Factures téléphoniques de Rachida Dati : non mais allô quoi !

Factures téléphoniques de Rachida Dati : non mais allô quoi !
Politique

CRISE À L’UMP - Rachida Dati a la langue bien pendue, à en croire “Le Canard enchaîné”. Le journal, qui a pu consulter les annexes de l’audit financier de l’UMP, révèle que le parti aurait, entre autres, réglé les factures des deux portables de l’ex-ministre pour un montant de plus de 10 000 euros par an.

Après les fausses factures de l’UMP, les chères factures de Rachida Dati. Le Canard enchaîné à paraître mercredi, qui a pris connaissance des annexes des audits réalisés sur les comptes du parti de droite, révèle les largesses accordées à l’ex-garde des Sceaux. L’UMP, qui fait face à une dette abyssale de 74,5 millions d'euros (lire ci-dessous), aurait remboursé les factures de ses deux téléphones, pour un montant de plus de 10 000 euros par an !

La maire du VIIe arrondissement de Paris aurait également bénéficié en 2013 du remboursement de 9 000 euros de billets de train et de 4 000 euros de billets d’avion. "Députée européenne, elle bénéficie pourtant de la gratuité des transports", note le journal satirique. Par ailleurs, une de ses collaboratrices aurait été rémunérée 7 000 euros par mois par l’UMP alors que ces dépenses sont censées être financées par une enveloppe du Parlement européen.

L’intéressée n’a pas tardé à réagir mardi soir sur Twitter. "Jamais aucun frais personnel (sic) me concernant n’a été pris en charge par l’UMP. Jamais !" Selon elle, son parti a uniquement réglé "une ligne de téléphone et un abonnement au 'fil AFP', en (sa) qualité de responsable de l'UMP." Et d'enchaîner avec une salve de tweets virulents à l'adresse de "ceux qui balancent".

L'audit financier de l'UMP, commandé par le "triumvirat de ses repreneurs provisoires", mettrait plus largement en lumière le "système Copé" , selon un cadre du mouvement cité par le Canard. "Il a acheté sa tranquillité en arrosant tous azimuts". Ses quatre plus proches collaborateurs, parmi lesquels Jérôme Lavrilleux , auraient notamment coûté à eux seuls "pas moins de 600.000 euros par an", soit une rémunération nette de plus de 10.000 euros par mois. Sans compter les frais de représentation. Ajoutez à cela les 7.000 euros de frais de bouche de Marc-Philippe Daubresse, ex-vice président de l'UMP, les 8.000 euros de salaire attribué à Geoffroy Didier en tant que collaborateur de Brice Hortefeux, lui-même jouissant d'une enveloppe confortable de 9.500 euros par mois, les salaires et les frais de Jean-François Copé et de sa femme... et vous obtenez un parti en perdition.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent