Extension de la PMA : ces ministres issus de la droite qui ont changé d’avis sur le sujet

Politique
"J'AI CHANGÉ" - Le projet d'extension de la PMA à toutes les femmes sera examiné fin septembre. Au sein du gouvernement, des ministres issus de la droite dénonçaient pourtant cette idée il y a six ans.

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. D’autant plus lorsqu’ils changent de camp. Au sein du gouvernement Edouard Philippe, Bruno Le Maire, Gérald Darmanin ou Sébastien Lecornu  défendent désormais le projet d'extension de la PMA à toutes les femmes qui sera examinée fin septembre à l'Assemblée nationale. Pourtant, cette promesse de campagne d’Emmanuel Macron n'a pas toujours reçu l'assentiment de ces hommes politiques, issus de la droite, bien au contraire.

Edouard Philippe et Bruno Le Maire s'étaient abstenus lors du mariage pour tous

En première ligne, Edouard Philippe. Chef du gouvernement, il est fréquemment interrogé sur le sujet. Que pense le Premier ministre de la procréation médicale assistée ? Jusqu’en 2013 il s’opposait "résolument" à cette initiative. Avec cinq autres députés de l’UMP (ex-LR), il s'était abstenu de voter pour l’ouverture au mariage pour les couples de même sexe. Car, comme le montre une tribune publiée dans le Huffington Post, il estimait que voter "oui" à cette loi serait "encourager le gouvernement à poursuivre" vers la PMA. "Nous ne voulons pas encourager le gouvernement sur cette voie", écrivaient ainsi noir sur blanc ces élus. 


En 2019, c'est un tout autre discours que tient l'actuel Premier ministre.  Le 16 mai, il justifiait sa prise de position : "J'assume parfaitement d'évoluer, comme d'ailleurs, me semble-t-il, la société française évolue sur ces sujets", explique-t-il sur France Info. Un mois plus tard, sur France 5, il réitère, se posant lui-même la question "que s’est-il passé depuis 2013 ?" "Il s’est passé que j’ai commencé à travailler sur ce projet de loi, que j’ai rencontré un certain nombre d’hommes et de femmes, et que j’ai cheminé." Dorénavant, il pense donc qu’il est "possible d’accorder ce droit sans enlever quoi que ce soit à quiconque et sans remettre en cause les équilibres fondamentaux sur lesquels reposent notre société". 

Sur la liste des députés de droite désormais ministres qui s’étaient abstenus lors du vote pour le mariage pour tous apparaît également le nom du ministre de l’Economie Bruno Le Maire. Dès janvier 2013, il s’inquiétait des "hésitations du gouvernement" de l’époque qui, selon lui, n’était "pas au clair" sur le projet de société qu’il portait, tendant vers l’ouverture à la PMA. Alors décrit par la presse comme l’un des plus progressistes des chefs de file du parti de droite, il assumait ne pas être pour l’abrogation du texte, comme le demandaient certains. Cependant, sur Public Sénat notamment, il estimait que le rôle de son camp était d’œuvrer pour "garantir les droits des enfants et [s’] opposer à la PMA et à la GPA." Aujourd'hui, s’il ne s’est pas transformé en grand défenseur de l’ouverture de cette pratique pour les couples de lesbiennes, il confie ne plus y être "totalement opposé". Au micro d’Europe 1, il indique avoir "toujours des interrogations", mais a laissé entendre qu’il pourrait changer d’avis grâce au "débat". "J’ai toujours ces interrogations, mais je me réjouis qu’il y ait un débat politique (…) le mérite du débat démocratique, c’est de vous faire bouger." 


A l'époque où il était opposé à la PMA, Bruno Le Maire était soutenu par un certain Sébastien Lecornu, qui partageait ses prises de position d’un #AvecBLM. Aujourd’hui chargé des collectivités territoriales, il regrette la "dérive d'une partie de la droite" sur la question de l’extension de ce dispositif pour toutes, notamment après les propos de Laurent Wauquiez sur une procréation médicalement assistée flirtant avec "l’eugénisme".

Gérald Darmanin avait déposé un amendement contre la PMA en 2013

Celui qui réalise un grand écart digne d’une compétition de gymnastique, c’est sans doute Gérald Darmanin. Député du Nord, il avait voté contre le mariage pour tous. Et était allé plus loin participant au dépôt d'un amendement en février 2013 pour interdire explicitement le recours à la PMA pour les couples de même sexe. Un texte "pour ne pas confondre enfant-don et enfant-dû", écrivait-il sur Twitter, où il avait également regretté que la politique évolue "sous prétexte" que la société le faisait également. 

Une opinion qu’il semble avoir abandonnée, sans pour autant justifier ce virage à 180 degrés. Invité du Grand Jury LCI-RTL-Le Figaro, il en est même venu à regretter d’avoir voté contre le mariage pour tous. Il avait pourtant publié sur son blog en 2013 un article intitulé "le tour de passe-passe du gouvernement sur la PMA".  En guise d'explication, Gérald Darmanin a déclaré devant le Grand jury RTL/LCI/Le Figaro, qu’il avait juste "un certain nombre de préventions devant les questions sociétales".  

En vidéo

Gérald Darmanin sur la PMA pour toutes : "Je suis pour."

65% des Français sont désormais favorables à la PMA pour toutes. C’est 10% de plus qu’il y a cinq ans. Parmi ces 10% figurent donc 4 ministres. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter