Primaire de la droite : non, Sarkozy n'a pas bénéficié de "cinq non-lieux"

Primaire de la droite : non, Sarkozy n'a pas bénéficié de "cinq non-lieux"

INTOX - Lors du premier débat de la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy a affirmé avoir été "cinq fois innocenté". À vrai dire, on a bien trouvé deux non-lieux, mais pour le reste... Explications.

J'ai eu la semaine dernière mon cinquième non-lieu. [...] J'ai été cinq fois innocenté.- Nicolas Sarkozy

Voilà une affirmation de l'ancien Président qui fait couler beaucoup d'encre. Au beau milieu du premier débat entre les sept candidats de la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy répond à la question d'un internaute, choqué qu'un homme mis en examen puisse se présenter à une telle élection. Face au casier judiciaire d'Alain Juppé, Sarkozy a pu se vanter que le sien soit vierge. Mais de là à se prétendre innocenté cinq fois, il y a du chemin.

Toute l'info sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Lire aussi

    Pas cinq mais deux non-lieux

    Et en effet, non. Sur les cinq affaires judiciaires dont parle Nicolas Sarkozy, il n'a bénéficié que de deux non-lieux.

    Le premier concerne l'affaire Bettencourt : Sarkozy est mis en examen en mars 2013 pour abus de confiance, abus de faiblesse et escroquerie. En octobre 2013, les juges prononcent un non-lieu.

    Le deuxième non-lieu est conséquent à l'affaire des pénalités (au sujet du dépassement des frais de la campagne présidentielle de 2012). Nicolas Sarkozy avait été placé sous le statut de témoin assisté. En septembre 2015, la justice a rendu un non-lieu général.

    Lire aussi

      Et les trois autres "non-lieux" imaginaires ?

      Commençons par le "non-lieu de la semaine dernière", dont parle Nicolas Sarkozy. Il s'agit-là d'une enquête sur des voyages en jet privé de l'ex-Président, qui aurait été payés par l'homme d'affaires Stéphane Courbit, dans le cadre de l'affaire "Air Cocaïne". Les juges ont prononcé un non-lieu, mais Nicolas Sarkozy n'a jamais été mis en examen, ni même entendu par la justice. N'étant pas mis en cause, on ne peut pas dire qu'il ait bénéficié de ce non-lieu.

      Deuxième "non-lieu" dont se targue Nicolas Sarkozy : l'affaire des écoutes. L'ancien chef de l'Etat y est mis en examen pour trafic d'influence actif, corruption active et recel de violation de secret professionnel. L'information judiciaire a été ouverte le 26 février 2014 sur la base d'écoutes téléphoniques visant également Thierry Herzog, l'avocat de Nicolas Sarkozy. La fin de l'enquête, et donc un possible non-lieu, devrait tomber début 2017.

      Troisième affaire avec un pseudo non-lieu : le dossier Bygmalion. Ici, Nicolas Sarkozy est mis en examen pour le délit de financement illégal de sa campagne présidentielle en 2012. Et là encore, la justice n'a pas statué, et donc pas prononcé de non-lieu à l'encontre du candidat à la primaire.

      Lire aussi

        VIDÉO - Sarkozy blessé par les attaques dont il a été l'objet

        En vidéo

        Primaire de la droite et du centre : Sarkozy blessé par les attaques dont il a été l'objet

        Sur le même sujet

        Les articles les plus lus

        EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

        EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

        Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

        EN DIRECT - Une candidature commune à gauche ? "Ça ne s'improvise pas", affirme François Hollande

        VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

        Lire et commenter
        LE SAVIEZ-VOUS ?

        Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

        Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.