Fin de la trêve hivernale : Julien Denormandie confirme la pérennisation de 5000 places d'hébergement d'urgence

DirectLCI
SOCIAL - Le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, était l'invité ce vendredi d'Audrey Crespo-Mara. Il a confirmé la pérennisation à venir de 5000 places d'hébergement d'urgence à l'issue de la trêve hivernale.

Alors que la trêve hivernale touche à sa fin samedi 31 mars, le secrétaire d'Etat à la Cohésion des territoires, Julien Denormandie, a confirmé ce vendredi matin sur LCI la pérennisation à venir de 5000 places d'hébergement d'urgence, annoncée plus tôt par Jacques Mézard, son ministre de tutelle. "Ces 5000 places font partie des quelque 13.000 places ouvertes dans le cadre du plan hivernal 2017-2018", a-t-il précisé.

Et de se féliciter :"Le dispositif global est de 135.000 places d'hébergement d'urgence, soit l'équivalent de la population de la ville de Clermont-Ferrand."

Sans-abris

Les associations réclamaient depuis plusieurs semaines la pérennisation d'au moins 5000 places d'hébergements, soit l'équivalent du nombre de places pérennisées l'année dernière. Pour Julien Denormandie, cette décision est surtout une manière de prendre en compte "la réalité" du phénomène des sans-abris. Toutefois, précise-t-il, "il faut régler le problème de manière plus profonde, et cela passe par 'un plan pour le logement d'abord', car sans adresse dans la société, on n'est rien".

Expulsions

Prendre à bras le corps le problème des sans-abris, c'est aussi trouver des solutions face au nombre grandissant des expulsions : "120.000 procédures étaient engagées en 2016, et c'est à chaque fois un échec collégial", a lancé Julien Denormandie qui souhaite là-encore la mise en place de mesures fortes. "Pour cela il faut identifier en amont les difficultés pour trouver des solutions et améliorer la coordination entre tous les acteurs". "Fournir des solutions adaptées, c'est davantage de logements sociaux à très bas prix, ou encore la location de biens privés à travers des associations", a-t-il ajouté.

Quartiers en difficulté

"Les quartiers prioritaires de la ville sont en grande difficulté, avec moins d'accès aux soins, aux crèches, à l'emploi", a souligné le secrétaire d'Etat. "Face à l'exaspération et à la lassitude de certains élus, il faut faciliter leurs actions au quotidien.  Nous venons de lancer un dispositif d’ "emplois francs" pour favoriser l’embauche des habitants de ces quartiers et nous allons mettre en place une police de sécurité du quotidien. Mais il faut aller encore plus loin et redonner un second souffle dans les quartiers", a-t-il conclu.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter