Florence Parly sur son ancien salaire à la SNCF : "Si j'avais voulu 'gagner', je n'aurais pas fait ce choix"

DirectLCI
ARGENT - Invitée ce vendredi 10 novembre sur LCI, la ministre des Armées Florence Parly est revenue sur la polémique entourant son salaire perçu à la SNCF avant son entrée au gouvernement en juin dernier : plus de 52.000 euros net mensuels, en 2017.

L'information avait été révélée par le magazine Marianne, début octobre. La ministre des Armées, Florence Parly, qui était avant son entrée au gouvernement en juin dernier directrice générale en charge de SNCF Voyageurs, touchait plus de 52.000 euros nets mensuels en 2017. Rien d'illégal là-dedans mais force est de constater que ce salaire pour le moins confortable fait polémique, alors que la dette de la SNCF s'élève cette année à 42 milliards d'euros. Certaines sources indiquaient également qu'elle gagnait plus que le PDG de l'entreprise lui-même.


Invitée dans la matinale de LCI ce vendredi 10 novembre, la ministre a réagi sur le sujet. À la question de savoir si elle comprenait que cette somme puisse choquer certaines personnes, Florence Parly a commencé par répondre : "Ces informations sont très partiellement exactes. Pour avoir des informations exactes, il faut se rendre sur le site de la Haute autorité de la transparence de la vie publique (HATVP, ndlr). Tout est clair, tout est transparent."

Une rémunération "évidemment inférieure" à celle du président de la SNCF

Clair et transparent, en effet. Suivant les conseils de la cheffe des armées, nous nous sommes rendus sur le site de la HATVP. La somme de 315.418 euros renseignée pour 2017, rapportée aux six premiers mois de l'année, correspond bien au salaire net dévoilé par Marianne, soit un peu plus de 52.000 euros net mensuels.


Florence Parly, toujours sur le plateau de LCI, poursuit : "J'ai exercé un certain nombre de responsabilités, je suis passée d'Air France à la SNCF, d'une entreprise privée à une entreprise publique, dont les rémunérations sont plafonnées. Il est tout à fait inexact de dire que j'ai pu percevoir des rémunérations supérieures à celles du président de la SNCF, elles étaient évidemment inférieures. Vous imaginez bien que si j'avais voulu gagner, comme on dit, dans le CAC 40, je n'aurais pas fait le choix de la SNCF."

"Politique de l'entreprise"

Le mois dernier, Florence Parly avait déjà réagi sur Europe 1. "J'ai exercé pendant 11 ans dans deux grandes entreprises. J'ai exercé des responsabilités, et j'ai perçu des rémunérations qui correspondaient à ces responsabilités" expliquait-elle alors. "Ces rémunérations, ce n'est pas moi qui les ai décidées. C'est la politique de l'entreprise. (...) Je suis prête à expliquer le moindre des centimes. En revanche, je ne suis pas prête à accepter qu'on conteste qu'une femme (ou un homme) puisse occuper des responsabilités importantes en entreprise et ne pas être rémunérée en fonction."

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter