Pour Jean-Marie Le Pen, Steve Bannon n'est "pas exactement la définition de la dédiabolisation"

DirectLCI
CONTRADICTOIRE – Jean-Marie Le Pen juge paradoxale la venue de Steve Bannon au congrès du FN ce samedi au moment où Marine Le Pen tente de redorer l’image de son parti. Il s'explique au micro de LCI.

Alors que Marine Le Pen organise ce week-end à Lille un congrès de "refondation" du FN, son père est finalement resté à Paris où il a dédicacé ce samedi après-midi ses Mémoires dans une petite librairie du XVe arrondissement. Jean-Marie Le Pen a notamment exprimé sa "sympathie" pour le journaliste conservateur et ancien collaborateur de Donald Trump, Steve Bannon, invité surprise du congrès du FN. Mais pas seulement.

"Dans la mesure où Steve Bannon passait pour être le plus radical des conseillers de Trump", il a jugé "paradoxal" que la présidente du FN l’invite à l’heure où elle tente de dédiaboliser l’image de son parti. "Je pense que ce n'est pas exactement la définition de la dédiabolisation", a-t-il souligné. Quant à savoir si cette invitation préfigurait une évolution chez Marine Le Pen, son père a répondu avec ironie : "Qui sait ? Elle va peut-être arriver jusque chez moi !"

En vidéo

FN : changer le nom du parti est "catastrophique" pour Jean-Marie Le Pen

Jean-Marie Le Pen a également commenté le récent voyage de sa petite-fille Marion Maréchal-Le Pen à Washington où elle a participé au rassemblement annuel des conservateurs américains "Cela montre que le FN est connu de l'autre côté de l'Atlantique, avec Marion d'un côté et Bannon de l'autre". Enfin, il a répété son hostilité au changement de nom du FN (finalement voulu par sa fille), qui constitue à ses yeux "un repère".

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter