EN VIDÉO - Les grandes étapes de la vie politique de Jacques Chirac

Politique

Toute L'info sur

La mort de Jacques Chirac

DISPARITION - De la Corrèze à la mairie de Paris jusqu'à l'Élysée, il aura fallu 30 ans de vie politique et trois candidatures pour que Jacques Chirac soit enfin élu Président de la République. Retour sur un parcours de longue haleine.

L'ancien président de la République Jacques Chirac est mort ce jeudi à l'âge de 86 ans. Il aura marqué de son empreinte plusieurs décennies de vie politique française. C’est sur les terres corréziennes de ses grands-parents que "Chichi" débute sa carrière politique. Après Science-Po, l’Ena, son service militaire en Algérie, il s’y fait élire en 1967. Sous Pompidou, il devient secrétaire d'État puis ministre, "son bulldozer" comme l'appelle le président de la République. À la mort de son mentor, Jacques Chirac devient le Premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing. En 1976, il claque la porte de Matignon, prend d’assaut le parti gaulliste et le transforme en RPR. Son nouvel objectif : Paris.

Voir aussi

Un an plus tard, Jacques Chirac est élu maire de la capitale, un fauteuil qu'il conserva pendant 18 ans. En 1981, il est candidat pour la première fois à l’élection présidentielle. Il est finalement battu au premier tour par Valéry Giscard d’Estaing et c'est François Mitterrand qui devient Président. Mais le "jeune loup" n'a pas dit son dernier mot. La droite gagne les législatives et Jacques Chirac redevient Premier ministre, s'essayant avec François Mitterrand l’exercice inédit de la cohabitation.

En 1988, Jacques Chirac retente sa chance à la présidentielle face à François Mitterrand. Un duel qui donne lieu à un débat d'anthologie entre les deux hommes mais qui tourne en faveur de François Mitterrand. C'est un échec, retour à la case départ pour Jacques Chirac qui rentre de nouveau dans l’opposition jusqu’aux législatives de 1993. La droite l'emporte, débute alors une deuxième phase de cohabitation. Cette fois-ci Chirac se met en retrait et laisse Matignon à son ami de 30 ans, Edouard Balladur. 

Lire aussi

30 ans, 3 candidatures et enfin la plus haute marche

1995, nouvelle élection présidentielle. Cette fois-ci, c'est la bonne pour Jacques Chirac, il succède à François Mitterrand et choisit Alain Juppé pour gouverner la France mais l’ardeur réformatrice de son Premier ministre, se heurte au refus de la rue. Affaibli dans le pays et toujours contesté par une partie de son camp, il prend sûrement la plus mauvaise décision de sa carrière politique. Malgré une large majorité, il décide de dissoudre l'Assemblée nationale. Résultat : la gauche triomphe et c’est au tour de Jacques Chirac d’expérimenter la cohabitation. Cinq ans à souffler le chaud… et le froid avec Lionel Jospin.

Voir aussi

En 2002, c'est le choc. Jean-Marie Le Pen se hisse au second tour de l'élection présidentielle. Jacques Chirac le bat avec 82% des voix. C'est un nouveau quinquennat qui commence. Jacques Chirac décide d'imposer ses vues sur la scène internationale, il refuse d'engager la France dans la guerre contre l'Irak. En 2005, il livre un dernier combat électoral, qu’il va perdre, celui du référendum sur la Constitution européenne. Le dialogue avec les Français est alors rompu. Ses ennuis de santé et ses affaires judiciaires concernant notamment les emplois fictifs à la Maire de Paris, ne font qu'assombrir la fin de son quinquennat. En 2007, chantre de la rupture, Nicolas Sarkozy devient Président. 40 ans après sa première élection comme député, la page du chiraquisme se tourne.

Si les bains de foule ne sont pas terminés pour Jacques Chirac, redevenu simple citoyen, il renoue avec la relation particulière qui le lie aux Français et regagne en popularité. Si l'homme a toujours dit qu'il n'était pas angoissé par la mort, il a cette fois-ci rendu les armes. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter