François Hollande : les 5 points à retenir de sa conférence de presse

François Hollande : les 5 points à retenir de sa conférence de presse

DirectLCI
ELYSEE - Sa relation supposée avec Julie Gayet, mais aussi son pacte de responsabilité ou la dépense publique... le président de la République n'a éludé aucun sujet durant la troisième conférence de presse de son mandat. Metronews revient sur les principaux points.

1. Affaire Julie Gayet

Sans surprise, cela a été la première question posée par un journaliste . Mettant en avant "un besoin de clarification vis-à-vis des Français", et même "vis-à-vis des étrangers qui nous regardent", ce dernier s'est lancé : "Valérie Trierweiler est-elle toujours aujourd'hui première dame de France ?".

Réaction de l'intéressé : quelques secondes de lèvres pincées. Avant de sortir sa réponse de façon télécommandée : "Je comprends votre question et je suis sûr que vous comprendrez ma réponse". Aie, cela n'augure pas d'une clarification, ça. Confirmation avec la déclaration suivante : "Chacun, dans sa vie personnelle, peut traverser des épreuves. C'est notre cas. Ce sont des moments douloureux. Mais j'ai un principe : que les affaires privées se traitent en privé (…) Ce n'est ni le lieu ni le moment pour le faire", répond le président. Avant de l'affirmer : "Je ne répondrai à aucune réponse aujourd'hui sur le sujet" mais d'ici son voyage aux Etats-Unis, prévu pour le 11 février. Patience, donc. 

2. Pacte de responsabilité : soulager les entreprises de 30 milliards d'euros de charges

Le président de la République a précisé les contours du "pacte de responsabilité" évoqué lors de ses vœux aux Français le 31 décembre. Un pacte qui repose sur plusieurs piliers, notamment un allégement du coût du travail (avec par exemple la suppression d'ici 2017 des cotisations familiales "pour les entreprises et les travailleurs indépendants", d'un montant total de 30 milliards d'euros). Mais aussi un choc de simplification, en réduisant le nombre de normes et de procédures inutiles.

Un Observatoire sera mis en place pour veiller à l'application de ce pacte vanté comme un "grand compromis social" mais aussi "une chance que chacun doit saisir, pas simplement pour son intérêt mais aussi pour le pays. C'est maintenant que la France doit rebondir pour repartir."

François Hollande a également détaillé son calendrier : après le lancement officiel du pacte le 21 janvier, les partenaires sociaux seront reçus. Un premier rapport sera remis fin janvier par le haut conseil du financement de la sécurité sociale puis, en avril, le gouvernement lancera un second train de simplification. Au printemps, ce dernier engagera sa responsabilité devant l'Assemblée nationale sur un document qui "formalisera les engagements" du pacte de responsabilité proposé aux entreprises.

3. La dépense publique

Le sujet avait été abordé durant ses vœux le 31 décembre. François Hollande a annoncé mardi la création d'un "Conseil stratégique de la dépense publique" qui se réunira "chaque mois" pour évaluer les politiques publiques. Il s'agit selon lui d'une "nouvelle méthode": "Plutôt que de faire des coupes budgétaires aveugles, comme ça a pu être le cas par le passé, et indifférenciées et donc injustes, je propose de mener des réformes structurelles et de redéfinir les principales missions de l'État et de revoir nos mécanismes de redistribution pour les rendre plus justes, plus écologiques et plus efficaces". Objectif : 50 milliards d'économies entre 2015 et 2017. 

4 La fin de vie

L'engagement 21 du candidat Hollande durant la campagne présidentielle a été dépoussiéré. François Hollande a en effet souhaité mardi un texte de loi qui permette, dans un cadre "strict", à un majeur atteint d'une maladie incurable de demander une "assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité". La ministre de la Santé Marisol Touraine mènera "les consultations nécessaires pour qu'un accord le plus large possible puisse être trouvé sur un texte de loi" sur la fin de vie, précisant que le Comité consultatif d'éthique doit lui rendre un rapport sur le sujet "dans les prochaines semaines".

"Il s'agit de permettre à toute personne majeure atteinte d'une maladie incurable procurant des souffrances psychiques ou physiques insupportables qui ne peut être apaisée, de pouvoir demander dans des conditions strictes une assistance médicalisée pour terminer sa vie en dignité", a-t-il expliqué.

5. Le couple franco-allemand main dans la main pour l'Europe

"Faire l'Europe, ce n'est pas défaire la France." François Hollande a avancé mardi trois propositions franco-allemandes pour relancer l'Europe, dont une "initiative pour une convergence économique et sociale" entre les deux pays, et une coordination pour la transition énergétique.

Saluant le "premier pas" que représente l'instauration d'un salaire minimum en Allemagne, François Hollande a souligné que la France devait aussi "harmoniser les règles fiscales, notamment pour les entreprises, entre la France et l'Allemagne". Mais les deux pays doivent également se "coordonner pour la transition énergétique. C'est un grand enjeu pour l'Europe mais nous devons, France et Allemagne, montrer l'exemple", a-t-il ajouté. Enfin, Paris et Berlin doivent œuvrer à un "couple franco-allemand qui puisse agir pour l'Europe de la défense".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter