Quand Marine Le Pen chante les louanges de la liberté de la presse, Steeve Briois s'en prend à La Voix du Nord

DirectLCI
TIMING - Le jour même des vœux à la presse de Marine Le Pen, placés sous le signe de la réconciliation et de la célébration de la liberté d'expression, Steeve Briois s'est fendu d'un communiqué justifiant le plan social de La Voix du Nord par... une ligne éditoriale pas assez louangeuse envers le Front national.

La liberté de la presse s’arrête-t-elle là où commence la critique du Front national ? C’est ce que pourrait laisser entendre le timing malheureux choisi par le maire FN d’Hénin Beaumont (Pas-de-Calais) Steeve Briois pour fustiger âprement la ligne éditoriale de La Voix du Nord… le jour même des vœux de Marine Le Pen à la presse. 


Des vœux en forme d’appel à l’apaisement, au cours desquels la candidate du Front national à l’élection présidentielle a rappelé, en préambule, que "sans liberté de la presse, pas de liberté d’opinion, pas de liberté d’expression, en un mot : pas de démocratie". Et si elle reconnaît des "relations parfois compliquées" et regrette des "commentaires médiatiques qui s’arrêtent à la petite phrase", Marine Le Pen a aussi ajouté : "J’ai une attention particulière pour la liberté de la presse. Car la liberté de la presse est un élément consubstantiel de la démocratie."

"Les résultats sont là"

La liberté de la presse comme condition de la démocratie. Le message semble avoir échappé à Steeve Briois. Par voie de communiqué, le maire d’Hénin-Beaumont a tenu ce mercredi 4 janvier à réagir à l’annonce du vaste plan social qui secoue en ce moment le quotidien régional de sa région, La Voix du Nord. Qui est la conséquence directe, selon lui, d’une ligne éditoriale… opposée à Marine Le Pen. 


 "Les 178 postes menacés à la Voix du Nord, selon les Echos, sont la malheureuse conséquence d’une ligne éditoriale qui s’est radicalement politisée ces dernières années sous l’impulsion de Jean-Michel Bretonnier, au risque de ne plus faire d’information et d’imposer un militantisme rebutant." Et le vice-président du Front national d’ajouter : "Nous avions prévenu la rédaction du dangereux fossé qu’elle était en train de creuser entre elle et son lectorat : les résultats sont là, la baisse durable des ventes s’est accélérée en réaction à une politisation de plus en plus marquée. (…) La prise de position contre la candidature de Marine Le Pen durant les régionales de 2015 avait choqué, tant que les lecteurs de la Voix du Nord de tout bord, que dans les rédactions locales et nationales d’autres organes. Tristement, ce sont donc les salariés qui doivent subir les erreurs stratégiques d’une rédaction qui a dévoyé l’utilité première de la presse quotidienne régionale." On est bien loin, en effet, de l’esprit de réconciliation affiché par Marine Le Pen dans ses vœux. Une cacophonie qui fait tache, d’autant plus que les scripts de ces deux discours figurent aujourd’hui tous les deux sur le site officiel du parti.

Vieille bataille

Un coup de griffe de plus dans une histoire déjà houleuse entre la mairie frontiste et le quotidien régional. Alors qu’en décembre 2015, le journal avait fait paraître une Une titrée "Pourquoi le Front national nous inquiète", la Ville d'Hénin-Beaumont avait répliqué à coups d’accusations de "dérapages" et de "partialité" dans son bulletin municipal. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter