Européennes : pour remonter la pente des sondages, François-Xavier Bellamy s'inspire de... François Fillon

Européennes : pour remonter la pente des sondages, François-Xavier Bellamy s'inspire de... François Fillon
Politique

EUROPÉENES - Invité de LCI dimanche 3 mars, la tête de liste Les Républicains pour les élections européennes a rappelé que le Sarthois était à la traîne dans les sondages avant d'opérer une spectaculaire remontée, à la primaire de la droite et du centre. Avec le destin que l'on connaît.

François Fillon en exemple à suivre pour une campagne mal embarquée ? L'idée pourrait surprendre, tant la dernière aventure électorale de l'ancien premier ministre a viré à la catastrophe. Et pourtant, c'est bien à cette figure de la droite, ces dernières années, que s'est référé François-Xavier Bellamy, tête de liste Les Républicains pour les élections européennes, dimanche 3 mars sur le plateau de LCI. 

Invité de "En toute franchise", le maire-adjoint de Versailles, tout en optimisme et en détermination, a donc sorti de sa besace ce curieux argumentaire pour combattre la morosité sondagière qui frappe sa liste : "Le score ne sera pas catastrophique le 26 mai. Nous avons une parole qui peut toucher un très grand nombre de Français. Nous ne sommes qu'au début de la campagne. Vous savez, François Fillon était donné à 10% dans les sondages à un mois de la primaire de la droite et du centre. C'est l'occasion de se dire qu'il faut croire que les sondages peuvent être défiés par l'expérience d'une campagne."

Lire aussi

"La grande histoire de cette élection"

Un exemple loin d'être pris au hasard, puisque François-Xavier Bellamy faisait partie de cette frange libérale et conservatrice des Républicains qui avait adhéré au discours de François Fillon. Lequel, éternel 3e pendant la campagne, avait coiffé au poteau Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, avant de l'emporter largement, le 27 novembre 2016, avec 66% des voix. Et de couler, quelques mois plus tard et malgré son statut de favori à la présidentielle, dans la suite des soupçons d'emplois fictifs frappant son épouse Pénélope Fillon.

Avec des sondages qui le donnent au mieux à 12% des voix le 26 mai (ce qui le placerait en-deçà du score réalisé par la liste de Nicolas Sarkozy en 1999), François-Xavier Bellamy ne crache toutefois pas sur le spectaculaire exemple du Sarthois. Le Versaillais, connu pour son opposition au mariage pour tous et à la PMA,  fait même un vœu pieu en pensant à la remontée des Républicains dans les sondages, jusqu'au scrutin du 26 mai : "Ce sera la grande histoire de cette élection qui commence".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent