Gare à cette publication parodique qui fait croire que Marlène Schiappa double le salaire de ses collaborateurs

Des internautes se sont fait berner par une publication parodique impliquant la ministre.

INATTENTION - Des internautes sont nombreux à se laisser berner par un compte Twitter parodique expliquant que la ministre a doublé la rémunération de ses collaborateurs.

"Doubler le salaire de mes collaborateurs était une mesure sociale indispensable : comment voulez-vous vivre avec 5000 euros par mois ?" Cette phrase, si l'on en croit des internautes révoltés qui l'ont relayée par milliers, aurait été prononcée par la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa. Sur Facebook, les insultent pleuvent et les partages de cette publication mettant en avant la citation polémique se multiplient, près d'un millier en quelques heures. 

Des relais qui font écho à ceux observés il y a deux ans, lorsque ce message avait pour la première fois été diffusé. Depuis lors, on dénombre près de 12.600 partages, la majorité au premier degré. Un écho aussi massif qu'inattendu puisque la ministre n'a en réalité jamais tenu ces propos... Un tweet rédigé par un compte parodique est en effet pris très au sérieux alors même que l'auteur des messages ne cache pas la dimension humoristique de ses publications. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Un phénomène "flippant"

Dans une période où la défiance à l'égard des responsables politiques est considérables, une telle sortie est jugée scandaleuse par de multiples citoyens. Ils n'hésitent pas à s'en prendre à Marlène Schiappa, accusée d'être "hors-sol" et déconnectée de la réalité. Pourtant, ces mots n'ont jamais été prononcés. Le tweet qui le relaie à l'origine est posté par un compte intitulé @JournalElysée, et qui affiche la mention "parodie" dans son nom. De quoi en théorie faire rapidement comprendre qu'il s'agit de publications avec une visée humoristique. 

Sauf que deux ans plus tard, une multitude d'internautes restent pour ainsi dire bloqués sur la citation, sans même prêter un œil à l'identité du compte qui la partage. Sur Facebook, une dame à qui l'on signale qu'il est inutile de s'emporter car ces propos sont inventés, s'étonne elle-même d'être tombée dans le panneau. "Merci, j'avais pas vu, pas regardé à vrai dire. Choquée en premier lieu par les paroles, et emportée dans une colère liée à ces paroles. Sans regarder de façon plus large en premier lieu du moins les sources", explique-t-elle. Et de souligner que le mot parodie est bien visible : "Peu de gens voient cela. C'est intéressant et flippant comme phénomène. L'emballement est plus fort", résume-t-elle.

Lire aussi

Ce n'est pas la première fois que des sites parodiques sont pris très au sérieux en ligne. Le même compte était déjà repris au premier degré lorsqu'il prêtait à Sibeth Ndiaye des citations erronées il y a un an. Des méprises qui avaient déjà poussé LCI à effectuer des vérifications pour rétablir les faits.

Ce n'est pas un hasard que Marlène Schiappa ait été visée en 2018 par ce compte parodique. En effet, il rebondissait à l'époque sur des articles évoquant les hausses de salaires (bien réelles celles-là) dans son ministère, de l'ordre de 25%. Des rémunérations qui n'étaient néanmoins pas aussi élevées que celles observées dans d'autres ministères, comme le relevait la presse. Un article de L'Express évoquait ces questions salariales, pointées du doigt par un ancien député. Un début de polémique à l'origine des détournements observés sur Twitter, caricaturés pour l'occasion.

En résumé, il est donc faux de prêter de tels propos à Marlène Schiappa. Si les internautes sont nombreux à repartager aujourd'hui la citation qui lui est prêtée, elle a en réalité été postée fin 2018 et se retrouve de nouveau relayée depuis quelques jours. Si l'actuelle ministre déléguée n'a jamais tenu ces mots, il est vrai que des augmentations de salaires pour ses collaborateurs avaient étés dénoncés il y a deux ans, sans pour autant que cela n'aboutisse à doubler le montant perçu par les personnes qui travaillent à ses côtés. 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : AstraZeneca prévient que ses livraisons ne pourront pas être aussi importantes que prévu

Comment la Chine se trouve de nouveau confrontée à l’épidémie, un an après son apparition

Covid-19 : le variant britannique pourrait être plus mortel, prévient Boris Johnson

EN DIRECT - Impeachment : le procès en destitution de Donald Trump commencera la 2e semaine de février

Que sait-on de l'ivermectine dans le traitement du coronavirus ?

Lire et commenter