Fin de la prime vélo électrique : une trentaine de députés LREM écrit au Premier ministre pour "réfléchir à d'autres dispositifs"

Fin de la prime vélo électrique : une trentaine de députés LREM écrit au Premier ministre pour "réfléchir à d'autres dispositifs"

DirectLCI
OPPOSITION - Quelques jours après l'annonce de la suppression de la prime pour l'achat d'un vélo électrique, une trentaine de députés LREM ont écrit au Premier ministre pour "réfléchir à d'autres dispositifs". "Un arrêt pur et simple de cette prime serait trop brutal", affirme à LCI Matthieu Orphelin, à l'origine de l'initiative.

C'est une décision qui fait débat. Gérald Darmanin, le ministre des Comptes publics a annoncé jeudi dernier la suppression de la prime pour l'achat d'un vélo électrique dans le cadre du projet de loi de finances (PLF) pour 2018. "Nous avons considéré que ce n'était pas à l'Etat de continuer à subventionner le vélo électrique, dans la mesure où quand il l'avait fait, les collectivités locales ne le faisaient pas", avait justifié le ministre, interrogé sur RTL, à propos de cette prime qui peut aller jusqu'à 200 euros.


Une annonce qui ne fait pas l'unanimité. Une trentaine de députés LREM ont décidé d'écrire au Premier ministre Edouard Philippe pour faire part de leur inquiétude à ce sujet, selon une information de RMC dont LCI a eu confirmation par le député LREM Matthieu Orphelin, à l'initiative de cette lettre. "Cet arrêt de la prime VAE sans rien proposer derrière serait à notre sens trop brutal à un moment où il est nécessaire d'envoyer des signaux forts sur le développement du vélo et des mobilités actives".

En vidéo

La fin de la prime d’achat du vélo électrique, coup de frein à l’industrie

Dans cette lettre, les députés rappellent au chef du gouvernement l'hypocrisie de dire d'un côté qu'il faut sortir du "tout voiture" et de l'autre décider la suppression d'une aide pour acheter électrique. "C'est important de réfléchir à d'autres dispositifs", insiste Matthieu Orphelin, évoquant plusieurs alternatives.

J'ai très bon espoir que le gouvernement puisse arriver avec des propositions pour prendre la suiteMatthieu Orphelin, député LREM

Les députés proposent de rétablir cette aide mais de la soumettre à des conditions d'attribution, notamment en fonction des revenus ou de la zone géographique. "Faut-il centrer cette aide en fonction des zones où il y a des enjeux de congestion ou au contraire en zone rurale ?", s'interroge l'ancien porte-parole de Nicolas Hulot. La trentaine de députés souhaite également une meilleure coordination avec les aides déjà proposées par certaines collectivités locales.


Matthieu Orphelin dit avoir "très bon espoir que le gouvernement puisse arriver avec des propositions pour prendre la suite". Et d'affirmer : "Il faut que l'Etat continue à montrer que le développement des mobilités actives est une priorité et cela passe par des dispositifs qui doivent être revus et mieux centrés". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter