Fillon, Sarkozy, Bygmalion : comment la politique française est (mal) perçue à l'étranger

VU D'AILLEURS - Jamais la presse étrangère n’aura autant parlé de François Fillon, de Nicolas Sarkozy, de Bygmalion... Petite revue de presse de médias peu tendres à l'égard de nos hommes politiques.

Dans les médias internationaux, François Fillon n'a plus le vent en poupe depuis la révélation des soupçons d’emplois fictifs concernant son épouse et deux de ses enfants. On se souvient encore du titre de l'article relatant l'affaire dans le Times, au Royaume-Uni : "Fillon a payé sa femme 500.000 euros à ne rien faire". Depuis, ça ne s'est pas arrangé. 


Dans une interview au Courrier International, Johan Tollgerdt, journaliste suédois indépendant basé à Paris, a révélé sa stupéfaction suite à la conférence de presse donnée par le candidat de la droite lundi 6 février : "J’ai avant tout été choqué par le fait qu’il a engueulé assez violemment les journalistes français. Dans aucun pays en Europe les journalistes accepteraient de se faire engueuler de la sorte (...) Dans les pays scandinaves, [Fillon] aurait arrêté il y a plus d’une semaine, à cause de la pression médiatique et de celle de son propre parti politique. Cette affaire crée beaucoup de blessures dans la droite française, qui va avoir du mal à s’en remettre." 

Fin janvier, le quotidien britannique The Independent avait également évoqué l'affaire Fillon en ces termes : "Paris est l'antre du surréalisme". Avant d'ajouter cette phrase cinglante : "Il n'est pas surprenant que François Fillon n'ait pas arrêté sa campagne présidentielle, la fraude est une affaire d'habitude dans la politique française."


Suite au récent renvoi en procès de Nicolas Sarkozy pour financement illégal de campagne électorale, The Independent enfonce le clou.

Le procès de Nicolas Sarkozy n'est pas une surpriseThe Independent

The Independent a ainsi titré : "Le procès de Nicolas Sarkozy n'est pas une surprise - la fraude est la façon dont les politiciens conservateurs français semblent gagner leur argent." 


La presse étrangère considère l’affaire Bygmalion comme l’un des plus gros scandales politico-financiers des dernières années et prend la mise en examen de Sarkozy très au sérieux.

The Guardian est particulièrement féroce avec Nicolas Sarkozy, faisant référence au livre "Big Magouilles" de Violette Lazard pour expliquer aux Britanniques comment la campagne de 2012 de l'ancien Président a largement dépassé les plafonds de dépenses autorisés : il ironise notamment sur les spaghettis à la truffe et les oeufs brouillés qui auraient été servis à des supporteurs VIP lors d'un meeting ("scrambled eggs and spaghetti were infused with so much luxury truffle that one party worker worried the intense smell would waft out over the audience").


Un cumul d'affaires qui risque de fragiliser encore davantage le camp des Républicains, souligne le tabloïd  The Daily Mail, qui insiste sur l'idée que Marine Le Pen aurait devant elle une autoroute pour les élections présidentielles de mai. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Bygmalion

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter