France-Turquie : des élus réclament l'annulation du match, Matignon assure qu'il sera maintenu

Politique

Toute L'info sur

Offensive turque contre les forces kurdes en Syrie

SPORT ET DIPLOMATIE - Eric Ciotti, Jean-Christophe Lagarde ou encore Jordan Bardella... Plusieurs personnalités politiques appellent depuis dimanche soir à suspendre la rencontre France-Turquie, prévue ce lundi soir au Stade de France, pour des raisons symboliques ou sécuritaires.

#AnnulationMatchFranceTurquie. Comme sur les réseaux sociaux, où ce hashtag est l'un des plus partagés ce lundi 14 octobre, de nombreuses personnalités politiques plaident pour l’annulation de la rencontre entre la France et la Turquie, ce soir, au stade de France. Au-delà d’un match, qualificatif pour l'Euro-2020, qui s’annonce d’ores et déjà tendu - il est classé "à risque" par l’Etat - ces élus estiment qu’on ne peut accueillir l’équipe d’un pays menant une offensive contre des positions d’alliés dans le nord-est de la Syrie.

Lire aussi

Une suspension pour la "sécurité"' et le "symbole"

C’est Jean-Christophe Lagarde qui a ouvert le bal ce dimanche soir. Sur Twitter, le président de l’UDI a tout d’abord déploré, photo à l’appui, le salut militaire réalisé par des joueurs turcs lors d'un précédent match. "On ne peut décemment accueillir demain au Stade de France ceux qui saluent le massacre de nos alliés Kurdes !" s’est-il ainsi insurgé. Pour rappel, comme l’a noté Philip Townsend, le chef de presse de l'UEFA, le règlement "interdit les références à la politique et à la religion".

Interrogé sur la question sur LCI, Eric Ciotti (LR), qui a décrit la situation en Syrie comme "terrifiante", a lui aussi défendu une suspension. D’une part pour "des raisons de sécurité", et de l’autre pour "le symbole". "Ce match ne peut pas avoir lieu dans un contexte de menaces, d'inquiétudes, de provocation", estime l'’élu de droite, qui "en appelle au ministre de l'Intérieur". Et "à l’UEFA", qui doit se "saisir de dossier" : "C’est une aberration que la Turquie joue en Coupe d’Europe", estime par ailleurs Eric Ciotti.

L’extrême droite s’est elle aussi saisie de la question. Le député européen Jordan Bardella a critiqué le geste réalisé par les joueurs turcs en les accusant de "servir la propagande d'Erdogan. "Le match France-Turquie au Stade de France doit être annulé !" écrit l’élu Rassemblement national (ex-FN). Florian Philippot a, pour sa part, été extrêmement concis. Le conseiller régional Grand Est a partagé le fameux : #AnnulationMatchFranceTurquie en ajoutant la phrase "pour l’honneur de la France". 

Ce lundi matin, cent tweets toutes les trois minutes comportaient ce hashtag, selon les mesures de unionmetrics.

"Pas d'annulation"

Contactée par LCI, l'UEFA indiquait ce matin à 9 heures que "le match entre la France et la Turquie sera joué, comme prévu". Même son de cloche au ministère des Sports : "Il n’est pas question d’annuler le match". 

 "S'il y a une décision, elle sera interministérielle et même au-delà. C'est un match important", indiquait-on au ministère de l'Intérieur et à Matignon. 

Côté préfecture de police de Paris, on faisait savoir que des contrôles seraient effectués à l'entrée du site et que le dispositif de sécurité serait renforcé au Stade de France, où la rencontre doit avoir lieu, et aux abords. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter