Que signifie la fleur bleue arborée ce 11-Novembre ?

SYMBOLE - Depuis 2012, les officiels qui participent aux commémorations du 11-Novembre arborent une fleur bleue sur leur veste. Une vieille tradition réhabilitée par François Hollande. Mais de quoi s'agit-il ?

Cette petite fleur bleue a fait son grand retour en 2012, à l'initiative de François Hollande. Lors des cérémonies organisées à l'occasion du 11-Novembre, date anniversaire de l'armistice de 1918, les personnalités, dont le chef de l'Etat, arborent sur leurs vestes ce que l'on nomme le "bleuet de France". Une veille tradition tombée en désuétude, et réhabilitée par le précédent président de la République, qui l'a porté dès la première commémoration de son quinquennat, contrairement à son prédécesseur Nicolas Sarkozy. 


Depuis plus de 80 ans, elle est en outre fabriquée et vendue chaque année par l'Office national des anciens combattants et victimes de guerre, afin d'aider financièrement les victimes de guerre, anciens combattants, pupilles de la Nation et victimes du terrorisme. Et vendredi, lors de leur match contre le Pays de Galles, les Bleus ont également arboré le bleuet. 

Symbole de solidarité

Depuis l'instauration de cette tradition, généralisée dans les années 1930, la distribution des fleurs bleues le 11 novembre, mais également le 8 mai, est le symbole de la solidarité avec les familles de victimes de la guerre. Elle est l'équivalent du coquelicot distribué au Royaume-Uni, et porté par de nombreux britanniques, le 11 novembre. 


Si François Hollande a réhabilité cette tradition, c'est une loi adoptée début 2012, sous Nicolas Sarkozy, relative à la journée d'hommage à tous les morts de France, qui a poussé le chef d'état-major des armées à demander à l'ensemble des militaires de le porter durant les commémorations. 

Deux femmes à l'origine du Bleuet de France

L'histoire du Bleuet remonte à l'immédiat après-guerre. Alors que la Première Guerre mondiale avait laissé derrière elle plus de 20 millions de blessés et d'invalides, deux infirmières, Charlotte Malleterre, fille du commandat de l'Hôtel national des Invalides, et Suzanne Leenhardt, avaient créé un atelier pour les pensionnaires des Invalides, dans lequel elles fabriquaient des fleurs de bleuet en tissu afin de permettre aux blessés de reprendre goût à la vie. 

Plusieurs hypothèses permettent d'expliquer le choix de cette fleur. Il pourrait s'agir d'un héritage des tranchées, où les Poilus désignaient les jeunes recrues sous le nom de "bleuets". L'histoire dit aussi que cette fleur sauvage a continué de pousser sur les champs de bataille malgré le chaos de la guerre. Enfin, le bleu est la première couleur du drapeau tricolore. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet