, la sénatrice écrit ainsi que le député "obscur et inactif", "l’insulte sur [son] physique & [la] harcèle: 50 twits en 97mn." Ce à quoi le député a immédiatement répondu : "La référence au maquillage ne peut en aucun cas être mélangée à une attaque sur le physique" car c’est un choix "faisant appel au libre-arbitre", a répondu le claveciniste de formation.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter