Gérald Darmanin, en parlant des Gilets jaunes, évoque ses repas parisiens à "200 euros" (sans le vin)

Gérald Darmanin, en parlant des Gilets jaunes, évoque ses repas parisiens à "200 euros" (sans le vin)
Politique

Toute L'info sur

La colère des Gilets jaunes

POLÉMIQUE - Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, en voulant exprimer son empathie à l’égard des Gilets jaunes, a mis les pieds dans le plat.

La scène se déroule jeudi à la Sorbonne, théâtre la treizième édition des États de la France, qui accueillent chaque année un parterre d’investisseurs étrangers. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, prononce alors un discours au sujet du mouvement des Gilets jaunes, qui agite le pays depuis samedi dernier. "Si nous ne voulons pas être dans le Brexit intérieur, lance-t-il, nous devons tous intégrer, et pas seulement expliquer, mais entendre et comprendre, ce que c'est de vivre avec 950 euros par mois quand les additions dans les restaurants parisiens tournent autour de 200 euros lorsque vous invitez quelqu'un et que vous ne prenez pas de vin."

Qui peut croire que nous vivons dans la même société ?- Gérald Darmanin jeudi

Retranscrite par l’AFP, cette dernière comparaison se répand, ce vendredi, comme une traînée de poudre. Et pour cause : manger à Paris, même en prenant du vin, peut coûter bien moins cher, y compris dans des restaurants étoilés. En voulant souligner le décalage, Gérald Darmanin diffuse donc l’idée d’une déconnexion plus grande encore, même avec l’essentiel de la population parisienne. Sur les réseaux sociaux, une vague d’indignation s’est ainsi vite soulevée...

Lire aussi

Au point que l’intéressé a fini par réagir, via Twitter, ce vendredi. Apostrophant le compte de l’hebdomadaire Marianne, il affirme avoir "rarement vu autant de malhonnêteté intellectuelle" et indique que "pointer la déconnexion, ce n’est pas la revendiquer". Avant de conclure par une pirouette : "Peut-être auriez-vous dû assister à la réunion pour en parler (avant d’en faire tout un plat)", agrémentée d’un smiley effectuant un clin d’œil et d’un emoji représentant un cornet de frites. Pas sûr, dans le contexte actuel, que cette légèreté fasse rire jusque dans les rangs des Gilets jaunes.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent