La France compte-t-elle près d'un million d'agents publics de plus que l'Allemagne, plus peuplée ?

La fonction publique est difficilement comparable d'un pays à l'autre, notamment parce que la Poste est publique en France et pas en Allemagne.

EFFECTIFS - Eric Ciotti plaide pour une réduction des effectifs dans la fonction publique et appuie son propos par des comparaisons avec l'Allemagne. Un parallèle délicat et potentiellement trompeur, en raison des chiffres qui recouvrent des modèles d'organisation différents.

Parfois en désaccord sur certaines thématiques, les candidats à l'investiture des Républicains pour la présidentielle sont globalement du même avis sur un point : le fait qu'il faille diminuer le nombre de salariés de la fonction publique. Eric Ciotti, lors du débat qui s'est tenu mardi soir sur France 2, a ainsi pris en exemple l'Allemagne, qui compterait au total 2 millions de fonctionnaires de moins et surtout près d'un million de salariés en moins dans la fonction publique. Tout en rappelant que cela concerne 5,6 millions de personnes en France.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Si les ordres de grandeurs avancés par le député sont assez justes, établir de telles comparaisons apparaît potentiellement trompeur. Et revient d'une certaine manière à mélanger torchons et serviettes. On fait le point.

Des organisations différentes entre les pays

Pour disposer de données chiffrées fiables, il est possible de s'aventurer sur le portail de la fonction publique, site gouvernemental qui propose des fiches par pays et des éléments de synthèse à destination des internautes. "En France, la fonction publique est composée de trois versants (État, territoriale et hospitalière), qui ensemble, emploient 5,63 millions d'agents fin 2018 (5,56 millions d’agents hors contrats aidés), soit un salarié sur cinq", peut-on notamment lire. Un gros plan sur l'Allemagne nous permet par ailleurs de constater qu'outre-Rhin, on dénombre 4,9 millions d'agents dans la fonction publique.

Au total, le différentiel approche donc les 600.000 personnes, soit un peu moins que l'estimation fournie par Eric Ciotti. Cela demeure toutefois notable, a fortiori parce que l'Allemagne compte une population assez nettement supérieure. Avec 83 millions d'habitants, contre 67 dans l'Hexagone. 

Lire aussi

Ces chiffres suffisent-ils à juger défaillante l'organisation française ? Sans doute pas. En effet, d'autres pays affichent une proportion de salariés dans la fonction publique plus importante que la France, en particulier au Nord de l'Europe. Au sein de l'OCDE, le Danemark, la Suède, la Finlande ou encore l'Estonie présentent par exemple un taux de salariés dans la fonction publique plus importants, sans pour autant que ces pays soient considérés comme des exemples de mauvaise gestion.

Par ailleurs, le cas de l'Allemagne est particulier, puisque la fonction publique ne recouvre chez nos voisins pas les mêmes activités. Prenons par exemple de la Poste, entreprise dans le giron de l'État en France, mais dont la privatisation avait débuté dès 1995. De même, des secteurs d'activités privatisés outre-Rhin ne le sont pas de manière identique en France. Des entreprises publiques ayant accompagné un mouvement de libéralisation - telles qu'EDF, GDF, ou encore France Telecom - comptent aujourd'hui encore des agents dont les contrats relèvent de la fonction publique. Et ce malgré des nouvelles embauches réalisées avec des contrats de droit privé. "C’est incroyablement difficile de faire des comparaisons internationales ", glissait ainsi aux Échos il y a quelques années l’Office fédéral allemand des statistiques (Destatis). Notons aussi, comme le fait France Inter, que depuis les années 1990, "une grande partie des agents des services hospitaliers travaillent sous contrat privé". Ce qui explique en partie les chiffres allemands.

Se focaliser sur la seule question des effectifs paraît donc assez réducteur pour amorcer une réflexion sur la fonction publique. Une faible proportion d'agents publics ne constituera en effet pas nécessairement un signe de bonne gestion, pas plus d'ailleurs qu'une proportion plus élevée. Des pays de l'OCDE comme la Turquie, les États-Unis ou le Mexique, dont les modèles sociaux ne sont guère pris en exemple en France, affichent ainsi une proportion d'emplois dans la fonction publique assez nettement inférieurs à celui observé dans l'Hexagone. Traduisant avant tout des modèles d'organisation variables entre les différents pays, ces indicateurs purement quantitatifs ne disent rien de l'efficacité ou de la bonne organisation des services publics qu'ils recouvrent.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Retrouvez-nous également sur Twitter : @verif_TF1LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : pour "donner de la visibilité", un Conseil de défense sanitaire prévu ce jeudi

Maroc : le parquet antiterroriste ouvre une enquête après "l'assassinat" d'une touriste française

Grève des enseignants : à quoi faut-il s'attendre pour la manifestation de ce jeudi ?

Disparition de Gaspard Ulliel : qui est sa compagne Gaëlle Pietri, mère de leur fils Orso ?

VIDÉO - Piscines illégales détectées par le fisc : que risquent les propriétaires ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.