En quoi pourrait consister le "Revenu d'engagement pour les jeunes" qu'Emmanuel Macron va mettre en place ?

Allocution d'Emmanuel Macron lundi 12 juillet

SOCIAL - Emmanuel Macron a confirmé lundi, lors de son allocution, l'instauration d'un "Revenu d'engagement pour les jeunes". Ce dispositif, distinct de la "Garantie Jeunes" instaurée sous François Hollande, sera présenté en septembre et concernera les jeunes sans emploi ni formation et sera assorti de contreparties.

Voilà de longues semaines que l'exécutif planchait sur une mesure supplémentaire en direction de la jeunesse, particulièrement touchée par les effets économiques de la crise sanitaire. Après la mise en œuvre de la plateforme "Un jeune, une solution", destinée à accélérer le recours à la formation, Emmanuel Macron a officialisé, lundi lors de son allocution devant les Français, un dispositif spécifique destiné aux plus précaires. 

Baptisé le Revenu d'engagement pour les jeunes, ce dispositif, qui sera présenté à la rentrée, "concernera les jeunes sans emploi ou formation et sera fondé sur une logique de devoirs et de droits", a énoncé le président de la République. 

Toute l'info sur

Covid, et après ?

Lire aussi

La contrepartie : une recherche active d'emploi

Si les détails du dispositif doivent encore être dévoilés, les premières pistes conduisaient à déployer ce revenu en faveur des jeunes de moins de 25 ans, sous conditions de ressources. 

Courant mai, des sources gouvernementales avaient avancé un montant de l'ordre de 500 euros par mois, dont le versement serait conditionné à "un accompagnement intensif pour trouver un emploi". L'exécutif considérait en effet que le dispositif actuel du RSA, qui n'est pas ouvert aux moins de 25 ans, ne serait pas suffisamment incitatif à ce titre. 

Le dispositif succéderait ainsi à la "Garantie Jeunes", mise en place sous François Hollande, qui a bénéficié l'an dernier à 200.000 jeunes, avec l'ambition d'étendre nettement le nombre de bénéficiaires. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

VIDÉO - Belgique : nouvelles inondations massives après un orage diluvien

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Catalogne, Pays-Bas, Royaume-Uni... Comment expliquer la baisse de l'épidémie chez nos voisins ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.