Euthanasie : les députés LR accusés d’obstruction avant l’étude d’une proposition de loi à l’Assemblée

Image d'illustration de l'Assemblée nationale

PARLEMENT - Avant l'examen d'un texte créant un droit à l'euthanasie ce jeudi à l'Assemblée, des députés LR sont accusés de faire de l'obstruction. Mais le chef du groupe LR Damien Abad réfute l'existence d'une "stratégie d'obstruction" et défend la "liberté de conscience" des parlementaires.

Quelque 3000 amendements déposés, dont 2300 de la part de cinq députés Les Républicains. À deux jours de l'examen à l'Assemblée nationale d'une proposition de loi d'Olivier Falorni (Libertés et Territoires) sur le droit à "une fin de vie libre et choisie", les parlementaires LR sont accusés d'obstruction. Ce texte étant déposé dans le cadre d'une niche parlementaire au temps limité qui n'ira pas au-delà de minuit, les parlementaires ne pourront pas passer en revue les milliers d'amendements avant de procéder au vote final. 

"Un quarteron de députés prétend par l'obstruction parlementaire empêcher l'Assemblée de débattre sur un sujet de société majeur", a regretté l'auteur du texte. Ce mardi 6 avril à l'Assemblée nationale, il a donné une conférence de presse en compagnie de représentants de tous les autres groupes pour dénoncer cette obstruction. "Cette obstruction n’a plus pour objectif de repousser un vote, mais d’empêcher un vote. Et que des parlementaires empêchent un vote d’autres parlementaires à l’Assemblée nationale je trouve ça proprement scandaleux", a également réagi Yaël Braun-Pivet, députée LaREM. 

Mais le chef des députés LR à l'Assemblée refuse que son groupe soit pointé du doigt pour obstruction. "Il n’y a aucune stratégie d’obstruction de la part du groupe Les Républicains", s'est défendu Damien Abad auprès de LCI. "Nous n’avons déposé aucun amendement de groupe, les seuls amendements qui ont été déposés l’ont été à titre individuel et personnel par cinq députés de notre groupe, sur 105. J’ai tenu à ce qu’on ne dépose aucun amendement de groupe, donc il est faux de dire que le groupe est dans une stratégie d’obstruction."

"Il faut arrêter le bal des faux-culs et des hypocrites"

"Je n’accepte pas qu’on nous rejette le mistigri, qu’on nous explique que si ce texte n’est pas adopté, c’est de la faute des cinq députés LR", poursuit le député de l'Ain. "Si le gouvernement veut faire adopter le texte, il peut en le reprenant à son compte et le déposant dans le cadre de la semaine de la majorité. Il faut arrêter le bal des faux-culs et des hypocrites : le gouvernement et la majorité disent en public qu’ils sont favorables à ce texte, avant de dire l’exact contraire en privé. Ça les arrange bien que le texte ne soit pas discuté, ils pourront dire qu’ils l’ont soutenu et que tout est de la faute des députés LR."

Damien Abad souligne également qu'il existe au sein du groupe LR une "liberté de vote et de conscience", et rappelle qu'à côté des cinq députés qui ont déposé des milliers d'amendements, quinze ont signé une tribune soutenant le texte. Le groupe Les Républicains avaient également été accusé d'obstruction en février dernier, lorsque des parlementaires de son camp avaient multiplié les amendements et poussé le PS à retirer de sa niche parlementaire un texte visant à allonger les délais de recours à l'IVG.  

Lire aussi

La proposition Falorni prévoit que "toute personne capable et majeure, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause, provoquant une souffrance physique ou psychique qui ne peut être apaisée ou qu'elle juge insupportable", puisse demander une "assistance médicalisée active à mourir". D'autres dispositions prévoient une clause de conscience pour les médecins ou apportent des garanties sur le consentement des malades.

La politique vous intéresse ? Découvrez la version podcast de l'Interview Politique de Jean-Michel Aphatie

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée :

Sur APPLE PODCACST

Sur DEEZER 

Sur SPOTIFY 

Chaque matin Jean-Michel Aphatie reçoit des invités politiques de premiers plans pour les interroger sur des questions d’actualité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : forte hausse des hospitalisations, près de 6000 malades en réanimation

Emmanuel Macron annonce un assouplissement des restrictions de voyage début mai

Logement : vous pouvez faire résilier le bail de votre voisin en cas de fortes nuisances

Dr Gérald Kierzek : "il n'y a pas de problème pour rouvrir les terrasses, parce que c'est à l'extérieur"

Ukraine : le déploiement de troupes russes à la frontière est "le plus massif jamais enregistré"

Lire et commenter