Europe : ce qui inquiète les Français

Europe : ce qui inquiète les Français

DirectLCI
SONDAGE – Une courte majorité de Français est toujours favorable à l'appartenance à l'Union européenne, selon un sondage CSA /BFMTV/Nice-Matin. Mais près de la moitié d'entre eux se disent "inquiets", notamment des risques pour l'emploi et la protection sociale. Une proportion en nette hausse depuis 10 ans.

Si François Hollande tente de plaider pour une Europe du "progrès" et de la "paix" , les Français doutent. Seuls 51 % estiment que l'appartenance de la France à l'Union européenne est une bonne chose, selon un sondage CSA /BFMTV/Nice-Matin publié vendredi. Et le détail de l'étude en dit long sur la chute de confiance envers l'Europe des 27, à quelques semaines des élections européennes.

Signe révélateur de cette crise, le sentiment que suscite de prime abord l'Union européenne est l'"inquiétude", pour 48% des Français. C'est 9 points de plus qu'en 2004. Seules 18% des personnes interrogées se disent d'abord "confiantes", et 2% "enthousiastes".

70 % craignent une hausse du chômage due à l'Europe

C'est d'abord de conséquences négatives sur les plans économique et social que les Français ont peur. En premier lieu pour l'emploi : 70 % des sondés disent craindre que la construction européenne cause une hausse du chômage en France. En 2e position des motifs d'inquiétudes, la possible perte de protection sociale (63%).

Viennent ensuite la peur d'une montée de l'immigration (60%, +12 par rapport à 2007) et d'une perte de "notre identité nationale et notre culture" (52%, +2). Ces deux craintes concernent principalement les électeurs de droite et d'extrême droite, 80% des sympathisants de l'UMP s'inquiétant de la montée de l'immigration (91% pour le FN, 39% pour le PS), et 62% craignant une perte d'identité (83% pour le FN, 37% pour le PS).

Seuls les cadres et professions libérales estiment majoritairement que l'appartenance à l'Europe est un atout pour sortir de la crise (55%, contre 25% en moyenne). Cette défiance pourrait se traduire bientôt dans les urnes et profiter aux listes eurosceptiques, comme le laissent déjà présager plusieurs sondages .

Plus d'articles

Sur le même sujet