François Hollande sur l'affaire Julie Gayet : la même réponse que lors du tweet de Valérie Trierweiler

François Hollande sur l'affaire Julie Gayet : la même réponse que lors du tweet de Valérie Trierweiler

DirectLCI
GAYETGATE - Qualifiant la période qu'il est en train de vivre de "moment douloureux", le président de la République a refusé d'en dire plus, mardi lors de sa grande conférence de presse, sur les révélations du magazine Closer quant à sa relation avec l'actrice Julie Gayet.

Sans surprise, cela a été la première question posée par un journaliste mardi, à la conférence de presse présidentielle. Mettant en avant "un besoin de clarification vis-à-vis des Français", et même "vis-à-vis des étrangers qui nous regardent", il s'est lancé en ces termes : "Valérie Trierweiler est elle toujours aujourd'hui première dame de France ?".

Réaction de l'intéressé : quelques secondes de lèvres pincées. Avant de sortir sa réponse de façon télécommandée : "Je comprends votre question et je suis sur que vous comprendrez ma réponse". Aïe, voilà qui n'augure guère d'une clarification...

Exactement la même réponse en 2012

Confirmation avec la déclaration suivante : "Chacun, dans sa vie personnelle, peut traverser des épreuves. C'est notre cas. Ce sont des moments douloureux. Mais j'ai un principe : que les affaires privées se traitent en privé (…) Ce n'est ni le lieu ni le moment pour le faire", répond le président. Avant d'appuyer : "Je ne répondrai à aucune réponse aujourd'hui sur le sujet".

Pour le président, le sujet est clos, donc. Mais à metronews, la formule employée par le président n'est pas passée inaperçue. "Les affaires privées se traitent en privé", ça ne vous dit pas quelque chose, à vous aussi ? Ce sont exactement les termes qu'avaient employés le chef de l'Etat en juillet 2012, juste après l'affaire du tweet de Valérie Trierweiler soutenant Falorni aux législatives face à Ségolène Royal. "Je suis pour une claire distinction entre vie publique et vie privée, je considère que les affaires privées se règlent en privé", avait-il répondu à une question sur ce sujet, lors de son interview du 14 juillet. La boucle est bouclée. Ou pas.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter