FN : deux nouveaux candidats "malgré eux" en Saône-et-Loire

FN : deux nouveaux candidats "malgré eux" en Saône-et-Loire

DirectLCI
POLEMIQUE – Une couple accuse le Front national d'"abus de faiblesse" après avoir découvert qu'un candidat avait inscrit leur nom sur sa liste. Faux, a répliqué ce dernier, alors que le parti fait déjà face à plusieurs signalements de "candidats malgré eux" à 10 jours des municipales.

A 10 jours du premier tour des élections municipales, la liste des "candidats malgré eux" du Front national s'allonge encore. Après l'affaire des habitants de Seine-Maritime inscrits à leurs dépens, c'est au tour d'un couple de Saône-et-Loire de s'estimer lésé par le parti frontiste, comme le révèle L'Express sur son site.

La tête de liste FN à Louhans, Sébastien Alloin, se serait rendue la semaine dernière au domicile des Galland. Le mari, Jacky, est un ouvrier de 64 ans. A la retraite car en invalidité, il ne sait ni lire ni écrire. Son épouse François, 46 ans, connaît les mêmes difficultés que son époux et peine à s'exprimer. Sollicité par le candidat, Jacky aurait signé un document sans se douter qu'il s'agissait d'un accord pour être présent sur la liste du parti. Le couple n'aurait découvert le pot aux roses que quelques jours plus tard grâce à une voisine qui a rédigé un courrier pour alarmer le préfet de cet "abus de confiance" et "abus de faiblesse." Faux, a répliqué Sébastien Alloin.

"On a des casseroles au cul"

"Je ne lui ai pas mis le couteau sous la gorge", a assuré à L'Express le candidat frontiste, reconnaissant néanmoins que Jacky a signé pour son épouse absente. Sébastien Alloin, également secrétaire départemental du FN en Saône-et-Loire, se serait rendu deux fois au domicile des Galland, qui auraient signé en connaissance de cause les formulaires. Selon lui, ces derniers feraient volte-face en raison de pressions. "On a des casseroles au cul parce que nous sommes accusés d'être des fascistes et des nazis", s'offusque le candidat. Des casseroles qui font de plus en plus de bruit : la préfecture de Seine-Maritime a annoncé vendredi que 32 personnes dans quatre communes affirmaient avoir été flouées par le parti.

Et d'autres candidats affirmant avoir été trompés se sont fait connaître ailleurs en France, selon des informations de presse, notamment à Orléans, Quimper, Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), Montbéliard (Doubs), Bandol (Var) et Giberville (Calvados). Mardi, le parti de Marine Le Pen a décidé de répliquer dans l'affaire des habitants de Seine-Maritime en déposant plainte pour "manœuvres frauduleuses".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter