Front national : exclu du parti, Jean-Marie Le Pen est "indigné" et parle de "chasse aux sorcières"

Politique
EXTREME DROITE – Le cofondateur du Front National été exclu jeudi soir par l'instance dirigeante de son parti.

La sanction est tombée. Jeudi soir, le bureau exécutif du Front national a voté à la majorité l'exclusion de Jean-Marie Le Pen. La décision a été prise à l'issue d'une réunion à laquelle n'ont pas participé Marine Le Pen et Florian Philippot, le numéro 2 du parti, afin de garantir l'impartialité de la décision. "La décision complète et motivée sera notifiée prochainement à M. Le Pen", a précisé un communiqué du parti d'extrême-droite. C'est une "issue" logique pour quelqu'un qui a "multiplié les fautes", a commenté la présidente du FN.

"Je suis indigné car j'ai le sentiment d'avoir été victime cet après-midi d'un véritable guet-apens, a réagi Jean-Marie Le Pen sur I-Télé. Je me suis prêté [à cette procédure] par bonne volonté, eh bien, j'ai été piégé parce que les sbires qui étaient en face de moi n'attendaient que l'ordre de Marine Le Pen qui était l'ordre de m'exclure." Il a également contesté la décision car pour lui "il n'y a pas eu de vote".

"Une chasse aux sorcières"

Le fondateur du Front national avait été mis en cause pour ses propos dans les médias depuis quelques mois, dans lesquels il avait réaffirmé que les chambres à gaz n'étaient qu'un "détail" de l'histoire, avant de s'en prendre successivement à Marine Le Pen, Florian Philippot et Marion Maréchal Le Pen. Au contraire, Jean-Marie Le Pen s'est dit victime d'une "chasse aux sorcières à laquelle se livrent les sbires de madame le Pen". Il a dénoncé l'attitude de sa fille qui "ne tolère pas la moindre opposition, la moindre différence de position".

EN SAVOIR + >> Qui sont les six "fantassins" qui ont décidé du sort de Jean-Marie Le Pen ?

Et s'il assure qu'"être persécuté par le mouvement que l'on a fondé et dont la présidente est sa propre fille, c'est assez éprouvant", Jean-Marie Le Pen ne dépose pas les armes. Il a ainsi annoncé qu'il allait contester son exclusion devant "les autorités judiciaires compétentes", persuadé "qu'une fois de plus Marine Le Pen sera condamnée comme elle l'a été à trois reprises." Enfin, il a confirmé sa présence à l'Université d'été du parti frontiste à Marseille, les 5 et 6 septembre, "à la place qui est la [sienne], celle de président d'honneur du FN".

LIRE AUSSI >> 94% des adhérents FN ne veulent plus du président d'honneur

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter