Fusillade de Strasbourg : la polémique sur la surveillance des fichés S reprend

Politique

Toute L'info sur

Attentat de Strasbourg : le suspect Cherif Chekatt abattu par la police

POLITIQUE - Suite à l'attaque qui a endeuillé la ville de Strasbourg mardi soir, la polémique commence à naître concernant la surveillance du suspect présumé, fiché S pour radicalisation en 2016. Le président des Républicains, Laurent Wauquiez, a allumé la mèche.

Quelques heures auront suffi pour qu’une polémique s’empare de la fusillade de Strasbourg. Si le profil du principal suspect demeure à cette heure encore flou, quelques représentants politiques ont fait le rapprochement entre ce passage à l’acte et la fiche S (pour "sûreté de l'État") qui concerne le tireur. 

Le président des Républicains (LR) Laurent Wauquiez s'est ainsi interrogé mardi soir : "Combien d'attentats commis par des fichés S devons-nous encore subir avant d'adapter notre droit à la lutte contre le terrorisme ?" Et d'ajouter : "Qu'attendons-nous pour enfin livrer bataille pour éradiquer l'intégrisme qui nous a déclaré la guerre ?"

Lire aussi

"Ce n'est pas le moment"

Dans les rangs LR, cette critique une poignée d’heures après les faits a dérangé certains. "Ce n'est pas le moment", a réagi la députée européenne (LR) Françoise Grossetête, invitée à réagir sur franceinfo sur cette prise de position. Selon l'élue, confinée au Parlement européen de Strasbourg avec d'autres collègues, "l'heure est à l'émotion. Tout le monde est dans l'émotion".

Plusieurs internautes ont, eux aussi, vertement critiqué les propos du patron LR : "Ce tweet aurait pu attendre demain ! Quelle honte ! Être dans la polémique avant même que la police ait remis son arme dans son fourreau ! Incompréhensible..." réagissait l'un d'entre eux.

Voir aussi

Parmi les autres représentants politiques, rares sont ceux qui ont critiqué l'action de l'Etat dès mardi soir : après avoir appelé les Strasbourgeois à la prudence, Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, a réagi aux informations sur le tireur, "fiché S" (pour "sûreté de l’Etat"). "Quand nous donnerons-nous enfin les moyens de gagner (la guerre totale que nous livrent les terroristes) ?", questionne-t-il.  De son côté, le maire de Fréjus, David Rachline (Rassemblement national) s'en est lui aussi pris à la politique du gouvernement.

Marine Le Pen a, elle, expliqué qu'"un changement radical doit intervenir, puisque la politique contre le terrorisme est manifestement défaillante".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter