Gabriel Attal annonce que "Mila est rescolarisée à partir d’aujourd’hui"

Gabriel Attal annonce que "Mila est rescolarisée à partir d’aujourd’hui"
Politique

RÉACTION - Gabriel Attal, secrétaire d'Etat auprès du Ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, était l'invité politique d'Elizabeth Martichoux ce lundi 10 février. Il est notamment revenu sur l'affaire Mila et sur le climat actuel au gouvernement après le couac de la majorité sur le congé deuil d'un enfant.

Invité politique d'Elizabeth Martichoux ce lundi 10 février, Gabriel Attal, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, a donné des nouvelles de Mila, cette lycéenne déscolarisée après avoir reçu des menaces de mort pour ses propos sur l'islam : "Elle est rescolarisée à partir d’aujourd’hui", assure-t-il sur LCI. "Elle retourne dans son lycée aujourd’hui. On lui a trouvé une solution pour lui garantir sa sécurité, pour lui permettre de continuer sa vie, de continuer à être dans un cadre d’enseignement."

Impossible en revanche d'en dire plus ou de donner un quelconque détail géographique : "Mila fait l’objet de menaces depuis la polémique que l’on connait et on ne communique pas sur le lieu de sa rescolarisation. Cette information a été partagée avec elle et sa famille. C’est une solution positive, il aurait très difficile pour elle de ne pas reprendre le chemin de l’école (...) Je ne sais pas si elle fait l’objet d’une protection physique. Mais ce qui est certain, c’est que si des menaces continuent, on mettra tous les moyens en œuvre pour pouvoir la protéger."

Lire aussi

"Pas de déprime dans l’air"

Elizabeth Martichoux est également revenue avec le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse sur l’état dans lequel se trouve le gouvernement notamment après le couac de la majorité sur le congé deuil d'un enfant. Il y avait de quoi se poser des questions après ces déclarations de Marlène Schiappa dans Le Figaro du jour où elle déclarait : "Je fais face à l’inertie et à l’entrave". Une déclaration à remettre dans un contexte particulier, celui où la secrétaire d'Etat aurait mis sa démission dans la balance si le gouvernement et la majorité ne revenait pas sur ce vote qui a agité toute sa semaine passée.

Même si Emmanuel Macron enjoint le gouvernement à faire preuve de plus d’humanité et reçoit incessamment les parlementaires pour remonter le moral des troupes, elles qui avaient été particulièrement piquées par cette remarque, Gabriel Attal assure qu'il n'y avait "pas de déprime" à signaler. Les membres du gouvernement veulent toujours "faire avancer le pays et agir pour les Français", assure-t-il, répétant la thèse d'"une erreur d’appréciation collective" sur la question de l'extension du congé de deuil parental. Tout en se réjouissant des rencontres annoncées avec les associations de défense des parents concernés par ces tragédies :  "C’est important qu’il y ait un dialogue".

Enfin, interrogé sur les municipales à venir, celui qui est conseiller municipal sortant à Vanves et "fait campagne quand il a le temps" dans sa ville a rappelé son vif soutien de Benjamin Griveaux, candidat à la Mairie de Paris : "Benjamin Griveaux présente son programme cette semaine. C’est un moment de vérité très important. Ce que je constate au quotidien, c’est que les Français sont attachés aux questions locales (…) Benjamin Griveaux sera au rendez-vous."

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent