Espionnage américain : Jacques Chirac aussi est en colère

Politique

SUR ÉCOUTE — Jacques Chirac, qui a été placé sur écoute par la NSA américaine comme ses deux successeurs à la tête de l'Etat, a jugé « inacceptable » les méthodes employées par les services secrets américains.

"Inacceptables" et "choquantes". C'est ainsi que l'ancien président de la République, Jacques Chirac, a qualifié mercredi les écoutes par les services secrets américains révélées par Libération et Mediapart sur la base de documents de WikiLeaks .

EN SAVOIR +
>> Espionnage américain : Valls réclame un code de bonne conduite

>> Les Etats-Unis affirment ne pas espionner les communications de François Hollande

Selon les termes communiqués par l'entourage de l'ancien chef de l'Etat, "la France et les Etats-Unis sont des alliés historiques. La France a toujours agi vis-à-vis des Etats-Unis dans un esprit d'amitié, de confiance, d'indépendance et de franchise [...] De telles méthodes entre pays alliés et amis sont inacceptables."

D'après les révélations des deux médias français, les écoutes téléphoniques ont été programmées depuis le toit de l'ambassade américaine à Paris , entre 2006 et 2012. Ce sont donc les trois derniers présidents, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande qui auraient été directement écoutés par la NSA américaine. Des ministres auraient également été placés sur écoute.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter