Ex-espion russe empoisonné : "Theresa May est allée trop fort" contre Moscou, estime Raffarin sur LCI

DIPLOMATIE - Invité de LCI ce mardi, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a estimé que "Theresa May" était "allée trop fort" dans sa réaction vis-à-vis de la Russie après l'empoisonnement d'un ex-espion russe sur le sol britannique.

Dans l'après-midi, le président Emmanuel Macron avait condamné "une attaque inacceptable". "Mme May a informé le président de la République des résultats de l'enquête menée au Royaume-Uni sur l'utilisation d'un agent neurotoxique dans la tentative d'assassinat de Serguei et Yulia Skripal, et des réponses attendues de la Russie" a indiqué l'Elysée. 


Une position que ne partage par l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui, ce mardi soir sur LCI, a exprimé un avis dissonant sur la question. "Il faut faire attention à l’escalade des mots, des provocations, et donc de la violence. Donc je trouve que madame Theresa May est allée trop fort dans cette réaction, avant d’avoir les résultats de l’enquête, avant d’avoir des éléments très précis pour pouvoir mettre en accusation fermement" a-t-il déclaré.

"Une accusation qui n’est pas précise apparaît, vis-à-vis de l’opinion publique russe comme un facteur de violence, d’agression du monde occidental contre la Russie. Il faut faire très attention aujourd’hui aux opinions publiques, et l’opinion publique nationaliste en Russie est une opinion qui naturellement sent son pays attaqué", a encore dit Jean-Pierrre Raffarin.


"Quand madame Theresa May va faire appel à l’opinion publique anglaise pour l’alerter, pour dire ‘Si on est attaqués on va riposter’, naturellement les Russes répondent ‘Si vous ripostez, on ripostera à la riposte’. Ca s’appelle l’escalade, et c’est ça qui est dangereux" a conclu celui qui est aujourd'hui président de la Fondation pour la Prospective et l'Innovation.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Ex-espion russe empoisonné : une affaire au parfum de guerre froide

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter