Florian Philippot, fragilisé sur la sortie de l'euro : "Oui, je serai toujours au FN à la rentrée"

EURO IN OU EURO OUT - Un séminaire du FN prévu fin juillet doit permettre au parti de prendre une position concernant la sortie de l'euro, un projet porté par Florian Philippot mais fortement combattu en interne depuis l'échec de Marine Le Pen à la présidentielle qui lui est imputé. Interrogé sur LCI ce jeudi, le numéro 2 du FN a assuré qu'il ne comptait pas démissionner du parti pour autant.

Il ne bouge pas d'un pouce. Florian Philippot, fortement bousculé par une partie des cadres frontistes, ne veut pas céder sur la question de la sortie de l'euro, un projet qu'il avait porté durant la présidentielle et que certains estiment responsable de l'échec de Marine Le Pen au second tour de l'élection. 


Interrogé sur LCI jeudi matin, le numéro 2 du FN, dont les relations avec Marine Le Pen sont loin d'être au beau fixe, a continué d'employer la méthode Coué alors que certains opposants au sein du parti rêvent de le voir démissionner. "La sortie de l'euro ne sera pas abandonnée" lors d'un séminaire sur la question prévu les 21 et 22 juillet prochains, affirme Florian Philippot. "Cela a été rappelé par Marine Le Pen il y a une semaine, disant que nous sommes favorables à la souveraineté monétaire, contre l'euro et pour une monnaie nationale". Selon lui, abandonner ce projet empêcherait le FN de lutter "contre les projets d'Emmanuel Macron, menés au nom du dieu euro". 

"Notre refondation doit être beaucoup plus large"

Assurant que la contestation en interne de ceux qui voudraient un abandon pur et simple de cette sortie de l'euro est le fait, selon lui, de "3 ou 4 responsables qui sont interrogés partout", Florian Philippot veut éviter le piège d'un séminaire qui se terminerait en tribune pour son éviction du FN. "Notre refondation doit être beaucoup large que cela... Nous devons être entendus sur les questions de santé, de services publics [...] Sur la question de l'image du mouvement, du nom du parti. Si on se limite à la seule question de la sortie de l'euro, on passera à côté du sujet."


Quant à savoir si Florian Philippot, face aux contestataires et de plus en plus éloigné de Marine Le Pen, passera l'été au FN, il répond ceci : 

Je serai au FN à la rentrée, sans aucun douteFlorian Philippot

Le numéro 2 du FN veut définir pour le parti "une vision positive du projet de société en ne s'interdisant aucun débat". Mais son projet risque d'être accueilli froidement par une partie de ses comparses. Il y a deux jours, le député Gilbert Collard, proche de Marine Le Pen, se permettait ainsi de le qualifier de "chefton médiatique". Signe que les temps ont changé. 


Après l'éviction brutale de Sophie Montel, proche de Florian Philippot, de la présidence du groupe FN en région Bourgogne-Franche-Comté par Marine Le Pen, certains estiment que ses jours au sein du parti d'extrême droite sont désormais bel et bien comptés. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Marine Le Pen perd la présidentielle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter