Européennes : Hollande dit "regarder en face" le "vote de défiance"

Politique
DirectLCI
ELYSÉE – François Hollande s'est exprimé lundi à 20 heures, au lendemain de la victoire du FN et de la sévère défaite du PS aux élections européennes. Pour le chef de l'Etat, la "ligne de conduite" du gouvernement "ne peut pas dévier en fonction des circonstances".

Nouvelle sanction, nouvelle allocution. Au lendemain de la défaite de la gauche aux municipales, François Hollande s'était adressé aux Français le lundi à 20 heures dans un message enregistré depuis l'Elysée.  Le chef de l'Etat a fait exactement le même choix après la claque infligée au PS et la victoire du FN lors des européennes de dimanche .

Ces élections "ont livré leur vérité, elle est douloureuse", a solennellement déclaré le Président dans cette prise de parole de moins de 5 minutes diffusée en ouverture des JT. "C'est en France, pays fondateur de l'Union Européenne, patrie des droits de l'Homme ( ) que l'extrême droite arrive aussi largement en tête". Des propos qui font écho à ceux du ministre allemand des affaires étrangères, Franck-Walter Steinmeier, qui s'était alarmé un peu plus tôt dans la journée d'un "signal grave" venu de Paris.

"Il faut de la constance"

Mais s'il a assuré vouloir "regarder en face" le "vote de défiance" des européennes, François Hollande n'a pas délivré d'autre message que le maintien des réformes engagées. La "ligne de conduite" confiée à Manuel Valls "ne peut pas dévier en fonction des circonstances", a-t-il martelé, faisant l'éloge "de la constance, de la ténacité, du courage".

Une annonce néanmoins : la réforme territoriale, qui doit notamment réduire de moitié le nombre de régions, sera présentée "dès la semaine prochaine". Ce message suffira-t-il à rassurer ses troupes ? Début de réponse mardi matin lors de la réunion des députés socialistes à l'Assemblée, que doit présider Manuel Valls. Mais rien n'est moins sûr, alors que selon un sondage Ipsos/Steria publié dimanche soir, seuls 11% des Français estiment que l'actuel hôte de l'Elysée ferait un bon candidat pour le PS en 2017.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter