Crise sanitaire et fin du quinquennat : ce qu’il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

Crise sanitaire et fin du quinquennat : ce qu’il faut retenir de l'allocution d'Emmanuel Macron

LE RÉCAP' - Avec la progression des cas positifs dus au variant Delta, Emmanuel Macron a fait plusieurs annonces, ce lundi 12 juillet, lors d'une allocution solennelle.

La France fait face à la menace d'une 4e vague, en raison d'un variant Delta désormais majoritaire sur notre territoire. Ces vacances devaient être placées sous le signe du retour des jours heureux, mais la situation sanitaire inquiétante a rebattu les cartes. Ce lundi, afin de contenir la progression d'abord, Emmanuel Macron a pris la parole et présenté plusieurs mesures depuis le Grand palais éphémère à Paris. Le chef de l'État a également évoqué les réformes à venir. 

Toute l'info sur

Variant Delta : la France face à une quatrième vague

▶️ La vaccination obligatoire pour les soignants, mais pas seulement 

Elle va concerner les personnels soignants et non soignants des hôpitaux, cliniques, maisons de retraite, établissement pour handicapés. Tous les professionnels, ou les bénévoles travaillant au contact des personnes âgées ou fragiles, y compris à domicile, la vaccination sera rendue obligatoire sans attendre. La campagne de vaccination pour les travailleurs concernés commence maintenant. 

Quand ? À partir du 15 septembre, des contrôles seront diligentés. Emmanuel Macron évoque des sanctions prises en cas de non-respect. 

Lire aussi

▶️ La vaccination dès le collège

En vue de la rentrée scolaire, le président de la République a annoncé qu’une campagne allait être organisée pour les collégiens, les lycéens et les étudiants. 

Lire aussi

▶️ Une 3e dose 

Un "booster" pourra être administré à ceux ayant été vaccinés en janvier et février dernier. "Dès la rentrée", ils pourront bénéficier d’une nouvelle injection. "Les rendez-vous pourront être pris dès les derniers jours d’août", a assuré Emmanuel Macron, engageant à continuer à respecter les gestes barrières. 

▶️ Le pass sanitaire largement étendu

Tous les Français de plus de 12 ans vont devoir présenter un pass attestant qu’ils sont vaccinés ou qu’ils disposent d’un test négatif récent. En version papier ou via l’application TOUSANTICOVID, il sera indispensable pour accéder à un lieu de loisir – un parc d’attraction, par exemple - ou de culture – un concert, un spectacle ou un festival. 

Quand ? Dès le 21 juillet. 

Ensuite, ce pass sanitaire s’appliquera aux cafés, les restaurants, les centres commerciaux mais également dans les hôpitaux, les maisons de retraites, les établissements médico-sociaux et dans les avions, les trans et les cars pour les longs trajets. "Seuls les vaccinés et les personnes testées négatives, qu’ils soient d’ailleurs clients, usagers ou salariés", a précisé le Président, prévenant également qu'en fonction de l'évaluation de la situation, la question de l'extension du pass se posera.

Quand ? À partir de début août.

Lire aussi

▶️ Les tests PCR payants

Si c'est déjà le cas pour les étrangers se faisant tester en France, dès cet automne, les tests PCR seront payants sauf prescription médicale. 

▶️ Un "Revenu d'Engagement pour les Jeunes"

C'est une mesure qui sera présentée à la rentrée et qui concernera "les jeunes sans emploi ou formation". Ce Revenu d'Engagement pour les Jeunes "sera fondé sur une logique de devoir et de droits". Elle est destinée à encourager un peu plus encore l'apprentissage.

▶️ La réforme des retraites suspendue à la dynamique de l'épidémie

C'est l'une des réformes les plus emblématiques du quinquennat d'Emmanuel Macron et l'une des plus sensibles. Si l'intention du Président est d'aller au bout de celle-ci, elle va devoir attendre. "Dès que les conditions seront réunies, nous devrons engager la réforme des retraites", a-t-il prévenu. Mais elle ne sera pas lancée "tant que l'épidémie ne sera pas sous contrôle et la reprise bien assurée".

Lire aussi

▶️ La réforme de l'assurance chômage n'est pas enterrée

Elle "sera pleinement mise en œuvre dès le 1er octobre", a annoncé Emmanuel Macron. Le 22 juin dernier, le Conseil d'État avait suspendu cette réforme qui devait entrer en vigueur le 1er juillet. Mais le chef de l'État assure que son ambition "reste inchangée" et compte soumettre un nouveau décret au Conseil d'État d'ici là.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : quelles sont les trois contre-indications à la vaccination ?

"Nous sommes passés de Socrate à Francis Lalanne" : le discours cinglant d'un sénateur contre les anti-vaccins

VIDÉO - Belgique : nouvelles inondations massives après un orage diluvien

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 25.000 nouveaux cas en 24h, 22 décès enregistrés

Variant Delta : où se contamine-t-on le plus ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.