Être élu, c'est "d'un ancien temps" : la nouvelle provoc' d'Emmanuel Macron

Être élu, c'est "d'un ancien temps" : la nouvelle provoc' d'Emmanuel Macron

LA DÉMOCRATIE C'EST RINGARD - Emmanuel Macron s'est encore illustré par une petite phrase polémique, dimanche lors d'un forum organisé par Le Monde. Le ministre de l'Economie n'est pas intéressé par une candidature en 2017 et voulait le faire savoir… à sa manière.

A chaque semaine sa petite phrase "made in Macron". Alors qu'il était l'invité dimanche d'un forum organisé par Le Monde à l'Opéra Garnier de Paris, le ministre de l’Economie a encore lâché l'une de ces petites bombes dont il a le secret et qui ne manquent pas d'ouvrir des polémiques à gauche.

Après les 35 heures et le statut des fonctionnaires , il est cette fois question… de démocratie. La phrase en question n'est pas relatée dans le compte rendu réalisé par notre confrère du Monde - contrairement à ce qui était signalé par l'AFP - mais dans le live tweet réalisé lors du forum. Voici les mots d'Emmanuel Macron : "Je n'ai jamais voulu être candidat, aujourd'hui je n'ai pas envie d'être député en 2017, ça, c'est le cursus d'un ancien temps."

Certes, ce n'est pas la première fois que le jeune ministre de l’Economie - 37 ans -, ancien banquier de chez Rothschild, manifeste son peu de goût pour une candidature à une élection, malgré les nombreuses sollicitations de certains comparses du Parti socialiste .

Mais celui que les rumeurs disaient possible candidat aux prochaines législatives de 2017 n'a jamais été aussi clair. Celui dont la "loi pour la croissance", promulguée en août, a été adoptée en contournant le vote des députés ( le fameux 49.3 ) écarte définitivement la possibilité de devenir élu du peuple. Des propos tenus en public, devant quelques centaines de personnes, contrairement aux propos "off" qu'il avait tenus sur les 35 heures.

À LIRE AUSSI
>> Emmanuel Macron et ses petites phrases pas vraiment de gauche

>> C'est officiel : Martine Aubry en a "ras-le-bol" d'Emmanuel Macron

La nouvelle sortie du ministre de l’Economie, déjà "recadré" à plusieurs reprises par Manuel Valls et François Hollande, n'a pas manqué de faire mouche à gauche. Illustration avec l'ancienne ministre écologiste Cécile Duflot :

Même réaction à droite, avec le député UDI Yves Jégo, pourtant fan de Napoléon Bonaparte

Comme une polémique ne vient jamais seule, Emmanuel Macron s'est également livré, dimanche, à une déclaration d'amour en faveur du libéralisme économique qui ne manquera pas de faire bondir ses camarades socialistes. Estimant que le libéralisme est "de gauche", le gardien de Bercy a jugé - encore une fois - que l'Etat devait intervenir un peu moins dans les affaires du pays. Car, dit-il, "l'Etat a sa place, mais il en a trop pris".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid long : des traitements d'ici à la fin de l'année ? L'UE encourage la recherche

Météo estivale pour quasiment tout le monde ce week-end, des pointes à 32°C attendues !

EN DIRECT - Procès Lelandais : les légistes détaillent les blessures sur le corps d'Arthur Noyer

Avignon : un policier tué par balles dans le centre-ville, le tireur en fuite

Disney : le baiser de Blanche-Neige fait polémique

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.