Gérald Darmanin essuie une nouvelle plainte de la part de Sophie Spatz, sa première accusatrice

Gérald Darmanin essuie une nouvelle plainte de la part de Sophie Spatz, sa première accusatrice

Politique
DirectLCI
JUSTICE - Le ministre de l'Action et des Comptes publics est visé par une nouvelle plainte, émanant de la première femme à avoir porté plainte contre lui. Sa première tentative, pour "viol", avait été classée sans suite.

Elle a décidé de porter à nouveau plainte. Comme l'avait annoncé son avocate après le premier classement sans suite de sa plainte pour viol, Sophie Spatz vient à nouveau de déposer une plainte, avec constitution de partie civile, a indiqué ce mercredi son avocat à LCI, confirmant une information de la Voix du Nord.

L'enquête n'avait "pas permis d'établir l'absence de consentement"

La plaignante, 46 ans aujourd'hui, avait accusé le ministre de viol mais sa plainte avait été classée sans suite mi-février car l'enquête n'avait "pas permis d'établir l'absence de consentement", selon le parquet de Paris. Cette fois, la plainte est déposée, selon La Voix du Nord, pour "des faits d’abus de confiance, d’extorsion de consentement sexuel, d’escroquerie au consentement sexuel, de viol, de harcèlement sexuel, avec la circonstance aggravante que les faits commis l’ont été par une personne abusant de l’autorité de ses fonctions".


Derrière cette première plainte pour viol, une histoire datant d’il y a 18 ans. Sophie Spatz racontait ainsi s'être adressée à Gérard Darmanin, alors jeune chargé de mission au service des affaires juridiques de l'UMP, pour tenter de faire annuler une condamnation à son encontre datant de 2004 pour des faits de chantage et d'appels malveillants contre un ancien compagnon. Selon elle, Gérald Darmanin lui aurait alors fait miroiter son appui auprès de la Chancellerie en échange de faveurs sexuelles. 

En vidéo

Accusations de viol et d'abus de faiblesse : Gérald Darmanin dénonce "une campagne de calomnie"

Le ministre porte plainte pour dénonciation calomnieuse

Quand la plainte avait été classée sans suite, l’avocat de Sophie Spatz avait déclaré : "Il est hors de question qu'on en reste là. Nous contestons l'appréciation portée à ce stade sur l'impossibilité de prouver l'absence de consentement", a réagi auprès de l'AFP Me Elodie Tuaillon-Hibon. La plaignante avait en effet la possibilité de déposer une plainte avec constitution de partie civile afin d'obtenir la désignation directe d'un juge d'instruction, démarche qu’elle a donc utilisé.


Dans cette affaire, Gérald Darmanin qui, sans contester les faits, nie avoir "jamais abusé" d'une femme du fait de ses fonctions, a porté plainte pour dénonciation calomnieuse contre son accusatrice. Le ministre a fait de même dans une affaire similaire, celle d'une femme qui, l'accusant d’avoir usé de son influence politique pour obtenir des faveurs sexuelles, a porté plainte contre lui pour abus de faiblesse.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter