EXCLU - Le "ni PS-ni FN" de l'UMP ne séduit pas les Français

EXCLU - Le "ni PS-ni FN" de l'UMP ne séduit pas les Français

DirectLCI
SONDAGE - Selon le baromètre mensuel OpinionWay pour metronews, les Français se montrent très partagés sur la consigne de vote en cas de duel PS-FN au deuxième tour d'une élection, comme c'est le cas ce dimanche dans le Doubs. Une majorité ne souhaite "pas de consigne" plutôt que la "doctrine" du "ni-ni" adoptée - dans la douleur - par l'UMP.

Et si les électeurs étaient assez grands pour juger par eux-mêmes ? C'est l'avis qui ressort du sondage OpinionWay pour metronews-LCI, après une semaine de tergiversations sur la conduite à tenir à l'UMP face au duel PS-FN qui se joue ce dimanche dans le Doubs. Le Front national, arrivé en tête, tente d'y décrocher un troisième siège à l'Assemblée.

D'après notre sondage, une majorité de Français (40%) se dit favorable, en cas de duel PS-FN au second tour, à ce que l'UMP ne donne "pas de consigne de vote". Contre 8% seulement qui valident la stratégie "ni FN, ni PS", adoptée tant bien que mal mardi par le bureau politique de l'UMP . Enfin, seul un tiers des interrogés (34%) se dit favorable à la position du maire UMP de Bordeaux, Alain Juppé, consistant à voter PS pour "faire barrage" au FN .

Les Français très partagés

Même parmi les sympathisants de l'UMP, la position du "ni-ni" ne fait pas recette. Seul 1 sur 5 soutient en effet cette consigne, tandis que plus de la moitié (52%) aurait préféré que le parti s'abstienne de donner une consigne de vote. Enfin, 16% d'entre eux valident la position d'Alain Juppé et 12% seraient en faveur d'une improbable consigne à voter Front national.

EN SAVOIR +
>> Législative dans le Doubs : la leçon de Hollande à Sarkozy

"La position majoritaire consiste à ne pas vouloir trancher entre le 'ni-ni' et le vote PS", nous résume Bruno Jeanbart, directeur général adjoint d'OpinionWay. "Chez les électeurs de droite, on a déjà noté par le passé qu'ils étaient favorables à la liberté de vote." A l'arrivée, les Français semblent toutefois aussi partagés que les responsables de l'UMP sur la conduite à tenir.

"En leur âme et conscience"

Malgré tout, le député UMP Thierry Mariani y voit une validation de la stratégie adoptée par son parti. "Entre le 'ni-ni' et le fait de ne pas donner de consigne, il n'y a pas une grande différence", juge l'ancien ministre, joint par metronews. Concluant : "On demande aux partis des consignes de vote, mais en fin de compte, ce sont les électeurs du Doubs qui se détermineront en leur âme et conscience".

Même enseignement côté FN. "C'est la liberté de vote, consigne traditionnelle du FN quand il n'est pas au second tour, qui domine, notamment parmi l'électorat UMP", se félicite son vice-président, Florian Philippot, pour qui l'électeur est "adulte et libre". A en croire ce sondage, l'UMP aurait surtout pu s'épargner de longs débats.

LIRE AUSSI
>>
EXCLU - Le FN peut-il gouverner la France ? Les Français ne le pensent pas
>> Un mois après Charlie, le trio Hollande-Valls-Cazeneuve poursuit sa hausse de popularité

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter