FN, PS, PCF : "Changer de nom parce qu’on a perdu une élection est une solution de facilité"

DirectLCI
INTERVIEW - Depuis la défaite des partis politiques historiques à la présidentielle, plusieurs d'entre eux songent à changer de nom. Ce vendredi, Stéphane Le Foll, le député socialiste, en a remis une couche. LCI a interrogé le publicitaire et spécialiste de la communication, Frank Tapiro, pour déterminer l'efficacité d'une telle initiative.

Changer le nom n'est plus un tabou. Ce vendredi, Stéphane Le Foll a esquissé une solution pour sortir de l'impasse politique dans laquelle se trouve le PS et redynamiser le parti : un changement de nom. L’ancien porte-parole de François Hollande appelle ainsi à renommer le Parti socialiste "Les Socialistes". Une appellation qu’il juge "plus simple, plus claire ". 


Marine Le Pen, le  5 juillet sur France Inter, avait également suggéré cet artifice et plaidé  pour un "nouveau nom" ainsi qu’un "nouveau fonctionnement"  pour son parti. En pleine crise existentialo-politique, le PS songe aussi à se rebaptiser, à l’image du groupe socialiste à l’Assemblée nationale qui a abandonné son sigle historique pour désormais s’appeler "Nouvelle gauche". Même le PCF pourrait effectuer un lifting sémantique, comme l’a suggéré début juin son secrétaire général, Pierre Laurent. 


Bref, face à la fraîcheur politique des mouvements comme La République en Marche et la France insoumise, les partis traditionnels sont dans l’obligation de s’adapter pour ne pas disparaître. Mais si changer de nom pour ces partis est sans doute un préalable, c’est loin d’être l’antidote miracle à leur perte d’influence selon le publicitaire et spécialiste de la communication, Frank Tapiro.

En vidéo

Les militants et cadres du parti déçus après le départ de Marion Maréchal-Le Pen

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter