"Étudiants, pas influenceurs" : le passage de Gabriel Attal sur Twitch éreinté par sa cible

EnjoyPhoenix et Gabriel Attal en direct sur Twitch mercredi 24 février

RETOUR DE BÂTON - Sur Twitter, des étudiants ont critiqué le choix du porte-parole du gouvernement d'avoir invité cinq influenceurs éloignés de leurs préoccupations pour discuter de leur situation, lors d'une émission diffusée mercredi soir sur Twitch.

C'était le coup de communication de l'exécutif de cette semaine qui finit par se retourner contre lui. Mercredi 24 février au soir, Gabriel Attal recevait cinq influenceurs à l'Élysée pour débattre de la crise sanitaire et des étudiants largement touchés financièrement et psychologiquement par celle-ci. Leurs discussions étaient retransmises en direct sur la plateforme Twitch, qui connait une popularité certaine auprès du jeune public, dans le cadre d'une nouvelle émission du porte-parole du gouvernement, dont l'ambition tenait dans le titre : #SansFiltre. 

Plus de 60.000 tweets sous le #etudiantspasinfluenceurs

Mais le choix opéré par le gouvernement d'inviter ces cinq jeunes personnalités prisées sur les réseaux sociaux a agacé les étudiants, pourtant la cible privilégiée de ce nouveau rendez-vous. "Est-ce qu’on lancerait pas un # [mot-clé, ndlr] lié au fait qu’il existe des syndicats et orga étudiantes qui travaillent dur pour porter des revendications et qu’inviter des influenceurs déscolarisés pour le faire c’est une injure?" a rapidement proposé une internaute. Le mot-dièse "#etudiantspasinfluenceurs" était créé. Dans la soirée, samedi 27 février, ce sont plus de 60.000 tweets qui avaient été publiés sous cette bannière.

Depuis le début de l'épidémie, les étudiants français, privés de contacts sociaux et de revenus liés à la perte de leur petit boulot en parallèle de leur scolarité, ne se sentent ni écoutés ni représentés par la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal et le gouvernement en général. "Précarité, solitude, suicide, dépression... Je n'ai rien contre ces influenceurs mais je trouve ça ridicule de ne pas laisser la parole aux personnes concernées. CES influenceurs ne REPRÉSENTENT PAS les étudiants", a avancé un internaute. 

EnjoyPhoenix ciblée par de nombreuses critiques

Une autre, étudiante en master, dénonce "l'indécence"  de l'opération et reproche au gouvernement d'inviter "de jeunes riches non étudiants", qui ne connaissent "strictement rien" à ses conditions de vie. Autre récit, cette fois aimé par plus de 14.000 utilisateurs de Twitter : "Ne trouver aucun job, enchaîner les nuits blanches, passer les partiels en présentiel alors qu’on suit des cours en distanciel et n’avoir zéro réponses, ne même pas se sentir écouter et compris par le corps enseignant, voilà la vraie vie des étudiants en 2021". Tandis que certains ont raconté leurs galères subies pendant leurs études, d'autres ont pris le parti d'ironiser sur le casting qui entourait Gabriel Attal ce mercredi soir : "Imagine, tu fais intervenir des gens qui ont comme cadeau des voitures de sports sur la question des détresses étudiantes... haha je rigole..... mais imagine quand même", blague un internaute, en référence à Fabian, présent face à Gabriel Attal, qui s'est offert une voiture pour ses 20 ans. 

D'autres ont concentré leurs critiques sur EnjoyPhoenix, star d'Instagram aux cinq millions d'abonnés, conspuée pour son train de vie et, jugée "non légitime". Face à cette déferlante "mysogine", l'initiatrice du mot-clé a sonné le holà : "Il me semble qu’elle n’était pas la seule présente et que ce n’est pas elle qui s’y est invitée. Concentrons nous pour faire entendre nos problèmes". D'autres internautes sont allés dans le même sens, déplorant que le débat s'oriente vers la jeune femme et non vers l'opération de communication de l'exécutif : "Au lieu de lui en foutre plein la gueule sur les réseaux, on devrait plutôt parler de la stratégie du gouvernement qui a réussi à détourner le débat du vrai problème".

Lire aussi

Au cours du débat en question, EnjoyPhoenix avait d'ailleurs tenté plusieurs fois de porter la voix de sa communauté et de recentrer le débat, qui dérivait, autour des jeunes. "Là on parle des voyages d’influenceurs [] mais la normalité, c’est les jeunes de moins de 25 ans qui ne touchent pas le RSA, qui sont obligés d’aller à la Croix Rouge. J’ai des tas de questions sur la précarité des étudiants que je trouve dramatique", avait-elle déclaré par exemple, regrettant au cours de l'entretien que l'émission n'accueille pas de journalistes. Questionné par le HuffPost, l’entourage de Gabriel Attal a précisé ce samedi qu’"il n’a jamais été question que les jeunes invités ‘représentent’ qui que ce soit" et a pris date pour l'avenir : l'émission "n’a absolument pas vocation à rassembler uniquement des influenceurs".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

42 jours au lieu de 28 entre deux doses de Pfizer et de Moderna : sur quoi se base Olivier Véran ?

Éruption de la Soufrière à Saint-Vincent : des milliers d'évacuations dans la panique

EN DIRECT - Le pic de la 3e vague atteint ? "Nous devons encore tenir", prévient Véran

Dîners clandestins : Brice Hortefeux plaide la bonne foi, Alain Duhamel se dit "piégé"

Le vaccin Johnson & Johnson arrive ce lundi en France : ce qu'il faut savoir

Lire et commenter