"Gaulois réfractaire au changement" : Emmanuel Macron reconnaît "une erreur" mais "l'assume"

"Nous avons des différences, le peuple français - je l’ai dit parfois avec humour ça a été mal compris - n’est pas le même que le peuple Danois". En déplacement à Copenhague, Emmanuel Macron avait comparé l’état d’esprit luthérien à celui des "Gaulois réfractaires au changement", des propos qui avaient largement choqué l’opinion publique. A l’occasion d'une discussion sur le populisme avec Paul Larrouturou à l'ONU, il a nuancé ses propos. "C’était une erreur de le réduire comme ça". "Ce que je voulais dire c’était que chaque peuple a son identité, mais cette identité se construit dans un dialogue avec les autres, dans le respect de nos valeurs. Nous sommes français, nous avons nos spécificités (…) par contre notre Histoire, ce qui nous a fait français c’est un rapport à l’universel", rappelle-t-il encore. 
"Il faut se battre pied à pied pour ne rien céder" aux extrêmes, poursuit encore Emmanuel Macron. "Face aux migrations, face au changement climatique, aux inégalités du monde, c’est impossible de les régler en se repliant sur nous-même au contraire ça déclenchera de la guerre, guerre commercial, guerre économique (…) Il y a des risques d’embrasement si on n’y prend pas garde" conclut-il.
Politique

Toute L'info sur

La présidence Macron

EXPLICATIONS - Interrogé par "Quotidien" dans une séquence diffusée jeudi, Emmanuel Macron est revenu sur les termes qu'il avait utilisés lors d'un déplacement au Danemark. Le chef de l'Etat semble regretter la formulation... Pour finalement la justifier.

Un petit pas en arrière pour s'expliquer à nouveau. Interrogé par l'équipe de "Quotidien" durant son déplacement au siège des Nations unies, Emmanuel Macron est revenu sur l'expression qu'il avait utilisée, les "Gaulois réfractaires au changement", pour caractériser les Français lors d'un voyage fin août au Danemark. 

Dans cette séquence diffusée jeudi soir, le journaliste demande au chef de l'Etat de s'exprimer à nouveau sur le fait que la phrase avait été mal perçue en France. "C'était une erreur, et je l'assume", répond d'abord Emmanuel Macron en guise de mea culpa

Lire aussi

Mauvaise interprétation

Le journaliste de "Quotidien" insiste : "C'était une erreur de votre part ?" Réponse un peu plus évasive du chef de l'Etat. "Non, c'était une erreur de le réduire comme ça, parce que ça nourrit toutes ces espèces de confusions. Si je pensais que nous n'étions que ça, ce serait stupide. Je n'aurais pas cherché à être Président."

Puis Emmanuel Macron se lance une nouvelle fois dans l'explication de ce qu'il avait alors voulu dire. "J'opposais le Gaulois réfractaire au Luthérien bien ordonné [en parlant du Danemark, NDLR]. C'est dire qu'il y a une identité des peuples. Je crois que chaque peuple a son identité, mais cette identité se construit dans un dialogue avec les autres, dans le respect de nos valeurs", explique le président de la République. Qui explique que la France, c'est aussi "un rapport à l'universel, un rapport à l'autre", et que "si l'on n'est que dans le rétrécissement sur soi, on trahit aussi cette identité". 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter