Entre FN et PS, l'UMP appelle à l'abstention ou au vote blanc

Entre FN et PS, l'UMP appelle à l'abstention ou au vote blanc

DirectLCI
ELECTION – Au terme d'un bureau politique de plus de deux heures, l'UMP a adopté mardi soir une motion prônant l'abstention ou le vote blanc dimanche dans le Doubs, malgré la présence du FN au second tour de la législative partielle. Une position qui est loin de faire l'unanimité.

Face au FN, qui prône quoi à l'UMP ? Il faudrait un dessin pour le comprendre. En attendant, le parti a fini par adopter une position officielle mardi soir, au terme d'un bureau politique agité de 2h30 : ce sera "ni-ni". Comprendre, "ni le FN, ni le PS", le parti de droite appelant "tous ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs à exprimer leur double opposition en votant blanc ou en s'abstenant" dimanche prochain, au second tour de la législative partielle dans le Doubs.

Alors, qui a eu gain de cause à l'UMP ? Pas Alain Juppé en tout cas, qui pendant que paraissait le communiqué de son parti, était l'invité du 20 heures de France 2 pour répéter sa propre partition : un appel à voter PS. En accord avec la numéro 2 de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, ou encore avec l'autre ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin.

Sarkozy aurait prôné un texte "plus nuancé"

Alors, si son principal rival pour 2017 ne l'a pas emporté, c'est donc que le président du parti a gagné son bras de fer ? On se souvient en effet qu'aux dernières cantonales, dans le même cas de figure, Nicolas Sarkozy avait prôné le "ni-ni". Mais cette fois, son entourage assure qu'il a tenté de peser toute la soirée pour un texte "plus nuancé", marquant une évolution personnelle vers un barrage contre le FN. François Fillon, qui a aussi changé plusieurs fois d'avis sur la question ces dernières années, était lui absent de ce bureau politique.

EN SAVOIR + >> Face au FN, les errements stratégiques de Juppé et Sarkozy

Finalement, la victoire va donc au numéro trois du parti Laurent Wauquiez, à son ancien président Jean-François Copé, ainsi qu'à Xavier Bertrand, Bruno Le Maire ou encore Hervé Mariton. Ces tenants du "ni-ni" ont obtenu 22 voix contre 19. L'UMP au bord de l'explosion ? Sur France 2, Alain Juppé a assuré qu'il n'y croyait "pas du tout".

LIRE AUSSI
>> Qui est Sophie Montel, candidate FN dans le Doubs ?

>> Législative partielle dans le Doubs : le FN en tête

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter