Etudiants dans la rue : au fait, qu'a fait François Hollande pour la jeunesse ?

Politique
COLÈRE – La jeunesse était la priorité du candidat Hollande en 2012. Quatre ans plus tard, la voilà qui manifeste contre la réforme du travail, signant son divorce, du moins sur ce point, avec la gauche au pouvoir. Est-elle ingrate ? On fait le point.

Ils étaient le cœur de réacteur de la campagne de François Hollande en 2012. Lors de la dernière campagne présidentielle, les 18-24 ans avaient donné des ailes au candidat socialiste, en optant à 57 % pour lui, contre 43% seulement à son rival de droite, Nicolas Sarkozy.

Il faut dire que, lors de son fameux discours au Bourget en janvier 2012, François Hollande avait joué franc jeu avec eux. Voici ce qu'il disait aux jeunes : "Si je reçois le mandat du pays, je ne veux être jugé que sur un objectif : est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu'en 2012 ? Je demande à être évalué sur ce seul engagement". Il l'a redit en mai 2012.

En attendant l'heure du jugement, au printemps 2017, la jeunesse manifeste par milliers contre la réforme du Code du travail. C’est-à-dire contre la politique de François Hollande. Est-elle ingrate ou réaliste ? A chacun de juger. En tous les cas, voici ce que le président de la République a fait pour elle durant quatre ans (ou, du moins, l'essentiel).

 La "garantie jeunes"
Poussé par la colère des étudiants contre la loi El-Khomri, Manuel Valls a sorti du chapeau la promesse d'étendre la "garantie jeunes". Ce dispositif expérimenté depuis fin 2013 doit permettre aux 15-25 ans pas ou peu diplômés de bénéficier d'un accompagnement en vue d'un retour à l'emploi. En contrepartie, ils bénéficient d'une aide de 461,26 euros mensuels. Cette annonce n'a rien d'une nouveauté : le dispositif, qui concerne 50.000 jeunes, devait déjà être étendu courant 2016. Autre promesse pour calmer la jeunesse : la surtaxation des embauches en CDD, et la marche arrière sur la question du temps de travail des apprentis.

À LIRE AUSSI
>> La généralisation de la garantie jeunes, une annonce qui n'a rien de nouveau

 Les 60.000 postes dans l'Education
C'est l'un des engagements phares de François Hollande en 2012 : créer au total 60.000 postes en cinq ans dans l'éducation. En septembre 2015, le chef de l'Etat confiait un bilan provisoire : seulement 35.000 embauches. Tout en assurant que la promesse serait honorée d'ici à la fin du mandat.

► La lutte contre le chômage
La grande mesure pour l'emploi des jeunes sous François Hollande, ce sont les fameux " emplois d'avenir ". Lancés dès la fin 2012, ces contrats subventionnés pour les 16-25 ans peu ou pas diplômés ont concerné 150.000 jeunes à fin 2014 et le gouvernement a prolongé le programme malgré leur coût exorbitant (1 milliard par an).

Le gouvernement a également, à son actif, la politique "d'emplois tremplins" qui a permis de réduire de 25.000 le nombre de jeunes chômeurs en 2015. Ajoutons à cela les "contrats de génération", qui permettent aux entreprises de moins de 300 salariés de toucher une aide de 4.000 euros pendant quatre ans si elles embauchent un jeune en CDI tout en maintenant un senior de plus de 57 ans dans l'emploi. Seuls 33.000 contrats de ce type avaient été signés à l'automne 2015, contre un objectif de… 75.000 par an. A noter enfin, les "contrats starter" lancés en avril 2015, qui permettent aux entreprises du secteur marchand de bénéficier d'un aide égale à 45 % du Smic pour l'embauche d'un jeune de moins de 30 ans, chômeur de longue durée. Aucun bilan n'est connu pour l'heure.

Le bilan de l'emploi reste le point sombre du quinquennat : le chômage des jeunes de 15 à 24 ans atteignait près de 25% au dernier trimestre 2015. Entre janvier 2015 et 2016, le nombre de jeunes chômeurs en catégorie A a toutefois diminué de 5%, sous l'effet des emplois aidés.

► La lutte contre les discriminations
François Hollande avait promis, en 2012, de lutter contre les discriminations, notamment dans les quartiers populaires. En attendant l'examen de la loi Egalité et Citoyenneté en mai, le gouvernement lance au premier trimestre 2016 une opération de "testing à l'embauche" au sein des entreprises de plus de 1.000 salariés. En outre, 75 écoles préparant à la fonction publique sont en train d'élaborer un "programme de renouvellement des origines sociales des élèves". Depuis fin 2015, enfin, une "Agence France entrepreneurs" accompagne les créations d'entreprises dans les quartiers défavorisés.

► Généraliser le service civique
François Hollande a promis de venir au bout de cette réforme du service civique, avec l'accueil en 2018 de 350.000 jeunes, soit la moitié d'une classe d'âge, contre seulement 70.000 aujourd'hui. A terme, toute la jeunesse doit pouvoir faire son service civique, sur la base du volontariat. En outre, François Hollande va créer un "carnet d'engagement" pour les jeunes dès l'âge de 16 ans. Ces efforts viennent s'ajouter à la création des 300 heures "d'éducation morale et civique" tout au long de la scolarité.

À LIRE AUSSI
>> Journée de citoyenneté, service civique… Ce que veut François Hollande pour les jeunes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter