"Garde nationale" : Hollande puise-t-il dans la boîte à outils de la droite et de l'extrême droite ?

DEJA VU - L’officialisation par François Hollande de la création d’une "Garde nationale", jeudi 28 juillet, donne un sentiment de déjà-vu. Et pour cause, ce dispositif figure dans des propositions du camp Les Républicains… et le programme de Marine Le Pen.

C’est désormais officiel. Déjà évoquée par le gouvernement au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, la "Garde nationale" verra bel et bien le jour cet été, a annoncé, ce jeudi, François Hollande dans un communiqué de l’Elysée.

L’idée ? Etoffer les rangs de la réserve opérationnelle, déjà constituée de citoyens volontaires avec ou sans expérience militaire, et d’anciens militaires. Le tout afin de créer "une force d’appoint" en soutien des forces de l’ordre sur le terrain. Portée au Sénat par Gisèle Jourda (PS) et Jean-Marie Bockel (UDI), elle sera, selon les mots du président, "une force au service de la protection des Français".

"Si Hollande dit que Myard a raison..."

Sauf que le dispositif est loin d’être nouveau. En fait, il est régulièrement évoqué dans les argumentaires de la droite et de l’extrême droite. Et à l’occasion de l’annonce en grandes pompes de François Hollande, l’envie est venue à certains de rendre à César ce qui est à César. C’est notamment le cas du député-maire Les Républicains de Maison-Lafitte (78), Jacques Myard, qui revendique sur Twitter la paternité de la "Garde nationale".

Et en effet, une tribune publiée dans le FigaroVox , en date de janvier 2015, lui donne l’opportunité de proposer une "Garde nationale" "plutôt qu’un service militaire". Lui imaginait alors l’engagement de "volontaires citoyens dans chaque département, voire dans chaque commune". Contacté par metronews ce jeudi, il assure à nouveau avoir eu l’idée, en premier, de ce dispositif. Il commente d’ailleurs : "Si Hollande dit que Myard a raison, je m’en félicite. Je ne vise que l’intérêt du pays."

"Une idée de toujours du FN"

Mais il n’y a guère que chez Les Républicains que la "Garde nationale" a fait son chemin. On la retrouve aussi dans les besaces du Front national. Là encore, un tweet vient remettre cette décision gouvernementale en perspective. C’est celui de Wallerand de Saint Just, trésorier du Front national et conseiller régional d’Ile-de-France, qui décrit une "idée de toujours du Front national". Une sortie très vite confirmée par Abel Mestre, journaliste au Monde spécialiste de l’extrême droite, qui repère cette proposition de "Garde nationale" dans le programme de Marine Le Pen, où il est en effet question "d’organiser une garde nationale de 50.000 réservistes hommes et femmes, sur l’ensemble du territoire et mobilisable dans un bref délai."

Une antériorité dont Gisèle Jourda, sénatrice de l’Aude en partie à l’origine de cette annonce, ne semble pas avoir connaissance : "La droite et l’extrême droite ne peuvent pas revendiquer l’idée de la garde nationale, car elle a été lancée quelques mois en arrière par François Hollande." Elle reprend, interrogée par metronews : "Ensuite, des parlementaires de droite comme de gauche s’en sont saisis. Mais le FN ne s’est jamais impliqué." Elle concède tout-de-même qu’il s’agit là d’une "question qui traverse le débat parlementaire depuis longtemps et dont les aspects techniques sont toujours, à l’heure actuelle, en cours de réflexion." Selon nos informations, la "Garde nationale" devrait être opérationnelle d’ici la rentrée.

EN SAVOIR + >> Hollande annonce la création d'une "Garde nationale"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : un premier cas du variant Omicron détecté aux États-Unis

Covid-19 : Doctolib saturé, comment réserver sa dose de rappel malgré tout ?

"Un provocateur à la Donald Trump" : la candidature d'Eric Zemmour vue par la presse anglo-saxonne

Pots entre collègues, cantine d'entreprise... Ce que préconise le gouvernement pour les repas au travail

VIDÉO - Los Angeles : le fiasco de "The One", la maison la plus chère du monde

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.