EXCLUSIF METRONEWS – Voyage de Valls à Berlin : 84% des Français veulent des règles plus strictes

EXCLUSIF METRONEWS – Voyage de Valls à Berlin : 84% des Français veulent des règles plus strictes

Politique
DirectLCI
VALLS GATE – La polémique sur le déplacement de Manuel Valls et de ses deux enfants à Berlin, samedi dernier pour la Ligue des Champions à bord d'un avion officiel, a marqué la semaine politique. Et choqué les Français. D'après notre sondage OpinionWay avec LCI, ils souhaitent massivement un durcissement des règles en matière de déplacements officiels.

L'escapade berlinoise de Manuel Valls ne passe décidément pas. Après une semaine de polémique autour du déplacement à Berlin du Premier ministre et de ses enfants à bord d'un avion officiel , pour assister à la finale de la Ligue des champions, les Français font preuve de sévérité. Et ils réclament des mesures.

D'après un sondage OpinionWay réalisé pour metronews et LCI, ils sont 84 % à se déclarer favorables à un durcissement des règles d'utilisation des moyens de transport de l'Etat par des membres du gouvernement. En clair : encadrer les déplacements officiels – et officieux – de l'exécutif, comme d'ailleurs François Hollande s'y était engagé à travers une charte de déontologie en mai 2012 .

EN SAVOIR +
>> Aller-retour en Falcon à Berlin : Manuel Valls était accompagné par deux de ses enfants

Dans cette affaire, Manuel Valls assure qu'il s'agissait d'un déplacement officiel pour rencontrer, notamment, le président de l'UEFA Michel Platini. Ce dernier l'a confirmé. Les détracteurs, en revanche, affirment qu'il s'agissait d'un déplacement privé et ont demandé au Premier ministre de rembourser le coût du voyage. Ce dernier a finalement promis de payer 2500 euros, montant qui correspondrait au voyage de ses deux enfants.

"Erreur de communication"

Les plus intransigeants sont les électeurs de Nicolas Sarkozy (Les Républicains) et de Marine Le Pen (FN) en 2012, avec 94 % de sondés qui réclament des mesures plus strictes. Mais cela vaut aussi pour trois quarts des électeurs de François Hollande. "La confusion entre les déplacements officiels et privés est un péché français qui ne passe plus, surtout en période de restriction budgétaire", note Frédéric Micheau, directeur du département Opinion chez OpinionWay. "Ce sentiment est partagé par toutes les catégories de population."

Si Manuel Valls a fini par faire amende honorable sur son petit déplacement éclair à 14.000 euros, pas question pour lui de reconnaître "une faute". Il s'agit, plaide-t-il, d'une "erreur de communication" . Un écart que l'opinion choisira, ou pas, d'oublier.

À LIRE AUSSI
>> Voyage en avion des politiques : quand le pouvoir donne des ailes

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter