Est-il vrai que seuls "15% des immigrés en situation irrégulière retournent chez eux" ?

Le campement d'Aubervilliers, où des centaines de migrants se sont rassemblés ces dernières semaines, a été évacué par la police le 29 juillet à l'aube.

EN CHIFFRES - Ce jeudi 10 juin, le candidat LR à sa réélection dans la région PACA, Renaud Muselier, a regretté sur Europe 1 que seuls "15% des immigrés en situation irrégulière retournent chez eux". Un chiffre authentique.

Emmanuel Macron a remis le sujet de l'immigration dans le débat. Et Renaud Muselier a sauté sur l'occasion pour s'en emparer. Invité ce mercredi 10 juin sur Europe 1, le candidat LR à sa réélection dans la région PACA a ainsi regretté que ce "problème récurrent" n'ait pas été résolu comme l'avait promis le président de la République lorsqu'il était candidat. "On est loin" de retours "rapides et efficaces" pour tous les immigrés en situation illégale, a-t-il souligné, notant ainsi que "seulement 15%" d'entre eux "retournent chez eux".

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Des éloignements qui augmentent... mais un taux d'exécution très bas

Pourtant, auprès de LCI, l'Élysée se défend de tout laxisme, soulignant que "le taux d'éloignement a augmenté de 34% depuis 2017". Un chiffre véridique. Il y a eu 17.567 sorties du territoire en 2017 contre 23.746 en 2019, d'après les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, publiés le 12 juin 2021. Ils montrent donc bien une hausse de 35% des éloignements des étrangers en situation irrégulière depuis le début du quinquennat. Cependant, si l'Élysée se félicite de ces chiffres, ils ne représentent qu'une partie de la totalité de ces personnes à qui on demande de quitter l'Hexagone.

Cette demande passe par procédure baptisée "Obligation de quitter le territoire national" (OQTF). Prise par la préfecture, elle oblige généralement une personne à quitter la France dans un délai de 30 jours. Or, avec des OQTF qui ne cessent d'augmenter, avec un pic à 85.268 en 2017, le nombre d'éloignements relevé plus haut est tout relatif. Le taux d'exécution est donc très bas, comme l'a noté l'élu Les Républicains sur Europe 1. Les Sénateurs écrivaient ainsi dans le Projet de loi de finances pour 2020, après avoir atteint "22% en 2012", ce taux, qui caractérise les départs effectifs, "a connu une forte baisse", ne dépassant "plus les 15 % depuis 2016". Attention cependant. Les dernières données sur le nombre d'OQTF prononcées depuis 2017 ne sont pas à jour.

Les causes pour justifier que moins d'une obligation de quitter le territoire sur cinq est suivie d'un éloignement sont diverses. Dans un rapport datant de 2015, des députés donnaient trois principales raisons de ces "échecs". L'absence de mise à exécution effective des mesures prononcées, la non-prolongation de la rétention administrative par les autorités judiciaires et enfin le défaut de délivrance des laissez-passer consulaires par les autorités des États tiers, qui rechignent à accueillir à nouveaux leurs citoyens.

Lire aussi

Résultat : sur les six premiers mois de 2018, le taux d'éloignement s'élevait "à 12,6 %", selon les Sénateurs. "Ce qui constitue un niveau historiquement bas, et en opposition frontale avec le discours de l'exécutif sur le sujet". C'est effectivement très loin de l'engagement d'Emmanuel Macron. Pendant sa campagne, il promettait 100% de taux d'exécution.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Même infraction, même sanction" : après la gifle d'Emmanuel Macron, les policiers montent au créneau

Variant Delta : "épée de Damoclès" au-dessus de l’embellie sanitaire en France

Covid-19 : les contaminations repartent à la hausse au Royaume-Uni, la faute au vaccin AstraZeneca ?

Euro : le calendrier détaillé des retransmissions TV de tous les matchs

Un prix Pulitzer spécial pour Darnella Frazier, qui avait filmé le meurtre de George Floyd

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.