"Fiotte", "Pouffiasse", "zéro couille" : dans sa jeunesse, le nouveau porte-parole de LREM était adepte de l'insulte sur Twitter

"Fiotte", "Pouffiasse", "zéro couille" : dans sa jeunesse, le nouveau porte-parole de LREM était adepte de l'insulte sur Twitter

DirectLCI
POLÉMIQUE - À peine nommé, le nouveau porte-parole de LREM est déjà au cœur d'une polémique...

Jeudi 4 janvier, la République en Marche, dirigé par Christophe Castaner, a annoncé la nomination au poste de porte-parole de Rayan Nezzar. Comme souvent, à notre époque, les personnes accédant à des postes exposés publiquement font le ménage sur les réseaux sociaux et notamment sur Twitter. C’est le cas de Rayan Mezzar, comme l'ont noté nos confrères de Buzzfeed. Malheureusement, pour Rayan Mezzar, des captures d’écran existent et elles ne le mettent pas à son avantage.

Selon le site d’information, la raison de cette suppression massive de tweets s’explique par le caractère sulfureux d’un certain nombre d’entre eux. Buzzfeed publie donc des captures d’écran de vieux messages dans lesquels cet ancien étudiant de l’ENA insultait des journalistes mais aussi des politiques comme Jean-François Copé, Marine Le Pen ou encore la porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée Nationale, Aurore Bergé.

Dans ces tweets, Rayan Nezzar traitait notamment une journaliste de "pouffiasse", la patronne du FN ainsi que le maire de Meaux de "putes" tout en invitant ce dernier "à niquer [sa] mère". Des noms d’oiseaux nombreux et souvent très agressifs à l’égard des personnes visées.

Il avait aussi qualifié, comme l’a repéré le Lab, le maire de Bordeaux de "fiotte" ou encore la journaliste Caroline Fourest d’ "épave". Le nouveau porte-voix de LREM avait jugé que Manuel Valls avait "zéro couille" ou encore que Valérie Pécresse était une "poufiasse" dans une réponse à un tweet d’Aurore Bergé, sa collègue députée LREM. 

L'intéressé  n’a pas répondu à leur sollicitation aux sollicitations de Buzzfeed. À la place, il a préféré effacé plus de 5.000 de ses anciens tweets. Vendredi soir, Rayan Nezzar s’est excusé pour "des propos irréfléchis quand [il] étai[t] étudiant".

Espérons que cette affaire aurait servi de leçon à celui qui sera notamment en charge des relations avec la presse pour la République en Marche…

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter