Fillon a une "idée en tête" sur le nom de son Premier ministre : mais qui cela peut-il bien être ?

Politique

MATIGNON - François Fillon sait déjà qui sera son Premier ministre s'il remporte la présidentielle. Seule précision concédée sur l'identité de celui qu'il nommera à la tête du gouvernement, ce sera un proche. Deux favoris se distinguent : Gérard Larcher et Bruno Retailleau.

François Fillon l’a confié ce mercredi matin à Jean-Jacques Bourdin sur RMC : il a "une idée en tête" pour le ou la titulaire du poste de Premier ministre, dans l’hypothèse où il remporterait la présidentielle. Refusant de donner son nom, le vainqueur de la primaire a néanmoins livré un indice sur son choix. 

Le candidat putatif l’a-t-il soutenu dès le premier tour de la primaire ? "Ce serait préférable", a souligné avec un certain sourire le député de Paris. De nombreux élus ont accompagné François Fillon dans la bataille politique de la primaire. Mais tous – et ce n’est pas leur faire injure – n’ont pas les épaules pour Matignon. Deux favoris se distinguent dans l’équipe du candidat LR : Gérard Larcher et Bruno Retailleau.

Des personnalités issues du premier cercle

Le premier est l’actuel président du Sénat. Ancien ministre du Travail, il s’est forgé une réputation d’homme de consensus en se montrant toujours ouvert au dialogue avec les syndicats. Même à la CGT, il avait su se faire apprécier. "Sous ses côtés hâbleurs, (c’était) un des moins mauvais ministres du Travail que nous ayons eu depuis longtemps", disait de lui en 2008 l’ex-secrétaire confédéral de la CGT, Jean-Christophe Le Duigou

Compte tenu des réformes très libérales que souhaite entreprendre François Fillon, les qualités de négociateur de Gérard Lacher pourraient être grandement appréciées. Interrogé ce mercredi sur l'hypothèse de sa nomination à Matignon, il a confié que  "personnellement, ce n'est pas le rêve de (sa) vie".

L’autre favori pour le poste de Premier ministre est Bruno Retailleau. Comme Gérard Larcher, il fait partie du premier cercle. Actuellement président de la région Pays de la Loire ainsi que du groupe Les Républicains au Sénat, il est en charge de la coordination et de la stratégie dans l’équipe de campagne de François Fillon. 

Autant dire un poste clé, qui témoigne de la confiance que le vainqueur de la primaire a placé en Bruno Retailleau. Leur proximité se nourrit par ailleurs de leurs similitudes. En effet, les deux hommes se ressemblent. Allergiques aux petites phrases, ils assument leur foi catholique et une certaine forme d’attachement à la province. 

En vidéo

Bruno Retailleau "n'a pas le temps" de penser à Matignon

Sur RMC ce mercredi, François Fillon a également répété qu’il annoncerait avant le premier tour de la présidentielle les noms des "2 ou 3 principaux ministres qui seront en charge des réformes qui doivent être mises en œuvre dès le mois de juillet (droit du travail et réforme de la fiscalité) pour qu’ils soient prêts à appuyer sur le bouton de la réforme".

Il n’est pas exclu que l’ancien Premier ministre fasse d’ailleurs appel à des personnalités de la société civile. Henri de Castries, l’ex-PDG d’Axa, a apporté sa patte dans la rédaction du projet économique du candidat. Si son CV, pas assez politique, n’en fait pas le candidat pour Matignon, son arrivée à Bercy reste tout à fait envisageable. 

A moins que François Fillon ne lui préfère l’ex-PDG de Numericable, Pierre Danon. Depuis 2013, les deux hommes se sont rapprochés, au point que l’ex-locataire de Matignon fasse de ce dirigeant d’entreprise son directeur de campagne adjoint au cours de la primaire. Son expertise et son réseau chez les patrons français lui ont été très précieux. Toutefois, Pierre Danon jure que cette aventure politique n’est qu’une parenthèse. "En 2017, je ferai autre chose", confiait-il à L’Opinion en septembre dernier. Mais ne dit-on pas que les promesses, en politique en particulier, n’engagent que ceux qui les croient ?

En vidéo

JT 20H - Après douze jours de quasi-diète médiatique, François Fillon défend son programme

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter